Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

La maire de Paris demande une révision du projet architectural du nouvel Hôtel-Dieu (AP-HP)

Projet de Novaxia pour l'Hôtel-Dieu (AP-HP) (Crédit Novaxia)
Projet de Novaxia pour l'Hôtel-Dieu (AP-HP) (Crédit Novaxia)

PARIS, 19 décembre 2019 (TecHopital) - La maire de Paris et présidente du conseil de surveillance de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), Anne Hidalgo, a demandé au directeur général de l'institution, Martin Hirsch, de revoir les conditions architecturales du projet du nouvel Hôtel-Dieu, dans un courrier de la semaine dernière dont TecHopital a eu copie.

Le projet du nouvel Hôtel-Dieu comprend une partie hospitalo-universitaire, dont les travaux sont prévus jusque 2023, et, sur un tiers de la surface du site, le lancement de nouvelles activités devant apporter à l'AP-HP une redevance d'exploitation (partie "parvis"), rappelle-t-on (cf dépêche TecHopital).

Dans un courrier adressé à Martin Hirsch jeudi 12 décembre, Anne Hidalgo l'informe de l'avis qu'elle a adressé au préfet de la région Ile-de-France, préfet de Paris, sur le permis de construire déposé par l'AP-HP pour le volet hospitalier de la transformation de l'Hôtel-Dieu.

La maire de Paris assure le directeur général de l'AP-HP de son "entier soutien" au projet, "condition de pérennité d'une offre de soins hospitaliers modernes dans le cœur de Paris" et "vecteur d'un renforcement des liens ville-hôpital".

Elle souligne néanmoins apporter "la plus grande attention aux remarques de la Commission du Vieux Paris" (cf brève TecHopital), dans le prolongement des "évolutions déjà apportées au projet en faveur de l'atténuation de l'impact des deux volumes construits dans les cours".

"Je demande que l'architecture du projet soit adaptée de manière à assurer qu'il ne porte aucune atteinte irréversible à l'intégralité patrimoniale de l'Hôtel-Dieu", écrit-elle.

"Un travail sur les modes constructifs, les matériaux et la rationalisation des surfaces est indispensable pour limiter les impacts du projet. Il s'agit de permettre une insertion la plus délicate possible, à la fois pour respecter la composition architecturale historique et caractéristique de ce patrimoine hospitalier et pour garantir son intégration urbaine au cœur de l'île de la Cité".

La maire de Paris ajoute qu'il s'agit de permettre, "le jour où les techniques médicales seront en mesure d'optimiser les besoins en surface, d'envisager la déconstruction partielle ou totale des bâtiments dans les cours sans stigmates sur le patrimoine historique".

L'AP-HP avait réagi début décembre au vœu négatif de la Commission du Vieux Paris, émis à l’occasion de l’instruction de la demande de permis de construire pour la partie hospitalière du nouvel Hôtel-Dieu, rappelle-t-on.

Elle avait notamment répondu que les choix architecturaux tenaient compte des positions de l’architecte des Bâtiments de France et défendu les "synergies fonctionnelles et architecturales" du projet hospitalier et de la partie "parvis".

Dans son vœu désormais rendu public -il est paru au Bulletin officiel du mardi 10 décembre-, la commission souligne regretter "que la mairie de Paris n’ait pas relayé la demande de protection au titre des Monuments historiques".

Elle juge que "l’opération entière, qui prévoit la concession du tiers des surfaces à un opérateur privé pour la réalisation d’un programme à dominante économique, aura pour conséquence concrète de découper l’hôpital en deux entités indépendantes l’une de l’autre, ce qui est un non-sens par rapport à la composition originelle du site et à la cohérence de son architecture".

La Commission du Vieux Paris se dit "scandalisée par le projet de construction de bâtiments massifs de quatre étages, élevés à hauteur des ailes historiques dans deux des cours Arcole". "Si ces immeubles étaient construits, ils défigureraient l’alignement de l’hôpital sur cette rue", estime-elle.

Elle réfute l'argument de besoin de surfaces supplémentaires, sachant qu'"un tiers des surfaces actuellement hospitalières sera cédé, principalement pour des activités spéculatives".

"En d’autres termes, on enlève à une activité sociale -l’hôpital- des surfaces importantes qu’on reconstitue ailleurs grâce à ce qu’il faut appeler un 'massacre patrimonial'."
La commission a demandé dans son vœu à la maire de Paris de s'opposer au projet en émettant un avis négatif auprès du préfet de Région.

Espace "parvis": avis favorable du conseil de surveillance au bail à construction

La transformation de l'Hôtel-Dieu a été abordée lors de la réunion du conseil de surveillance du 13 décembre, a rapporté l'AP-HP dans un communiqué, qui relaye en partie le contenu du courrier de la présidente du conseil de surveillance à Martin Hirsch.

"Le directeur général fait part du fait qu’il pourrait y avoir des ajustements, dans le prolongement de la demande de la maire de Paris en ce sens", précise l'institution.

Anne Hidalgo a précisé le 13 décembre "qu’elle n’entendait pas demander un classement aux Monuments historiques à l’instar des recommandations de la Commission du Vieux Paris", souligne l'AP-HP dans son communiqué.

Ce classement "rendrait difficile la réalisation de ce grand projet de transformation au service de la santé des Parisiens".

"Cela étant, il lui est apparu souhaitable que l’AP-HP puisse embellir la future enveloppe des bâtiments situés dans deux cours de la rue d'Arcole en recourant à des matériaux plus durables et, qu’elle privilégie d'autre part un agencement réversible de ces deux cours afin de préserver à terme la qualité et l'originalité architecturale de ce très beau site".

Le directeur général de l’AP-HP a quant à lui relevé que "le projet hospitalier prévoit des constructions dans deux cours uniquement contre six constructions actuellement".

L’institution précise que la transformation de l’Hôtel-Dieu entre dans une phase décisive avec l’instruction du permis de construire pour le volet hospitalier, mais aussi "la finalisation de la négociation avec Novaxia pour la partie 'Parvis'".

Pour rappel, le développeur immobilier a été sélectionné en mai par un jury conjoint AP-HP - Ville de Paris. Il conclura un bail à construction d'une durée de 80 ans.

"Le loyer qui sera versé par Novaxia a vocation à équilibrer le plan de financement global de la transformation de l’Hôtel-Dieu", souligne l'AP-HP.

L'institution "pouvait percevoir, à son choix, une somme capitalisée, un loyer annualisé ou un dispositif mixte". Elle a "retenu la formule mixte, qui revient à une somme de 241 millions d’euros sur la durée du bail, 81 millions au début du bail et 2 millions d’euros par an".

Anne Hidalgo a indiqué "qu'elle favoriserait la modification du PLU [plan local d'urbanisme] pour permettre la réalisation sur une partie résiduelle du site du projet 'Parvis Notre Dame'", souligne le communiqué de l'AP-HP.

Le conseil de surveillance a "autorisé à l’unanimité le directeur général à signer le bail à construction sous condition suspensive de déclassement de l’'espace Parvis' de l’Hôtel-Dieu".

mlb-gdl/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda