Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

La Réunion: un système de ventilation naturelle pour rafraîchir le nouvel hôpital de Saint-Paul

Crédit : CH de Saint Paul
Crédit : CH de Saint Paul

PARIS, 6 mars 2019 (TecHopital) - Le nouvel hôpital de l'Ouest, à La Réunion, qui a ouvert ses portes le 5 mars, est un bâtiment de haute qualité environnementale (HQE) puisqu’il répond de manière "très performante" à une majorité de critères, notamment en raison d'une ventilation naturelle très innovante, a indiqué le 4 mars à TecHopital, Dominique Schaff, directeur du patrimoine et des travaux.

Le nouveau site du centre hospitalier (CH) de Saint-Paul ouvrira ses portes à partir du mardi 5 mars après plus de trois ans de travaux et un investissement de 145 millions euros, a annoncé le 1er mars l'établissement dans un dossier de presse.

Le nouvel hôpital, d'une surface de 28.000 m² et d'une capacité de 310 lits et places, a été construit sur le site du Grand-Pourpier en lisière de la commune de Saint-Paul, à côté de l'établissement public de santé mentale de La Réunion (EPSMR) avec lequel il est en direction commune.

Il va remplacer l'ancien site en centre-ville dont les locaux sont contraints par "leur enclavement" et qui ferme le 6 mars. Le déménagement va se dérouler du 5 au 10 mars, avec une reprise des activités programmées le lundi 11 mars dans le nouvel hôpital, explique le CH.

Obtention du label HQE au niveau exceptionnel

Le nouvel hôpital a obtenu le label Haute qualité environnemental (HQE) pour sa conception, répondant pour 9 cibles de manière "très performante". Il est "performant" pour 3 cibles et en "base" pour 2 de ces cibles.

Crédit : CH de Saint Paul
Le nouvel hôpital a été implanté sur un ancien domaine agricole, une exploitation cannière, a expliqué Dominique Schaff à TecHopital. "On a gardé de vieilles demeures et on a constitué une place du village", qui accueillera une cafétéria et dont l'exploitation a été confiée à un prestataire.

Une architecture en 3 blocs séparés par deux coulées vertes et qui ont "une forme de papillon" a été choisie. Chaque bloc comprend des "patios dépressionnaires".

L'hôpital n'étant pas uniquement conçu comme un lieu de passage, il est également un lieu de vie. Implanté dans un parc arboré de 300 à 400 arbres, il a été classé en "très performant" pour son insertion paysagère. "Il y a eu un gros travail de réalisé sur l'insertion paysagère du bâtiment", a précisé le directeur du patrimoine et des travaux. "Nous avons aussi installé des parcs à vélo sécurisés", a-t-il complété.

Autre critère très performant, le chantier est à très faible nuisance, puisque les matériaux excavés sur site ont été réutilisés pour la voirie. "La gestion des déchets de chantier a été optimisée, avec un fort pourcentage de matériaux recyclés". Aussi, des matériaux à faible émissivité ont été employés pour la construction, pour les sols et la peinture.

Des cabines de toilettes ont été préfabriquées sur le site. "Telles des cabines de bateau, ces modules ont été préassemblés, acheminés avant d'être assemblés sur place" afin d'équiper les 251 chambres de l'établissement, dont 85 à 90% sont individuelles.

Gestion très performante des énergies

Crédit : CH de Saint Paul
"Nous avons fait le pari, sur les 9 mois de l'année les plus chauds, d'utiliser le moins possible le refroidissement par les centrales de ventilation". "Et avons donc privilégié la ventilation naturelle des bâtiments", a détaillé le directeur du patrimoine. "Mais cela implique un rôle actif de la part du personnel et des usagers. Puisque la ventilation naturelle se fait grâce à des locaux traversants, des fenêtres et des portes qui restent ouvertes et qui font circuler l'air dans le bâtiment". Un système qui s'apparente au courant d'air.

Le bâtiment est également bardé d'un bouclier thermique qui, grâce à son pouvoir réfléchissant, permet de se protéger des rayonnements solaires. Toutes les fenêtres sont par exemple équipées de "brise-soleil orientables".

Les "patios dépressionnaires dans les blocs" favorisent également le refroidissement des bâtiments. Ce système de ventilation naturelle a été testé sur maquette et en soufflerie. Une ventilation naturelle renforcée par des brasseurs d'air installés dans toutes les chambres et "qui devraient permettre une réduction de température de 4°C".

"C'est à ma connaissance la première fois que l'on utilise un tel système dans un établissement hospitalier", souligne le directeur des travaux. En effet, généralement les hôpitaux gardent fenêtres et portes closes, été comme hiver, avec un système de climatisation assurant chauffage et refroidissement.

Du solaire thermique a été installé afin d'assurer le chauffage de l'eau chaude sanitaire. "En mesure conservatoire, la pose de panneaux photovoltaïques en toiture a été prévue. Les câblages sont en place mais l'installation et le raccordement se feront dans un second temps. Le photovoltaïque sera financé en partie par le conseil régional de La Réunion". Mais "nous avons d'ores et déjà reçu un financement de 100.000 euros de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe)", pour les études.

Grâce à ce bâtiment bioclimatique, une réduction de 30% de la consommation énergétique est attendue, soit une consommation estimée à 270 kWh par m² et par an au lieu de 400 kWh/m²/an en moyenne pour les établissements hospitaliers. "On verra à l'usage si l'objectif est atteint", a-t-il complété. "Réintroduire la ventilation naturelle est un pari fort et cela suppose que le personnel et les patients aient à cœur de faire vivre ce projet."

Crédit : CH de Saint Paul
Le confort hygrothermique des bâtiments a également été travaillé. Pour privilégier la circulation naturelle de l'air, portes et fenêtres devant rester ouvertes, des "rideaux d'intimité" permettent d'occulter une partie de la chambre du patient, celle visible du couloir. "Cette solution a été validée par notre comité d'éthique", a souligné Dominique Schaff.

"La consommation énergétique sera au final le premier juge de paix pour savoir si le bâtiment est effectivement efficient énergétiquement".

La perméabilité du site maximisée

Les architectes se sont engagés à maintenir une perméabilité du site à 50% en limitant l'imperméabilisation des sols et donc les zones de stationnement. "Des noues végétalisées ont été construites favorisant l'infiltration des eaux de ruissellement dans le sol". Beaucoup d'espaces verts sont également présents, tout comme un bassin de rétention. Un exutoire a été conçu pour recevoir des crues décennales.

De plus de l'eau brute, c'est à dire non traitée, sera utilisée pour arroser les espaces verts.

Côté gestion des déchets, elle est classée comme très performante pour les itinéraires de collecte, les locaux dédiés, ou le traitement des biodéchets.

Le projet a également été classé comme très performant pour la gestion technique du bâtiment (GTB).

Un plateau technique neuf

L'établissement a décidé d'investir 18 millions € dans un nouveau plateau technique, dont 9 millions € sont destinés à l’équipement biomédical. Cet investissement correspond également à une nouvelle cuisine relais, ou encore l'achat de 170 nouveaux lits. Le nouveau laboratoire représente une partie conséquente de l'investissement.

"Une valeur de 5 millions d'équipements ont été transférés de l'ancien site vers le nouveau". Parmi les équipements lourds, un scanner a été transféré. Au total, 2 IRM de 1,5 Tesla et un scanner ont été acquis.

"Nous allons équiper une salle hybride cardio-vasculaire pour 1,5 million d'euros".

Des professionnels privés et libéraux extérieurs à l'établissement seront accueillis au sein du bloc opératoire, du plateau ambulatoire et du plateau unique des consultations externes et pour l'emploi des 2 scanners et des 2 IRM.

Dans le cadre de la direction commune avec l'établissement public de santé mentale de La Réunion (EPSMR), le rapprochement géographique va permettre des "convergences" dans les fonctions administratives, techniques et logistiques. Le bâtiment principal abritera une nouvelle pharmacie à usage intérieur (PUI) commune aux deux établissements.

Les services techniques et logistiques des deux entités seront rassemblés dans un nouveau bâtiment construit à la jonction des deux sites.

"Les délais de construction ont été respectés ainsi que les coûts", s'est félicité le directeur en charge du projet. Le choix d'un projet en conception-construction y est certainement pour beaucoup puisque cela a "permis de n'avoir qu'un seul interlocuteur".

Enfin, "nous avons essayé d'être pédagogues avec les soignants puisque la conception de tous les locaux a été validée avec eux", a conclu Dominique Schaff.

gdl/ab

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://new.abb.com/fr/sante
https://www.ecophon.com/fr/connaissance/hc---noise-affects-quality-of-care/

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions