Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://youtu.be/_YvTAMp-iU8
http://www.canyon.fr/

L'Hôtel-Dieu de Lyon dévoile son nouveau visage

Grand Hôtel-Dieu, façade donnant sur le Rhône, crédit: Vincent Ramet
Grand Hôtel-Dieu, façade donnant sur le Rhône, crédit: Vincent Ramet

LYON, 14 mai 2018 (TecHopital) - L'Hôtel-Dieu de Lyon, lieu emblématique de l'histoire de la médecine de la ville, a rouvert ses portes fin avril après plus de quatre années de travaux, mais sans activités hospitalières ou de santé.

Implanté sur les bords du Rhône, à deux pas de la fameuse place Bellecour, en plein centre-ville de Lyon, l'Hôtel-Dieu a été construit principalement entre le XVIIe et le XIXe siècle sur les plans de l'architecte Jacques-Germain Soufflot. Il a abrité des activités de médecine, chirurgie et d'obstétrique. L'actuel maire (PS) de Lyon, Georges Képénékian, y est né puis y a exercé en tant que chirurgien urologue.

Début 2009, le conseil d’administration des Hospices civils de Lyon (HCL) avait décidé d'y retirer les activités hospitalières et de le reconvertir (lire notre article sur la valorisation du patrimoine hospitalier).

L'Hôtel-Dieu accueillait alors toujours plusieurs activités (médecine interne, hépato-gastro-entérologie, consultations, urgences dentaires...). Leur transfert vers d'autres hôpitaux lyonnais s'est étalé jusqu'au début 2011.

Vue sur le Grand Hôtel-Dieu, crédit: Vincent Ramet
Parallèlement, les HCL avaient lancé un appel d'offres pour choisir une équipe capable de mener à bien une opération de reprise du site, de rénovation et de reconversion. En octobre 2010, Gérard Collomb, alors maire de Lyon, avait annoncé que l’équipe retenue était celle constituée d’Eiffage construction, Generin, les architectes Albert Constantin (Aia Associés) et Didier Repellin (architecte en chef des monuments historiques) et la chaîne hôtelière Intercontinental.

En décembre 2014, les HCL ont signé un bail à construction avec Eiffage, qui a cédé ce bail de 99 ans à Crédit agricole assurance en partenariat avec la caisse régionale du Crédit agricole centre-est, en juin 2015, excepté pour une petite partie qui a été cédée à la métropole de Lyon.

250 millions d'euros de travaux

Baptisé désormais "Grand Hôtel-Dieu", le site, dont la première tranche a ouvert en fin de semaine dernière, comprend désormais des enseignes commerciales de mode, de beauté et de restauration (35 sont prévues), des bureaux et quelques logements. En 2019, il accueillera également un hôtel cinq étoiles de 140 chambres, un espace de convention pouvant recevoir jusqu'à 500 personnes et une "cité internationale de la gastronomie".

Dôme des quatre rangs donnant sur la cour du cloître, crédit: Vincent Ramet

Près de 2.000 emplois y seront localisés, a précisé Jean-Jacques Duchamp, directeur général adjoint de Crédit agricole assurances, lors d'une conférence de presse jeudi matin.

Le coût des travaux s’est élevé à 250 millions d’euros, financé uniquement par le Crédit agricole, sans subvention publique.

La réouverture du "Grand Hôtel-Dieu" s’est faite après quatre années de travaux entrecoupées par neuf campagnes de fouilles archéologiques et une opération de désamiantage et de curage des bâtiments, a souligné Michel Chenevat, directeur régional d'Eiffage construction, lors de la conférence de presse.

Sur les 51.000 m² de surface plancher, 40.000 ont été réhabilités et 11.000 ont été créés, a-t-il précisé.

Les architectes et Eiffage ont travaillé en étroite relation avec la direction régionale des affaires culturelles (Drac), le site ayant été classé monument historique en novembre 2011.

Lors d'une visite effectuée à la suite de la conférence de presse, l'architecte Albert Constantin a expliqué comment, en binôme avec Didier Reppelin, il s'était attaché à conserver l'identité du lieu en effectuant un travail de recherche à partir de documents historiques, tout en construisant quelques bâtiments contemporains dont la typologie rappelle celle des bâtiments anciens avec des étages en double hauteur.

Le nouvel Hôtel-Dieu de Lyon reste surplombé par ses trois dômes (le grand dôme Soufflot qui sera transformé en hôtel de luxe, le dôme des Quatre Rangs qui accueillera la cité de la gastronomie et le dôme Pascalon).

Il comprend désormais huit points d'entrée, contre un seul auparavant. Un des nouveaux accès, ouvert sur la rue de la Barre, débouche sur la cour du Midi, recouverte maintenant d'une verrière de 1.100 m2. Un autre nouvel accès donne sur la rue Bellecordière, à l'arrière de l'Hôtel-Dieu, qui offre elle-même de magnifiques immeubles médiévaux, a souligné Albert Constantin.

Les cours, dont la cour du cloître, et les galeries (8.000 m2 au total) sont maintenant fermées aux voitures. Elles ont été réhabilitées de façon à ce que les Lyonnais puissent s'y promener. Le jardin de la cour du cloître a été redessiné sur le principe du labyrinthe pour que les promeneurs y déambulent et admirent les plantes médicinales et aromatiques qui ont été plantées pour rappeler l'origine médicale du lieu, a expliqué l'architecte. Toujours dans l'idée d'évoquer les origines du site, la place Amédée-Bonnet, du nom d'un ancien chirurgien en chef de l'Hôtel-Dieu, a été conservée avec la statue de ce dernier.

La réhabilitation de l'Hôtel-Dieu est "la plus grande opération privée de réaménagement d'un monument historique en France", a insisté Jean-Jacques Duchamp du Crédit agricole assurances, qui a précisé que la cible était d'atteindre 10 millions de visiteurs par an.

Le maintien d'activités de santé pas justifié

"Le lieu avait été un peu abîmé par les évolutions de l'hôpital pour essayer de l'adapter à la médecine moderne. Son âme est maintenant rendue" et la restauration du site "redonne aussi une nouvelle vie au centre-ville", a salué le maire de Lyon, Georges Képénékian, qui préside également le conseil de surveillance des HCL.

Grand Hôtel-Dieu, statut d'Amédée Bonnet, crédit: Vincent Ramet
"Les Lyonnais vont pouvoir profiter de cette nouvelle vie du site, qui n'est pas si lointaine de la précédente puisqu'elle revient à la tradition d'hospitalité", a-t-il assuré.

Interrogé sur l'absence totale d'activités hospitalières ou de santé (un pôle de promotion de la santé et d'expertise de santé publique était prévu initialement), le maire de Lyon a justifié ce choix en indiquant qu'il n'aurait pas été "raisonnable" de conserver un centre de type dispensaire alors qu'un hôpital disposant d'un service d'urgences important est situé à "300 mètres" de l'Hôtel-Dieu (le CH Saint-Joseph-Saint-Luc).

Pour lui, il ne fallait pas "vouloir garder à tout prix" une activité. "On n'a jamais fait ici d'activités médicales dégradées, c'est-à-dire à petits moyens", a-t-il déclaré.

David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon, a rappelé pour sa part que les HCL avaient entrepris parallèlement la rénovation de l'hôpital Edouard-Herriot et de l'hôpital Louis-Pradel, et qu'un grand centre de nutrition santé avait été implanté à l'hôpital Lyon Sud. "Nous ne sommes pas en reste", a-t-il affirmé.

Le maire a par ailleurs précisé qu'une ancienne apothicairerie, avec des huisseries qui se trouvaient à l'hôpital de la Charité, serait également présente dans le Grand Hôtel-Dieu.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
http://new.abb.com/buildings/fr/buildingspace/etablissements-de-sante
https://www.parishealthcareweek.com/visiter/obtenez-badge-visiteur/

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions