Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://digital-solutions2.konicaminolta.fr/FR-20190521-TDS-0-MLT-EVT-HVF-0-01-Page-de-contact-HIT.html?utm_medium=email&utm_campaign=FR-20190521-TDS-0-MLT-EVT-HVF-0-salon-HIT-2019&utm_source=Event&utm_term=&utm_content=contact
http://www.canyon.fr/

Le centre de médecine nucléaire de Quimper acquiert son premier détecteur de radioactivité connecté Rium

Le détecteur Rium d'Icohup
Le détecteur Rium d'Icohup

PARIS, 12 mars 2019 (TecHopital) - Initialement conçu pour la radioprotection en centrale nucléaire, le détecteur de radioactivité connecté Rium de la start-up Icohup, qui permet de suivre en temps réel les données sur l'exposition des personnes aux radiations, a séduit plusieurs établissements de santé dont le centre de médecine nucléaire Georges-Charpak de Quimper, a expliqué Louis Moreau, co-fondateur d'Icohup.

La première version de ce "capteur de rayonnements ionisants gamma et X" est utilisée par les CHU de Bordeaux, Limoges et Clermont-Ferrand, ainsi qu'au centre de médecine nucléaire Georges-Charpak à Quimper, a précisé le responsable d'Icohup à APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TecHopital).

Connecté en Bluetooth, Wifi, 3G/4G ou à un réseau filaire Ethernet ou USB, il sert à la fois de dosimètre et de spectromètre pour mesurer le débit de dose radioactive reçue et identifier le rayonnement.

Il transmet en temps réel les informations collectées dans son environnement sur une application web proposée par Icohup en mode SaaS (Software as a Service), qui peut être consultée par les chefs de service, les personnes compétentes en radioprotection (PCR) ou les professionnels eux-mêmes, aux choix de l'établissement. La plateforme garde l'historique des données pour mieux comprendre les incidents.

Il génère également des alertes automatiques en cas de dépassement de seuil. Doté d'une autonomie de 15 heures, il se recharge sur le secteur ou via USB.

Les dosimètres actuellement utilisés dans les centres de médecine nucléaire, de radiothérapie ou dans les services de radiologie "ne sont pas du tout connectés", ce qui conduit parfois à des délais de "plusieurs heures ou plusieurs jours" pour être alerté en cas de surexposition, a observé Louis Moreau, doctorant en sécurité informatique.

Ils se rechargent sur des bornes "parfois installées dans les couloirs et accessibles à tous", constituant autant de potentielles "failles de sécurité".

La première version de Rium 1, un peu plus grande qu'un téléphone portable, est pour l'instant utilisée dans les établissements de santé comme "dosimètre d'ambiance". Apposé dans certaines salles de l'hôpital, il mesure en temps réel un niveau de radiation par pièce.

"Cela peut être dans une chambre ou dans une salle d'attente pour repérer un rayonnement inhabituel et prévenir les usagers", a cité Louis Moreau à titre d'exemple.

"Nous souhaitions pouvoir cartographier en temps réel le niveau d'exposition et les flux de radioactivité au sein du centre de médecine nucléaire", a expliqué Cyril Leleu, physicien médical et PCR au centre Georges-Charpak de Quimper, interrogé par TecHopital.

"Le détecteur Rium propose une solution innovante et robuste. Par sa fonction spectrométrie, c'est également un excellent outil de caractérisation des déchets radioactifs pour les gammes d'énergie utilisées en médecine nucléaire et il sécurise notre processus de gestion des déchets", a-t-il détaillé.

Le dosimètre connecté permet en effet de cartographier un site ou un bâtiment en temps réel et transmet une alerte en cas de dépassement significatif. Sa fonction spectrométrie permet de renseigner le PCR sur le type de rayonnement à laquelle l'agent est exposé. "Le dosimètre est calibré sur 6 radionucléides (uranium, césium 137, fluor 18, iridium 11, gallium, technétium), les plus courants en radioprotection", a fait remarquer le physicien.

Aussi performant que les autres dosimètres, "son seul point négatif est qu'il sature vite: à 100 µSv". Mais "comme ce sont les dépassements de doses qui nous intéresse, donc cette limite ne pose pas de problème", précise le physicien.

Enfin, il remplace les dosimètres classiques soit "en point fixe pour une cartographie des lieux", soit "en manuel pour chercher des sources", soit "pour des études de poste".

A noter par ailleurs, que l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a collaboré à la mise au point de ce "compteur Geiger moderne" qui est breveté.

"Rium2" bientôt commercialisé

La "prochaine étape" d'Icohup est la mise à disposition de Rium 2, une version mobile du dispositif, qui pourra être portée par les professionnels de santé et servir de dosimètre personnel, pour renforcer la surveillance des expositions au niveau des personnes, mais Louis Moreau n'a pas souhaité préciser sa date de commercialisation.

La start-up Icohup entend également "adapter davantage" son détecteur à différents usages dans plusieurs secteurs d'activité, en renforçant notamment sa sensibilité dans certains cas.

Rium est actuellement proposé au tarif de 590 euros par détecteur avec des prix dégressifs en fonction de la quantité achetée. L'abonnement à la plateforme de suivi en temps réel des données collectées est de 40 euros mensuels.

Située à Limoges et Lyon, Icohup réunit une équipe de 9 personnes. Elle est financée grâce à des fonds publics de la région Nouvelle-Aquitaine et de la banque publique d'investissement Bpifrance, et à une levée de fonds de 400.000 euros auprès d'acteurs privés.

Au-delà des établissements de santé, Rium est utilisé par Dalkia (groupe EDF), la société Orano (ex-Areva), ainsi que les services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) de Côte-d'Or et de Haute-Vienne.

rm/gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.journees-ihf.com/
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions