Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le CHU de Grenoble prêt pour le chantier du nouveau plateau technique et la restructuration des blocs opératoires

Le nouveau plateau technique avec son hélistation en toiture tel qu'imaginé par l'architecte Pascal Beau
Le nouveau plateau technique avec son hélistation en toiture tel qu'imaginé par l'architecte Pascal Beau

Dans le cadre d'un vaste chantier de modernisation du CHU de Grenoble Alpes qui doit s'étaler de 2016 à 2022, l'établissement se prépare à poser la première pierre de son nouveau plateau technique avant d'entamer la restructuration de ses blocs opératoires.

Depuis plusieurs années, le CHU de Grenoble Alpes prépare un grand chantier de modernisation de ses installations. Alors que la rénovation de son établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) vient de s'achever, l'établissement lance à présent la construction d'un bâtiment entièrement neuf destiné à accueillir son nouveau plateau technique et prépare les travaux pour la restructuration des blocs opératoires à l'hôpital Michallon.

Etalé de 2016 à 2022, le projet repose sur trois grandes opérations complémentaires: la construction d'un bâtiment (appelé nouveau plateau technique -NPT); la modernisation des salles opératoires de l'hôpital Michallon; la rénovation des halls d'accueil, la création d'un espace consacré aux consultations à fort flux et l'achèvement des mises aux normes..

"Après la réalisation de ces trois opérations, le CHU répondra aux normes de sécurité sanitaire, incendie, technique et radioprotection", souligne l'établissement dans son dossier de presse.

Coût et financement de l'opération

Coût total: 182 millions d'euros

  • Nouveau plateau technique: 60 millions d'euros
  • Modernisation hôpital Michallon: 60 autres millions
  • Rénovation blocs opératoires: 40 millions d'euros
  • Acquisition d'équipements biomédicaux: 21,75 millions d'euros

Financement

  • Autofinancement: 71 millions d'euros
  • Emprunt : 90 millions d'euros
  • Aide Copermo: 21 millions d'euros

Une hélistation totalement opérationnelle

Le nouveau plateau technique prendra donc place au sein d'un bâtiment entièrement neuf dont la première pierre sera officiellement posée le 18 novembre prochain. Il accueillera à la fin des travaux prévus en 2019 l'accueil et la prise en charge des urgences, les réanimations, et des unités de surveillance continue ainsi qu'une hélistation en toiture.

"Aujourd'hui l'hélistation est au sol et n'est pas correctement exploitable. Le transport des blessés au sol depuis l'hélicoptère jusqu'aux urgences n'est pas optimisé. Avec une hélistation en toiture sur le futur projet, nous disposerons d'une aire d'atterrissage, de deux aires de stationnement et d'un hangar. La zone sera directement reliée par ascenseurs aux urgences", explique Cyrille Marais, ingénieur chargé de la coordination des projets.

Cette hélistation permettra de répondre totalement "à l'accueil des 2.000 mouvements annuels d'hélicoptères" de l'hôpital, précise l'établissement dans son dossier de presse.

Un bâtiment hors crues

"Une des autres originalités de ce nouveau bâtiment, c'est d'avoir été conçu pour être hors d'eau en cas de crue majeure de l'Isère. Si bien que l'accueil des urgences et la prise en charge des patients grièvement blessés pourra toujours être assurée. D'autant qu'à terme, les urgences seront reliées aux blocs opératoires de l'hôpital Michallon", détaille Cyrille Marais.

Cette contrainte a notamment été intégrée par l'architecte Pascal Beau, maître d'oeuvre du projet, grâce à une conception sur pilotis d'un parvis hors crue.

"Cependant, en attendant 2019, le service des urgences connaîtra des changements temporaires. Dès le 22 novembre par exemple, les entrées des urgences se feront par le côté Est de l'hôpital au lieu du côté Ouest", ajoute-t-il.

La géothermie à l'étude

Concernant les équipements de ce nouveau bâtiment, Cyrille Marais explique qu'une réflexion sur la gestion de l'air est encore en cours. Les locaux seront équipés pour disposer d'air rafraîchi grâce à un système de "free cooling" (utilisation des échanges thermiques entre air intérieur et extérieur), évitant ainsi les systèmes de climatisation avec compresseur. Pour l'été, il est envisagé d'utiliser un échange thermique via le sol mais différentes options doivent encore être soupesées. Les études pour connaître le potentiel géothermique sont en cours.

Un plateau interventionnel entièrement repensé

Les nouveaux blocs opératoires prévus à l'hôpital Michallon- Crédit Siemens Healthcare
Le nouveau plateau interventionnel de 12.000 mètres carrés dont les travaux débuteront en 2017 pour une livraison entièrement achevée en 2022 prendra place sur l'ensemble du 1er étage du bâtiment principal de l'hôpital Michallon. C'est un groupement conduit par l'architecte Michel Beauvais qui en assure la maîtrise d'oeuvre.
Il s'agira de créer au final 31 salles d'opération organisées en secteurs: un secteur "lourd" (avec notamment 12 salles d'opération dont deux hybrides et un secteur interventionnel), un secteur "urgence" (avec une salle de déchocage de trois postes, un bloc urgence et greffe de six salles et une salle de pré-anesthésie de deux places), un secteur "à forte rotation" (avec 13 salles d'opération, des salles d'endoscopie, une salle de pré-anesthésie de huit postes, un secteur de réveil avec une connexion avec le service de chirurgie ambulatoire), et un secteur pour l'ambulatoire.
"C'est une réhabilitation lourde qui va s'effectuer en quatre phases, chacune subdivisée en deux ou trois sous-phases, mais qui permettront de rationaliser tant les flux de patients que certains autres flux de matériels et d'équipement", précise l'ingénieur coordonnateur.

Des blocs modulaires et hygiéniques

"Au niveau des blocs opératoires, c'est la modularité qui prédomine. Avec par exemple, la possibilité de fusionner deux salles en une pour certaines opérations nécessitant plus de place et de personnel. Evidemment ces blocs seront entièrement équipés avec des réseaux de communication numérique modernes pour assurer vidéos ou visioconférences par exemple. Au niveau de l'hygiène, tout le matériel sera sur bras suspendus au plafond et les patients viendront sur des tables mobiles. Au niveau du traitement de l'air, les salles ne seront plus en flux laminaires mais en flux vertical avec reprise d'air au sol par les coins", détaille Cyrille Marais.

Le parcours du patient au centre de l'organisation

La chirurgie ambulatoire est l'un des grands axes de cette rénovation. L'établissement annonce en effet s'être donné pour objectif de "développer fortement l'activité de chirurgie ambulatoire en passant d'une vingtaine de places actuellement à 50 en 2019".
L'organisation des espaces au niveau de la chirurgie ambulatoire a donc été entièrement repensée pour permettre une marche en avant du flux des patients avec lisibilité et facilitation de l'orientation. Les patients sont accueillis dans une première zone avant d'intégrer une zone d'intervention et de réveil/surveillance puis une zone de rétablissement et sortie. Les chambres d'hébergement pour les très courts séjours de l'ambulatoire se situant donc au même niveau que les blocs. Elles comprennent "47 lits de SSPI (salle de surveillance post-interventionnelle) dont six lits de 'concept room' contre 23 aujourd'hui", précise l'établissement dans un communiqué de presse.

Arsenal stérile centralisé

"A l'occasion de cette restructuration, les arsenaux stériles aujourd'hui dispersés seront centralisés en un seul lieu, permettant d'avoir un flux unique bien caractérisé avec un seul départ propre et une seule arrivée 'sale'. Cet arsenal sera équipé de racks modulaires et directement connecté physiquement et informatiquement à la nouvelle stérilisation qui sera située juste en dessous", explique Cyrille Marais.

Rénovation de l'hôpital Michallon

Les travaux de modernisation de l'hôpital Michallon vont conduire à rénover les halls d'accueil, d'aménager des surfaces désaffectées pour accueillir des activités tertiaires et de consultations permettant de libérer des espaces dans les unités de soins afin d'augmenter le nombre de chambres individuelles. Ils doivent s'étaler entre 2017 et 2023.
Ils vont aussi conduire à réorganiser les consultations à fort flux sur les deux niveaux, rez-de-chaussée bas (orthopédie-traumatologie, chirurgie de la main, anesthésie) et haut (pneumologie, infectiologie) avec création de nouvelles surfaces pour répondre aux besoins et offrir à l'ensemble des consultations un éclairage naturel.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda