Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

L'ARS et la région Pays de la Loire mobilisent 3 millions d'euros pour l'achat d'équipements de protection

Service réanimation soins Covid-19 au CH Alpes-Léman (Crédit Chal)
Service réanimation soins Covid-19 au CH Alpes-Léman (Crédit Chal)

NANTES, 20 avril 2020 (TecHopital) - L'agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire et le conseil régional vont mobiliser 3 millions d'euros pour l'achat d'équipements de protection individuelle pour les professionnels de santé afin de mieux couvrir les besoins, a annoncé le 14 avril le directeur général de l'agence, Jean-Jacques Coiplet, lors d'une téléconférence.

Les Pays de la Loire restent relativement peu touchés par l'épidémie par rapport à d'autres régions comme le Grand Est et l'Ile-de-France. "On a plutôt bien résisté. Les digues ont bien contenu la vague, mais il est encore beaucoup trop tôt pour en tirer des enseignements", a-t-il fait valoir.

Chaque fois qu'il y a un relâchement, un événement imprévu, le risque de réduire les gestes barrières fait repartir la courbe à la hausse. "Il faut arriver à aplanir ces vagues", a commenté Jean-Jacques Coiplet appelant au respect du confinement jusqu'au 11 mai.

"Nous avons encore de longues semaines devant nous", a-t-il ajouté.

"Les besoins des professionnels de santé en équipements de protection individuelle (EPI) sont 5 à 10 fois supérieurs aux volumes d’avant la crise du Covid-19", a relevé Jean-Jacques Coiplet, citant les masques mais aussi les blouses, les surblouses.

C'est pourquoi l'ARS et la Région se mobilisent pour acquérir un volume important de ces équipements.

"L'ARS va acheter pour 2 millions d'euros d'équipements pour la région et le Conseil régional pour 1 M€, ce qui fera 3 M€, et nous allons mobiliser tous nos réseaux pour en chercher auprès des entreprises et pour développer la production textile", a-t-il annoncé.

"Le CHU de Nantes a besoin de 58.000 surblouses à usage unique. Un lit de réanimation c'est 30 surblouses par jour", a cité Bénédicte Jacquey de l'ARS.

Les besoins en tabliers plastiques sont estimés à 2 millions par semaine et 250.000 surblouses pour la région.

"Les tensions sur le marché (essentiellement asiatique) des équipements de protection sont extrêmement fortes. Le monde entier cherche des EPI", a-t-elle poursuivi. Les capacités de production sont en diminution sur certains produits (moins 50% sur les gants par exemple du fait du confinement en Malaisie).

Au plan régional, les établissements connaissent donc "des difficultés importantes d’approvisionnement" (fournisseurs saturés, chaînes d’approvisionnement interrompues, commandes non honorées, retards, livraisons partielles, etc.). Les tensions identifiées à ce stade portent sur plusieurs types d’EPI: surblouses à usage unique, tabliers plastiques jetables, lunettes, tenues de soin textiles en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) (pantalons et tuniques à manches courtes) car elles sont renouvelées plus souvent que d'habitude.

Pour pallier les tensions rencontrées par les établissements et couvrir ces besoins, l’ARS et la Région des Pays de la Loire, en lien avec la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), s’associent pour permettre l’identification de nouvelles sources d’approvisionnement et l’achat direct d’EPI avec l'enveloppe sanctuarisée de 3 M€.

Ces achats directs seront faits au niveau national et international "pour étoffer les directions des achats et trouver de nouveaux fournisseurs. Nous souhaitons acheter en gros pour avoir des prix intéressants et nous voulons mobiliser les industriels des plastiques pour qu'ils dérivent leurs chaînes pour produire des rouleaux de polypropylène et initier une production locale de surblouses et de tenues de soin textiles", a-t-elle expliqué.

Les deux partenaires ont relancé le 14 avril une collecte régionale de ces EPI vers des acteurs susceptibles d'en détenir comme les jardineries, les salons de coiffure, les centres de thalassothérapie, les pressings, les boucheries. Ces structures sont invitées à se faire connaître via le numéro vert 0800.030.300 ou par mail (). Un phoning ciblé en direction des réseaux professionnels susceptibles de détenir des EPI est également réalisé pour les solliciter.

Ces équipements devront bénéficier prioritairement aux professionnels de la santé et du médico-social. Que ce soit en ville, à l’hôpital, dans les structures médico-sociales, ou dans les services d’aide à domicile, cet approvisionnement est nécessaire pour garantir la continuité des soins et des accompagnements, notamment des personnes les plus fragiles.

La distribution sera effectuée après identification des structures prioritaires par l’ARS. "L’enjeu est similaire à celui concernant l’approvisionnement en masques: assurer la cohérence de la distribution, en fonction des besoins identifiés", explique l'agence.

En complément, de nouveaux circuits de production sont en train de se mettre en place, avec le développement d’une production locale textile et la création d’une production locale de tabliers en plastique jetables.

sl/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda