TecHopital.com

 

L'essor des salles interventionnelles pèse sur l'organisation (Robin Gigleux)

Crédit : Geneviève De Lacour
Crédit : Geneviève De Lacour

PARIS, 22 mars 2019 (TecHopital) - Si les salles interventionnelles multimodales se développent, elles impliquent des contraintes techniques importantes et impactent fortement les organisations, a expliqué le 12 mars Robin Gigleux, ingénieur biomédical du CHU de Strasbourg, lors d'un Cercle de l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap).

Depuis janvier, le CHU de Strasbourg est équipé d'un nouveau plateau technique constitué de 32 salles opératoires réparties sur deux niveaux.

Dans le cadre d'une table ronde consacrée au bloc opératoire, Robin Gigleux, ingénieur biomédical à la direction des plateaux techniques du CHU, a rappelé que les équipements d'une salle interventionnelle "sont onéreux et doivent être adaptés à une activité réelle". L'enjeu portant sur 7 à 10 ans, "il ne faut pas se louper et peut-être penser ce type de projet à l'échelle d'un groupement hospitalier de territoire [GHT]", a-t-il expliqué.

Changer les organisations


Pour la mise en œuvre de ces salles multimodales, tous les ingénieurs concernés doivent travailler avec les équipes médicales "pour savoir si leurs rêves les plus fous sont applicables", a fait remarquer l'ingénieur biomédical. Il est à noter que ces équipements sont soumis à autorisations de la part de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

L'ingénieur a présenté plusieurs exemples de salles interventionnelles. Le premier cas de figure correspond à la mise en place d’une salle multimodale. "Il s'agissait d'angiographie moto

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Agenda