Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

L'hôpital Fondation Rothschild (Paris) lance un projet d'extension et de restructuration

Vue du projet, avenue Mathurin-Moreau (fournie par la fondation Rothschild)
Vue du projet, avenue Mathurin-Moreau (fournie par la fondation Rothschild)

PARIS, 22 septembre 2020 (TecHopital) - L'hôpital Fondation Rothschild, dans le XIXe arrondissement de Paris, a lancé un projet d'extension et de restructuration devant aboutir pour sa première tranche en 2025, a expliqué son directeur général, Julien Gottsmann.

Ce projet est une "opération historique et majeure pour l'hôpital, puisqu’elle va nous permettre de parachever l’histoire du développement de cette maison", a exposé Julien Gottsmann dans un entretien accordé à APMnews/TecHopital.

L'opération doit poursuivre la mutation de l'hôpital, dont "l'ancien bâtiment" date de 1905 et le "nouveau" de 1965.

Ce "troisième bâtiment finalisera l’occupation du site historique en augmentant d’un tiers notre surface", qui sera donc de 25.000 m² avec 6.000 m² supplémentaires. "On profite de l’extension pour redistribuer nos activités, rendre les choses plus efficientes, mieux articulées", en cohérence avec le projet médical de l'établissement et avec une nette orientation vers la recherche et l'innovation.

La capacité passera de 152 à 178 lits, avec 65 chambres individuelles (au lieu de 35 aujourd'hui), et de 81 à 91 places. Le projet doit permettre un doublement du plateau d'imagerie.

Avec plus de 390 salariés supplémentaires, ce projet d'extension-restructuration devrait permettre à l'établissement d'augmenter son chiffre d'affaires de 48%, selon le document de présentation transmis à APMnews/TecHopital.

L’avant-projet sommaire (APS) a été validé en juin. "On est en train d’avancer sur l’avant-projet détaillé et le dépôt du permis de construire qui interviendra en novembre. Les travaux devraient commencer à l’été 2021, l’opération verra le jour pour sa première tranche en février 2025 et pour sa tranche finale en avril 2026", a détaillé Julien Gottsmann.

Le projet représente un coût de 76,4 millions d’euros, dont 59,9 M€ de travaux et 16,8 M€ pour les équipements.

L'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France apporte 10 M€. "Le financement est quasiment bouclé, il manque 6 M€ à trouver", a précisé le directeur général, évoquant sur ce point un "besoin de relais, de fundraising et de donations".

La commission de sélection a retenu en octobre 2019 un projet de Brunet Saunier Architecture pour l'opération, qui a vocation à s'inscrire dans "l'histoire architecturale de la fondation", avec une forte dimension environnementale (stratégie bas carbone, toitures végétalisés, etc.)

"L’idée est d’en faire un projet aussi moderne que possible en y embarquant des innovations, notamment des blocs externes", qui préfigurent l'avenir de "la chirurgie légère", a expliqué le directeur général de l'hôpital.

Cette évolution est notamment illustrée par l'expérimentation d'un SurgiCube* pour les opérations de la cataracte, dont l'hôpital Fondation Rothschild s'est équipé en mars. A terme, quatre SurgiCube* devraient être installés dans une vaste salle du nouveau bâtiment de l’hôpital Fondation Rothschild.

A l'hôpital Fondation Rothschild, 70% de l'activité de chirurgie est réalisée en ambulatoire. Ce taux atteint 90% en ophtalmologie. Mais "le SurgiCube* va plus loin que l’ambulatoire, c’est un ambulatoire en ville. Il est accolé ici au bloc, mais n’est pas dans l’environnement technique du bloc. Il ne nécessite pas d'anesthésiste ni d'infirmier anesthésiste", a expliqué Julien Gottsmann.

Ce modèle de bloc léger, flexible et mobile, "est porteur de changements nombreux, notamment s’agissant de la notion d’autorisation d’activité chirurgicale, car cela signifie qu’on peut faire de la chirurgie ailleurs que dans un établissement de santé, et sur le régime de financement des opérations légères".

Il est également prévu de créer dans le prochain bâtiment un bloc opératoire hybride (neurochirurgie et neuroradiologie interventionnelle) et de développer la recherche avec "l'hybridation cerveau-machine, dans la droite ligne des implants rétiniens que le Pr José-Alain Sahel [directeur de l'Institut de la vision à Paris] a lancés", a ajouté Julien Gottsmann.

Il s'agira aussi de mettre un "accent très fort sur la thérapie génique avec le laboratoire de thérapie génique du Pr Eric Gabison sur les cellules souches de cornée", ainsi que sur le développement de la robotique chirurgicale.

Structuration des activités IA Big Data

Toujours dans le domaine de la recherche, l'extension permettra aussi le développement du domaine "IA [intelligence artificielle] Big data".

"Un budget de 1 million d’euros sur trois ans est prévu pour arriver à lancer la structuration de nos activités IA Big Data", a précisé Julien Gottsmann, soulignant la création d'une unité support spécifique au printemps 2019.

Plus d'un an après son lancement, l’unité Data science compte plus de 50 projets, dont une trentaine qualifiés d’IA. Elle a également formalisé des partenariats avec des start-up et établissements académiques:

  • en neurochirurgie/neurologie sur le décodage neuronal du langage
  • en neurologie/imagerie pour le développement de modèles prédictifs de réponse aux traitements pour la prise en charge de patients atteints de sclérose en plaques
  • en ophtalmologie pour le développement d’IA permettant la détection de pathologies et sur l'utilisation de l'apprentissage profond (deep learning) pour le diagnostic automatisé en topographie cornéenne
  • en neuroradiologie interventionnelle pour le développement de modèles prédictifs et prescriptifs pour la prise en charge de patients en alerte thrombolyse.

mlb/gdl/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda