Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le BIM, nouvelle tendance de la conception et de l'exploitation des hôpitaux

VILLEJUIF (Val-de-Marne), 8 juillet 2015 (Direct Hôpital) – Le Building Information Modeling (BIM), une nouvelle technique de conception et d'exploitation des hôpitaux, permet des gains importants mais nécessite une forte collaboration pour être efficace, a-t-on appris lors des 55èmes journées des Ingénieurs hospitaliers de France (IHF), qui se sont tenues du 10 au 12 juin à Villejuif.

Le BIM était l'un des deux sujets développés lors la séance plénière de ces journées, avec le management de la qualité (lire à ce sujet : Management de la qualité: comment l'exemple biomédical peut s'appliquer aux ingénieurs techniques). Le BIM, qui "va devenir véritablement le système d'information des bâtiments", va en effet "avoir une grande importance pour toute la filière de construction mais aussi pour ce qui concerne l'exploitation des bâtiments", a expliqué à Direct Hôpital Jacques Roos, président d'IHF. "Pendant 20 ou 30 ans, tous les exploitants techniques pourront s'appuyer sur cette énorme base de données", a-t-il dit.

Concrètement, le Building Information Modeling est "la mise en œuvre d'une base de données pour le bâtiment, dont l'objectif global est d'en produire une représentation virtuelle fiable et de compiler de façon opérable toutes les informations", a expliqué Bertrand Hedoux, directeur des opérations chez Deerns France, société de conseil en ingénierie multidisciplinaire.

Alors qu'il y a encore 30 ans, les architectes utilisaient "un stylo, une feuille de papier et une planche à dessin", les capacités actuelles des ordinateurs et des logiciels offrent de nouvelles capacités et une plus grande flexibilité aux équipes de conception, a-t-il souligné.

Le BIM "n'est pas une boite magique" mais est "un chemin tortueux" qu'il est difficile de prendre, a soulevé le directeur des opérations. Face à ses capacités, "on ne lance pas un appel d'offres en disant seulement 'je veux du BIM'. […] Il est nécessaire de mener une réflexion préalable sur ce qu'on souhaite, sur les logiciels que l'on veut utiliser, etc.", a-t-il ajouté.

Il a pris l'exemple du Medical Center Alkmaar (MCA), situé aux Pays-Bas, pour expliquer l'importance de créer "de nouvelles collaborations" pour engager une démarche BIM efficace. "L'ingénierie des fluides (Deerns), l'ingénierie structures, l'architecte et l'entreprise de construction ont décidé de constituer une société commune formalisant une équipe intégrée et optimisée", a-t-il détaillé. Cette entité a été mise en place "comme une structure de coopération commune […] avec un partage optimisé de l'information et des outils et la résolution centralisée des problèmes potentiels".

Notant que "de plus en plus de spécialités différentes sont apparues" et que la conception d'un hôpital "peut être très fragmentée" (ce qui peut générer des doublons, des surcoûts et de l'inefficacité), Bertrand Hedoux voit le BIM comme un moyen de "créer des convergences". Avec, comme "pierre angulaire", un "coordinateur BIM" qui est le "chef d'orchestre de la nouvelle organisation".

L'architecte Alain Wouters, du cabinet Art & Build, qui s'est exprimé après Bertrand Hedoux, a expliqué que "dans un processus classique de conception, il y a une perte d'information à chaque étape, qui engendre des coûts et délais supplémentaires". Le processus BIM, basé sur une maquette numérique, "réduit cette perte d'information et peut représenter un gain de temps considérable", a-t-il ajouté.

Un investissement initial "lourd" mais des gains sur l'exploitation

Le BIM est "un investissement initial" qui "pèse lourd", a-t-il prévenu. Il nécessite "beaucoup d'échanges, un choix de logiciel, des équipes de conception plus intégrées", etc. Mais l'apport en "coût global" est très positif sur toute la vie du bâtiment, a-t-il ajouté.

Au moment de sa conception, il permet de "se promener dans un modèle en 3D" du bâtiment et de détecter d'éventuelles erreurs ou "clashes" entre les différentes spécialités. Il "réduit le coût des modifications" et facilite la maintenance. "Par exemple, il est utile de savoir si un équipement technique s'interface correctement avec la structure (comme un groupe frigorifique sur le toit d'un bâtiment)". Et plus tard, "il est utile de connaître la fréquence des interventions de maintenance, les dernières réparations effectuées, etc.".

Alain Wouters a présenté un rapport de Franck Hovorka (département pilotage du groupe Caisse des dépôts) et Pierre Mit (président de l'Union nationale des économistes de la construction) montrant que le coût des modifications sur les projets achevés passant de 18,42% sans usage du BIM à 2,68% avec un "usage réellement collaboratif" du BIM.

L'agence Art & Build réalise notamment le nouveau Centre de traitement des grands brûlés de l'hôpital d'instruction des armées de Percy (Clamart, Hauts-de-Seine), en conception réalisation avec Bouygues Ouvrages Publics. La méthode BIM "a permis entre autres d'identifier rapidement les points de conflits en pré-synthèse", a souligné l'architecte. "La maquette numérique a été partagée avec tous les membres du groupement pour les phases d'études et service également de support pour les industriels lors de la construction".

Les deux projets d'extension du centre hospitalier de Roubaix (pôle mère-enfant et stérilisation) sont aussi intégralement gérés sur la base d'une maquette numérique partagée avec les bureaux d'études.

"Le BIM va se généraliser dans le futur, et notamment via les appels d'offres publics", a prédit Alain Wouters. Et pour cause: une directive sur les marchés publics adoptée par le Parlement européen en janvier 2014 appelle les Etats membres à "encourager, préciser ou imposer l'usage du BIM" pour les projets de constructions publics.

"Le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande et la Norvège exigent déjà l'utilisation du BIM pour les projets de construction financés par l'État", précise le blog Architecture, BIM & Conceptual Design.

mb/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda