Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

La clinique CHC MontLégia de Liège a anticipé son déménagement pour prendre la pandémie de vitesse

Crédit: Geneviève De Lacour/TecHopital
Crédit: Geneviève De Lacour/TecHopital

MENTON (Alpes-Maritimes), 9 novembre 2020 (TecHopital) - Le déménagement de la clinique CHC MontLégia de Liège (Belgique) étant prévu en mars 2020, c'est donc en pleine crise Covid que l'opération a eu lieu, a expliqué sa directrice, Isabelle François, aux Journées de l'architecture en santé (JAS) qui se sont déroulées du 26 au 28 octobre à Menton.

La nouvelle clinique CHC MontLégia conçu par le cabinet d'architecture Assar regroupe l'activité des cliniques Saint-Joseph, de l'Espérance et de Saint-Vincent à Liège.

L'établissement dont la construction a débuté en 2014 compte 694 lits d'hospitalisation et 120 places en hôpital de jour. Il prévoit 250.000 consultations, 30.000 interventions chirurgicales, 4.000 accouchements et 74.000 urgences par an. Il emploie plus de 2.000 personnes.

"On préparait ce projet depuis 10 ans et le déménagement était prévu pour fin mars [2020]", a indiqué Isabelle François. Le déménagement a été préparé depuis un an "de manière minutieuse" avec l'aide d'un consultant canadien "Health Care Relocations", spécialisé en déménagements hospitaliers.

"Nous avons d'abord fait un inventaire minutieux de tous nos équipements, ceux que nous allions déménager dans le nouveau bâtiment, par rapport à ceux que nous allions acheter comme équipements neufs", a-t-elle relaté.

"Nous avons aussi, avec l'ensemble de nos équipes, préparé de manière participative l'activation de l'hôpital, c'est-à-dire le fait de transformer les murs construits en un hôpital prêt à accueillir des patients".

Le consultant a également amené la clinique à mettre sur pied un plan de formation des utilisateurs et à mettre en place des simulations médicales pour imaginer comment allait fonctionner cet hôpital, vérifier que rien n'avait été oublié, superviser la gestion des accès. Ils ont aussi planifié la réduction d'activité et la reprise.

"Nous avons planifié un déménagement réparti sur trois semaines devant se terminer par un week-end pendant lequel nous devions transférer les patients des trois cliniques vers la clinique CHC MontLégia. Nous souhaitions déménager tous les patients en 48 heures pour amener toutes les équipes soignantes vers la clinique et réduire la présence des équipes de soins sur quatre sites en parallèle", a-t-elle rapporté.

Un déménagement prévu initialement du 9 au 29 mars

Le déménagement prévu pour se dérouler du 9 au 29 mars devait commencer par les équipements les moins essentiels. En parallèle, une réduction de l'occupation jusqu'à un peu moins de la moitié de la capacité de l'hôpital était programmée.

Le CHC a décidé le 15 mars de déménager les patients le 20 mars. La clinique MontLégia a connu un déménagement anticipé "pour prendre la pandémie de vitesse".

"Il nous est paru évident que notre nouvelle clinique allait permettre de prendre en charge au mieux nos patients", en augmentant la capacité de prise en charge en soins intensifs qui comptent 48 lits, ce qui est légèrement supérieur à la capacité des trois établissements d'origine. Surtout, dans la nouvelle clinique, il est possible d'ouvrir la salle de réveil pour la transformer en unité de soins intensifs supplémentaire.

Les responsables du projet ont également tout fait pour éviter que le déménagement soit reporté au-delà de la crise, ne sachant pas quand elle allait se terminer. "En reportant le transfert au-delà de la crise, nous n'étions pas certains de bénéficier encore de l'expertise de la société HCR", a fait remarquer la directrice.

Mais, le 18 mars, à 2 jours des transferts, "nous avons reçu un appel du service fédéral nous demandant de stopper le déménagement. Pour nous, il était impensable d'arrêter cette opération car une partie du matériel avait été transféré". S'engage alors des négociations avec les autorités. Le 18 mars en fin de journée, les autorités ont finalement donné leur accord.

Le déménagement des 220 patients a été réalisé en trois phases: le 20 mars, les patients de Saint-Joseph, du 20 au 23 mars ceux de la clinique Espérance et le 26 mars ceux de la clinique Saint-Vincent. Un déménagement mené "dans des conditions exceptionnelles", a souligné Isabelle François car il s'est déroulé après le début du confinement en Belgique. "Les soignants ayant des enfants ont dû les garder."

Avec la crise, "nous avons vécu une révision complète de la séquence des opérations en un temps record. Tout a été chamboulé car, en cours d'opération, nous avons dû anticiper la phase critique c'est-à-dire le transfert des patients donc nous avons dû mettre le focus absolu sur les équipements médicaux".

Lors de l'épidémie de Covid-19, "comme dans beaucoup d'établissements, nous avons connu une grande flexibilité de nos locaux. Notre nouvel hôpital n'avait jamais fonctionné en mode normal que nous devions déjà le transformer une unité Covid, avec une modification de toutes les circulations", a souligné la directrice.

Des métiers se sont reconvertis: des infirmières ont été formées aux soins intensifs. Et les responsables du projet de la clinique ont dû gérer la fin du déménagement seuls car les consultants canadiens ont dû rentrer dans leur pays le 21 mars. Mais ils ont pu former le personnel au déménagement avant de partir.

"Nous avons l'intime conviction d'avoir pris la bonne décision en anticipant ce déménagement", a fait remarquer la directrice. "Car nous sommes convaincus que les patients ont eu plus de chances en étant admis à la clinique MontLégia que si nous avions fait face à la crise dans nos anciens locaux".

"Nous n'avons qu'un seul regret c'est de ne pas pu célébrer ce grand projet alors que beaucoup d'énergie a été dépensée. Nous avons constaté, comme en France, une grande solidarité et une adaptation des équipes".

"Ingéniosité, humanité, bienveillance, sont les leçons que l'on retient", a conclu la directrice.

gdl/eh

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda