Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

L'AP-HM acquiert un appareil CyberKnife S7* pour son nouvel institut de radiothérapie stéréotaxique (hôpital Nord)

Crédit: AP-HM
Crédit: AP-HM

PARIS, 10 juillet 2020 (TecHopital) - L'Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM) s'est dotée d'un nouveau dispositif de radiothérapie robotique, le CyberKnife S7*, installé au sein de l'institut de radiothérapie stéréotaxique qui ouvrira ses portes en octobre à l'hôpital Nord de Marseille, a annoncé l'AP-HM dans un communiqué du 6 juillet.

L'hôpital Nord de Marseille a reçu début juin un nouvel appareil de radiothérapie robotique, le CyberKnife S7*, commercialisé par la firme américaine Accuray.

Il permet "de traiter des tumeurs par radiothérapie stéréotaxique beaucoup plus rapidement et plus précisément qu’auparavant. Doté d’une intelligence artificielle et d’un détecteur de mouvement en temps réel, le ciblage est inframillimétrique et la séance de radiothérapie est moins difficile pour le patient, qui peut respirer librement durant l’irradiation", indique l'AP-HM dans son communiqué.

"Cette nouvelle version du CyberKnife* présente plusieurs sauts technologiques, le premier étant le débit de dose augmenté permettant de réduire de 50%, au minimum, le temps de traitement ", a précisé le 7 juillet à TecHopital Didier Cowen, professeur d'oncologie et de radiothérapie à l'AP-HM. "Le traitement peut ainsi être administré en 15 minutes." La radiothérapie stéréotaxique permet d’augmenter les doses de traitement sur la tumeur tout en protégeant les tissus sains adjacents, réduisant le nombre de séances pour les patients. "Des traitements en un maximum de 5 séances seront ainsi réalisés", a-t-il fait remarquer.

"Le deuxième saut technologique", a-t-il expliqué, "réside dans la dosimétrie, permettant un gain de temps de 90% dans le traitement des données et notamment en ce qui concerne le calcul de dose, et pour la mise au point des traitements".

La machine apprend pendant le traitement

Enfin, "le système de guidage fait appel à de l'intelligence artificielle (IA), ce qui n'était pas le cas dans la version précédente. La machine est ainsi capable de comprendre comment le malade bouge et d'adapter le traitement à ses mouvements, sa respiration", a expliqué le chef du département de radiothérapie de l'AP-HM. "La machine apprend au fur et à mesure qu'elle traite le patient. On suit la tumeur en temps réel et l'appareil bouge en même temps que le patient."

Grâce à un détecteur de mouvement basé sur un algorithme d'apprentissage automatique (IA), la direction des rayons s'adapte à la position des tumeurs à traiter.

Par sa précision exceptionnelle, la radiothérapie stéréotaxique permet d’augmenter les doses de traitement sur la tumeur tout en protégeant les tissus sains adjacents réduisant le nombre de séances pour les patients. Une rapidité de traitement qui permet de traiter chaque métastase et d'augmenter ainsi le nombre de patients bénéficiant de la technologie.

Cancer du poumon de taille limitée, cancer du foie, cancer du sein, cancer des os, ganglions isolés… Grâce à cette technologie, "il est possible de traiter toutes les extensions tumorales et notamment les métastases", a complété le chef du département de radiothérapie à l'AP-HM. Là où, "auparavant elles étaient traitées par chimiothérapie".

Avec les deux appareils de tomothérapie, qui combinent un système d’imagerie par scanner à un appareil de radiothérapie, le CyberKnife S7* vient compléter l'offre de traitement mise à disposition par le futur institut de radiothérapie stéréotaxique, en cours d'installation à l'hôpital Nord et dont l'inauguration est prévue en octobre.

La nouvelle machine permettra à la fois de faire du traitement mais aussi de la recherche en radiothérapie stéréotaxique et de l'enseignement. "Un protocole est d'ailleurs en cours d'acceptation pour le traitement du cancer du sein par radiothérapie stéréotaxique", a déclaré Didier Cowen.

Le CyberKnife S7*, dont le coût est de 4,7 millions d’euros, est entièrement financé par l’AP-HM. L’hôpital Nord serait "le premier établissement en Europe à posséder cette technologie de nouvelle génération", selon l'AP-HM.

gdl/nc/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.techopital.com/contact.php
Les offres
Agenda