Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

L'hôpital privé des Côtes d'Armor mise sur la technologie pour faire des économies d'énergie

Vue extérieure de l'hôpital privé des Côtes d'Armor
Vue extérieure de l'hôpital privé des Côtes d'Armor

L'hôpital privé des Côtes d'Armor est un bâtiment basse consommation (BBC) qui dispose d'une gestion technique centralisée (GTC) ultra moderne, traitant entre 10.000 et 15.000 points de mesure dispersés dans tout le bâtiment. Ce système permet d'économiser 50% d'énergie par rapport à la consommation normale réglementaire.

Deux ans et demi de travaux et 60 millions euros d'investissements auront été nécessaires pour ériger un bâtiment de quatre étages qui, en tout point, ne ressemble pas à un hôpital. Une architecture moderne, une façade métallique argentée pour ce nouvel équipement qui a ouvert en janvier 2016 et dispose, entre autres, de 15 blocs opératoires, deux IRM, deux scanners, quatre salles d'échographie, deux salles de mammographie, quatre accélérateurs de particules, et propose un total de 300 lits et places.

Le bâtiment, basse consommation énergétique, est conçu selon la norme BBC 2005 (label français). Sa consommation conventionnelle en énergie primaire, pour le chauffage, le refroidissement, la ventilation, la production d'eau chaude sanitaire, l'éclairage et les auxiliaires techniques (pompes, etc.) est inférieure de 50 % à la consommation normale règlementaire.

La conception du bâtiment est "raisonnée", c'est-à-dire qu'elle s'appuie sur une isolation par l'extérieur, un contrôle des apports solaires directs et de l'éclairage naturel, un rafraichissement passif grâce à des protections solaires extérieures.

Dans ce bâtiment ont également été installés des chaudières gaz à condensation, une "ventilation double flux à hauts rendements", une récupération de chaleur sur les équipements pour le chauffage et l'eau chaude, et un plafond rayonnant dans les chambres d'hospitalisation. De plus, l'équipement dispose d'un "éclairage performant et régulé aux besoins", avec des détecteurs de luminosité et de présence, ainsi que des capteurs solaires.

Des panneaux solaires installés sur le toit permettent enfin de préchauffer l'eau chaude sanitaire.

La gestion technique centralisée (GTC) du bâtiment a été mise en place pour le suivi et l'optimisation des consommations en temps réel. Cette GTC gère le chauffage, l'eau, l'éclairage, la climatisation, la ventilation voire les ouvertures de fenêtres et les éventuelles surconsommations.

"Avec cette GTC, je contrôle tout", explique à Techopital Gaëtan Rouault, directeur technique de l'établissement. Sur son écran, il relève en un coup d'oeil le moindre problème éventuel. Dès qu'une alerte est déclenchée, l'installation passant du vert au rouge sur son écran, l'un des cinq techniciens de l'hôpital peut intervenir.

En ce qui concerne l'alimentation en eau, "un filtre à tamis automatique de 5 microns a été installé sur le réseau lors de la conception du bâtiment", explique le directeur technique. Il permet, "en cas de colmatage dû au dépôt et à la prolifération d'un biofilm de bactéries, de réaliser un nettoyage automatique". Cette technique évite d'avoir à condamner une partie du réseau pour procéder au nettoyage.

Autre innovation intéressante, la consommation d'eau fait l'objet d'une gestion intelligente. Pour réaliser des économies, l'établissement est équipé de réducteurs de pression à la source et de toilettes à réservoir à capacité limitée.

"Un des objectifs de ce nouveau bâtiment est de limiter son empreinte carbone avec l'intégration de matériaux limitant les opérations d'entretien ainsi que l'émission de composés organiques volatiles et de formaldéhyde", précise l'HPCA.

Enfin, l'installation de toitures végétalisées permet de retenir une partie des eaux pluviales, tout en proposant une vue et un cadre agréable aux patients.

L'HPCA prévoit la mise en place de bornes pour voitures électriques mais aussi des parkings à vélos. Un arrêt de bus a été installé près de l'établissement. La livraison des préparations de chimiothérapie se fait par pneumatique.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait