Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

L'hôpital Cochin (AP-HP) inaugure son nouveau service de médecine nucléaire, équipé d'un TEP-scan numérique

Le nouveau Tep Scan, un GE Healthcare Discovery IQ (Photo CH Bayonne)
Le nouveau Tep Scan, un GE Healthcare Discovery IQ (Photo CH Bayonne)

PARIS, 18 septembre 2019 (TecHopital) - L'hôpital Cochin (Paris) a inauguré le 12 septembre son nouveau service de médecine nucléaire, doté du deuxième appareil TEP-scan numérique de dernière génération de l’AP-HP, a annoncé l'institution dans un communiqué.

L'Assistance publique-hôpitaux de Paris a investi 7,8 millions d'euros, dont 3,8 millions en travaux et 4 millions en équipement. Ce service de 1.200 m² (avec une cinquantaine de professionnels) regroupe l’imagerie diagnostique classique et la scintigraphie, l’exploration tomographique par émission de positons (TEP) et "la radiothérapie interne vectorisée en ambulatoire ou en hospitalisation, avec différents types d’émetteurs radioactifs".

Le service rassemble les activités de médecine nucléaire des hôpitaux Cochin et Hôtel-Dieu, et reprend une partie de celles de l'hôpital d'instruction des armées (HIA) du Val-de-Grâce depuis sa fermeture en 2016. Il fait partie de la Fédération de médecine nucléaire bi-site créée en janvier. "La coordination des activités entre l’hôpital Cochin et l’hôpital européen Georges-Pompidou [HEGP, Paris] va en effet permettre de relancer la recherche académique et translationnelle et d’augmenter l’attractivité" pour les jeunes médecins.

Le service est réparti sur deux sites:

  • le bâtiment Copernic: les quatre machines d’imagerie nucléaire (un TEP-scan numérique, deux gamma-caméras neuves couplées à des scanners 32 barrettes, une gamma-caméra standard double tête), deux échographes, l’unité de production des radiopharmaceutiques (RPM, qui doit acquérir prochainement un module de synthèse), la salle de traitement des images, la salle d’attente et le secrétariat.
  • le bâtiment Cornil-Brissaud: l’activité d’hospitalisation, avec "trois chambres radioprotégées" pour la radiothérapie interne vectorisée, avec l’administration d’isotopes adaptés notamment aux traitements des cancers de la thyroïde.

Le TEP-scan numérique (GE Healthcare, Discovery* MI 4), pourvu de quatre anneaux détecteurs numériques, dispose d'une sensibilité permettant de "réduire les doses injectées", une reconstruction quasiment en temps réel et une haute résolution spatiale pour voir les lésions de petite taille.

Le premier TEP-scan numérique de l’AP-HP équipe déjà l’hôpital Avicenne (Bobigny) et deux autres seront installés en 2019 dans les hôpitaux Henri-Mondor (Créteil) et de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

En médecine nucléaire, l’AP-HP dispose aujourd’hui d’un parc de 13 TEP et de deux TEP-IRM (à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et à l’hôpital Henri-Mondor). Elle annonce avoir remplacé 10 de ses 27 gamma-caméras par de "nouveaux équipements très performants, comme la première gamma caméra Veriton* CZT/CT corps entier à l’hôpital Bichat-Claude Bernard", à Paris. Elle rapporte aussi avoir remplacé 31 scanners, dont trois scanners spécialisés pour les applications cardiaques, et 24 IRM, avec en neuroradiologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 1er IRM "très haut gradient" début 2019.

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.eventbrite.fr/e/billets-webinar-de-presentation-du-certificat-management-hospitalier-119422677443
Les offres
Agenda