Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

La blanchisserie de Saint-Etienne diminue son taux de coulage grâce à la sensibilisation des agents hospitaliers

Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour
Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour

(Par Geneviève DE LACOUR)

SAINT-ETIENNE, 16 janvier 2019 (TecHopital) - La blanchisserie de Saint-Etienne constituée en GCS depuis 2011 et regroupant 7 établissements a réussi à diminuer depuis deux ans son taux de coulage en sensibilisant les agents hospitaliers grâce à des visites hebdomadaires, a expliqué à TecHopital Jérémy Bucia, responsable de la blanchisserie Bilh Sud.

La blanchisserie de Saint-Etienne est structurée depuis 2011 en groupement de coopération sanitaire (GCS) autour de 7 établissements: le CHU de Saint-Etienne qui fournit la moitié du linge traité, le centre hospitalier du Forez (Feurs et Montbrison), l'hôpital Le Corbusier de Firminy, l'hôpital du Gier (Saint-Chamond), le CH Georges-Claudinon (Le Chambon-Feugerolles), l'Institut de cancérologie de la Loire et la Maison de Jonathan (Saint-Priest-en-Jarez), et l'Ehpad "Maison de retraite de la Loire" (MRL, Saint-Just-Saint-Rambert).

Zone de tri. Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour
Avec un chiffre d'affaires de 7,6 millions d'euros en 2018, le GCS facture la moitié de ses prestations au CHU de Saint-Etienne. La blanchisserie salarie 90 agents dont 50% sont employés par le CHU, 20% par l'hôpital du Gier et le reste par l'Ehpad MRL.

Pour créer ce GCS, 14 M€ ont été investis, 3 M€ supplémentaires provenant de la maison de retraite de la Loire (MRL). "Le linge nous appartient, nous louons la prestation", a indiqué à TecHopital le responsable.

Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour
Chaque jour, 20 tonnes de linge sont ainsi traitées sur le site de La Bâtie, soit 85.000 articles textiles, plus une tonne de "linge résident". Mais la blanchisserie traite également 11.500 draps et alèses. C'est donc un total de 12.500 vêtements qui sont livrés chaque jour aux 7 établissements du GCS. Et 260 armoires de linge sont préparées pour être livrées dans 400 services différents.

En 2018, le GCS a réalisé "500.000 euros de recettes", réinvestis dans "des pièces détachées, de nouvelles armoires, un logiciel, et un système de rafraîchissement d'air", très utile en période de canicule car le séchage du linge se fait à 180°C.

Puces RFID. Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour
Si "la plupart des blanchisseries hospitalières facturent au poids, à Saint-Etienne ce n'est pas le cas", a souligné Jérémy Bucia. "Ici on facture à la pièce." Ce sont les informations collectées via la puce RFID (Radio Frequency Identification) implantée sur chaque vêtement qui permettent ce type de facturation.

Le tonnage et taux de relavage sont transmis chaque semaine

Dans cette installation classée pour l'environnement (ICPE) soumise à autorisation, puisqu'elle traite plus de 5 tonnes de vêtements par jour, le taux de service frôle les 100%. "C'est très rare pour une blanchisserie mais ici nous avons optimisé l'organisation et notamment le tri." Le lavage se fait en fonction du type de textile en mélangeant les pièces des différents établissements. Auparavant, les agents séparaient les textiles des différents établissements. Ainsi, en 3 ans, "nous sommes passés d'un taux de service de 60% à 100%".

Réforme des draps. Crédit: TecHopital/Geneviève De Lacour
Chaque semaine le tonnage de vêtements traités est indiqué sur un tableau ainsi que le taux de relavage et le taux de satisfaction des services. "Cette semaine, le taux de relavage est de 0,4%, ce qui est très faible pour une blanchisserie", confirme le directeur. Le relavage peut être dû à des taches d'encre sur les blouses par exemple.

A Saint-Etienne, c'est le logiciel "Ramses" qui gère les dotations des services des 7 établissements et donc est à la base de la facturation. Il permet le tri des vêtements et facilite la communication entre la lingerie de l'établissement et la blanchisserie. C'est également grâce à ce logiciel que le taux de satisfaction est transmis aux équipes.

"Par semaine, nous reformons 120 draps", sur près de 60.000 draps lavés. Tachés ou déchirés, ils sortent du système pour être valorisés. "Ils sont recyclés et servent d'isolants", précise le responsable. "Nous n'avons pas de quotas de textiles réformés, tout dépend de l'état des draps", fait-il remarquer. Mais une partie du recyclage se fait également à la blanchisserie. "Avec des vieilles éponges, nous faisons des gants de toilette".

Un taux de "coulage" qui a diminué

Tri des franges. Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour
Souillé, le linge est parfois considéré comme étant à usage unique par le personnel soignant ou les agents d'entretien et jeté à la poubelle. Parfois, il est tout simplement volé. Le "coulage", l'autre nom pour la disparition du linge, est un problème récurrent des blanchisseries hospitalières, dont le taux varie d'un établissement à l'autre.

Pour pallier ce problème, le nouveau directeur de la blanchisserie a décidé de mettre en place des formations pour le personnel hospitalier. Depuis 2 ans, chaque semaine, il organise la visite de sa blanchisserie, ce qui permet de sensibiliser les agents des services sur les coûts du coulage. "Ils comprennent ici que quel que soit l'état de la lingette ou de la frange, il est possible de les laver". Cette opération "a un gain financier sur les achats de textiles" de la blanchisserie. "Nous achetons en effet de moins en moins de franges", précise Jérémy Bucia.

"Nous voulons aller vers la certification RABC"

Crédit : TecHopital/Geneviève De Lacour
La blanchisserie respecte la norme RABC (Risk Analysis and Biocontamination Control) en appliquant le principe de marche en avant avec une séparation physique entre la zone sale située au premier étage et la zone propre située au rez-de-chaussée. "L'équipe de la zone sale ne rencontre jamais celle de la zone propre."

Dans le même temps, la qualité d'hygiène du linge est contrôlée tous les mois. C'est le laboratoire du CHU qui réalise des prélèvements sur boîte de Petri, vérifiant ainsi la présence de micro-organismes et de coliformes sur les mains des agents et sur le linge.

La norme RABC a évolué depuis août 2017. En 2019, la certification sera testée à la blanchisserie de Saint-Etienne, qui espère être certifiée en 2020. Dans le process RABC, "il faut éviter au maximum le croisement entre le linge propre et le linge sale". Les consignes sont donc strictes et l'équipe qui travaille au tri ne doit pas se mélanger avec l'équipe du lavage.

A noter que l'Union des responsables de blanchisseries hospitalières (URBH) a réactualisé en 2018 le guide RABC. Elle est également devenue un organisme certificateur et donc habilité à délivrer la norme NF EN 14065-2016, tant pour les blanchisseries du secteur public que celles du secteur privé. L’URBH compte ainsi 14 auditeurs, tous formés par l’Association française de normalisation (Afnor).

gdl/nc

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions