Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

La gestion du patrimoine, thème fort de la 60e édition des journées IHF

Crédit : Shutterstock
Crédit : Shutterstock

PARIS, 21 février 2020 (TecHopital) - La gestion du patrimoine hospitalier sera au cœur de la 60e édition des journées d'études et de formation des ingénieurs hospitaliers de France (IHF), qui se tiendra du 10 au 12 juin à Marseille, a indiqué à TecHopital Bruno Cazabat, président de l'IHF.

TecHopital : Pour cette édition anniversaire, l'IHF a-t-elle voulu porter une thématique particulière ?

Bruno Cazabat: Chaque année, nous essayons d'aborder un maximum de thématiques qui concernent les ingénieurs hospitaliers. Mais cette année nous voulons attaquer assez fort avec des projets atypiques que sont les projets de gestion de patrimoine. C'est une thématique qui va monter en puissance avec le développement des groupements hospitaliers de territoire (GHT). La gestion patrimoniale est en passe de prendre une autre dimension.

A Marseille, pour cette édition 2020, des retours d'expérience sur la valorisation d'anciens hôpitaux seront présentés. Il s'agit de l'emblématique projet de rénovation de l'Hôtel-Dieu à Paris, des hôpitaux de Caen et Saint-Nazaire et du centre hospitalier spécialisé en psychiatrie de Perray-Vaucluse (Essonne).

Les bâtiments historiques sont souvent très bien placés mais les rénover génère un surcoût trop important pour un hôpital. A un moment donné, il est préférable d'arbitrer, de les vendre ou d'établir un bail emphytéotique et de les mettre à disposition de la collectivité locale, avec un opérateur privé qui s'engage à le restaurer. Pour l'établissement, cela permet de s'affranchir de la charge de l'entretien de bâtiments qui ne sont plus adaptés à l'activité hospitalière. En revanche, cela permet de les remettre dans le circuit immobilier de la ville pour d'autres activités.

Une opération d'urbanisme de ce genre ne peut se faire qu'en partenariat avec les collectivités locales.

Quel est le rôle des ingénieurs hospitaliers dans ce genre d'opération?

Bruno Cazabat: L'établissement doit d'abord connaître son patrimoine, préparer la procédure qui s'apparente à un concours en conception-réalisation. C'est un appel à projets qu'il faut préparer. On définit les besoins avec la ville, on met à disposition un dossier et on choisit à travers un jury la meilleure offre.

L'ingénieur doit également constituer le dossier de cessation d'activité à remettre à la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et donc avoir une bonne connaissance sur la présence d'amiante dans les bâtiments, ou de terrains pollués. Ces bâtiments sont souvent des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) et les dossiers de cessation d'activités sont lourds à porter.

Quels autres sujets seront présentés?

Bruno Cazabat : La gestion du patrimoine sera également abordée à travers des projets marquants, telle que la restructuration de l'immeuble de grande hauteur (IGH) de la Timone à Marseille.

Un point juridique sera fait par un ingénieur devenu juriste, spécialisé dans les contentieux dans le bâtiment et en particulier dans le secteur hospitalier.

La coordinatrice des projets immobiliers de Korian viendra exposer la stratégie de développement du groupe, l'idée étant de présenter comment à travers l'Europe il existe des approches différentes, des points communs pour l'hébergement des personnes âgées. Ces services hôteliers d'Ehpad privés peuvent être des exemples intéressants pour les établissements de soins publics.

Certains de ces sujets sont-ils particulièrement innovants?

Bruno Cazabat: Un représentant d'Egis viendra présenter le projet du biogénopole de l'Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM). Il s'agit d'un projet de pneumatique pour la biologie. La centralisation de tous les laboratoires de biologie sur le site de la Timone implique en effet l'implantation dans le tunnel du métro, c'est-à-dire sur la voie publique, d'un réseau de pneumatique pour le transport des échantillons.

Plusieurs sujets numériques seront abordés, notamment à travers l'exposé de Jérôme Brunet sur la salle immersive du centre de traumatologie et de cancérologie d'Helsinki. L'utilisation des maquettes numériques sera une nouvelle fois débattue. Les directeurs techniques des CHU, en commission architecture et ingénierie, ont beaucoup réfléchi sur le coût de ce genre d'équipement et leur pertinence.

Le projet du nouvel hôpital de Nantes est un projet emblématique pour 2020 qui sera abordé d'abord à travers le projet Hypervision mais aussi à travers le processus de concertation de sa phase d'étude.

Le projet Hypervision est en effet très ambitieux puisqu’il s’intéresse aux technologies numériques dans 3 domaines: le soin (terminal multimédia, appel infirmière, dispositif anti-fugues, etc.); la technique (outil unique pour les données de bâtiments, GMAO, BIM (maquette numérique), Internet of things (IoT)) et la sécurité des biens et des personnes, c'est-à-dire toutes les applications que l'on retrouve dans un poste de commandement pour la sécurité.

Un appel compétitif devrait être lancé par le CHU de Nantes pour trouver la meilleure solution logicielle existante ou à développer. Le premier développement est prévu pour juin 2020.

gdl/san

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://exed.mines-paristech.fr/formations/certificat-management-hospitalier-et-du-secteur-de-la-sante/
Les offres
Agenda