Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

La restauration du CHU de Nancy se réorganise pour affronter le coronavirus

Crédit: Julien Fabbro/CHU de Nancy
Crédit: Julien Fabbro/CHU de Nancy

NANCY, 23 mars 2020 (TecHopital) - Le CHU de Nancy ne subit pas encore l'afflux de patients Covid-19 mais cela n'a pas empêché la cuisine centrale de complètement revoir son organisation pour ajuster son service aux soignants bientôt sous tension, dans un hôpital confiné et aux règles d'hygiène renforcées.

"Depuis la semaine dernière, nous sommes en plan blanc ", explique Julien Fabbro, responsable du service de restauration du CHU de Nancy, interrogé le 19 mars par TecHopital avant d'ajouter: "Tout est prêt pour l'afflux de patients."

En chirurgie et en médecine générale, "toutes les interventions ont été déprogrammées. Et depuis le 18 mars, le site est confiné, les portails sont fermés et les entrées filtrées par la sécurité."

Le CHU de Nancy a fermé les selfs du personnel qui distribuaient entre 3.000 et 3.500 repas par jour. Ainsi la salle à manger a fermé ses portes. "Nous avons décidé de réimplanter des points de vente sur les différents sites."

En effet, "l'ensemble du personnel administratif est en télétravail et les équipes soignantes ont mis en place des rotations de 12 heures. Il fallait donc transformer les organisations", fait remarquer le responsable de la restauration.

Ainsi, 7 points de vente à emporter ont été installés. Ils fonctionnent du matin jusqu'à 15 h et proposent des produits froids de type sandwichs, salades ou des plats en barquette, à réchauffer dans les services. "Hier nous avons distribué 700 sandwichs. Aujourd'hui nous allons passer à 800."

En parallèle, un parc de13 distributeurs automatiques fonctionnant 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 a été mis en place. "A chaque réapprovisionnement, on procède à la désinfection du distributeur automatique."

Plus généralement, "nous avons renforcé les mesures d'hygiène pour les agents qui vont dans les services, qui vont livrer les offices alimentaires, réapprovisionner les points de vente. Nous portons une attention particulière au lavage des mains. Des solutions hydro-alcooliques sont présentes dans tous nos véhicules, mais aussi des lingettes qui permettent de nettoyer le volant, le levier de vitesse", poursuit Julien Fabbro.

"L'organisation a été difficile à mettre en place car nous en avons changé à 4 reprises. Nous l'avons adaptée au fur et à mesure des recommandations. Et nous sommes en train de prendre nos marques sur la distribution. Il faut dire aussi qu'entre vendredi de la semaine dernière et aujourd'hui j'ai perdu 500 repas puisque nous sommes passés d'une distribution de 1.800 repas à 1.300 le midi. Hier, nous avons réalisé 520 ventes au distributeur automatique et 537 ventes à emporter."

En ce qui concerne le personnel, "jusqu'à présent, nous n'avons pas de difficultés de recrutement. La restauration du CHU emploie 170 équivalents temps-plein. Avec la fermeture du self, nous économisons 20 postes de travail par jour. Ce personnel permet de réapprovisionner plus régulièrement les distributeurs automatiques. Là où ils étaient 2 agents par jour, ils sont maintenant 4 ETP à faire ce travail."

Des précautions pour les repas des malades Covid-19

Les malades atteints du virus en réanimation sont sous alimentation artificielle. Une fois sortis du service, ils sont isolés dans une chambre. Les plateaux, les barquettes, les couverts sont à usage unique. C'est le personnel soignant portant des équipements de protection individuelle (EPI) qui apporte les plateaux aux malades en passant par un sas.

Du côté denrées des alimentaires, "nous n'avons aucune difficulté d'approvisionnement pour le moment", observe le responsable du service de restauration. "De fait, notre production a diminué. Aussi, le 15 mars j'ai organisé une réunion avec mon équipe et décidé de stopper le flux de production."

En revanche, "en ce qui concerne les masques, et notamment les masques FFP2, c'est très tendu. C'est une vraie problématique".

"Nous allons solliciter les entreprises extérieures pour récupérer des stocks de masques FFP2 datant de l'épidémie de H1N1", a expliqué Julien Fabbro. "Nous demandons que toutes les entreprises de la région puissent les diriger vers les hôpitaux."

gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda
Journées d'études et de formation de l'ARTLH - La Rochelle
Evènement reporté
Du 04/06/2020 au 05/06/2020
60èmes Journées d'études et de formation de l'IHF - Marseille
Evènement annulé
Du 10/06/2020 au 12/06/2020
SIDO 2020
Du 03/09/2020 au 04/09/2020
Journées de l'Architecture en Santé (JAS 2020)- Menton
Du 26/10/2020 au 28/10/2020

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions