Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le CH de Niort, médaille d'or du Prix "Health Care Climate Challenge", pour sa politique de réduction des gaz à effet de serre

Crédit: Health Care Without Arm
Crédit: Health Care Without Arm

NIORT (Deux-Sèvres), 9 décembre 2020 (TecHopital) - Le centre hospitalier (CH) de Niort a remporté la médaille d'or du Prix Health Care Climate Challenge dans la catégorie "réduction des gaz à effet de serre", a annoncé le 1er décembre l'ONG internationale, dont l'objectif est de réduire l'empreinte environnementale des établissements de santé.

Le centre hospitalier (CH) de Niort est le seul hôpital français sur la liste des lauréats de ce prix attribué par l'ONG "Health Care Without Arm" qui récompense depuis 5 ans les établissements de santé s'engageant à réduire leur empreinte climatique.

L'établissement niortais, qui dispose d'environ 1.300 lits et places, couvre une surface de 160.000 m² et emploie environ 3.200 personnes, emporte cette année la médaille d'or dans la catégorie "réduction des gaz à effet de serre".

Une récompense obtenue grâce à un bilan carbone évocateur. Ainsi entre 2009 et 2019, le CH de Niort a vu ses émissions globales de gaz à effet de serre (GES) réduites de 28% (30.003 tonnes équivalent CO2 au lieu de 41.936 TequCO2 en 2009). Dans le même temps l'activité de l'établissement a progressé de 19% et les consultations externes de 44%.

Il faut dire que les émissions de GES sont surveillées depuis 10 ans. Le premier bilan carbone date en effet de 2009. Il a été réactualisé en 2014 et mis à jour à nouveau en 2019. "Comme nous étions en train de refaire notre bilan carbone à partir des données 2019, nous avons déposé un dossier de candidature", a expliqué à TecHopital Bernard Jourdain, responsable développement durable de l'établissement.

Cette réduction, l'hôpital l'a obtenue principalement sur les postes énergie et transport. En faisant la comparaison uniquement sur ces deux postes, la réduction est de 78%. En effet, "en 2014, nous avons fait installer une chaudière à bois en remplacement d'une chaudière gaz et fioul".

Mais les gains en termes d'empreinte climatique n'ont pas été immédiats. En cause, la centrale d'achat d'énergie (UniHA en l'occurrence) "avec qui nous travaillons pour la fourniture en électricité". La centrale a décidé en 2016, pour des raisons financières, "de changer de fournisseur en choisissant un fournisseur allemand produisant à partir du gaz et de charbon, avec un contrat courant sur deux ans".

"N'ayant pas la main sur la fourniture d'électricité, cela a eu un impact direct sur notre bilan carbone", a souligné le responsable développement durable.

En 2018, UniHA a de nouveau changé de fournisseur et "notre électricité est maintenant d'origine nucléaire".

A noter que le premier poste en termes d'émissions de GES correspond aux médicaments, vient ensuite le chauffage.

En termes de budget, le plus gros poste correspond à l'électricité. "Un hôpital consomme toute l'année, tous les jours, 24 heures sur 24, sans vacances, sans pause dans l'année." Ainsi la facture d'électricité du CH s'élève à 1,9 million d'euros (pour une consommation de 17,5 millions de kilowatts) et il est de 750.000 € pour le chauffage.

Réduction de 14% d'ici 2022

"Aujourd'hui, notre objectif est d'améliorer encore notre bilan carbone en réduisant nos émissions de 14% d'ici 2022", a indiqué Bernard Jourdain.

Pour l'instant "il est encore trop tôt pour expliquer de quelle manière nous allons réussir mais nous y travaillons", a indiqué le 7 décembre à TecHopital, Bruno Faulconnier, directeur de l'établissement.

"Peut-être sommes-nous à Niort un peu plus sensibles à ces questions que dans d'autres établissements. Il faut dire que le CH de Niort possède un responsable développement durable depuis 10 ans. Nous avons déjà réalisé 3 bilans carbone et je souhaite que cela continue", a-t-il ajouté.

"Nous envisageons de travailler sur les fluides frigorigènes, car nous avons encore de vieilles climatisations à changer", a détaillé Bernard Jourdain. "Nous allons également retravailler sur l'énergie, en veillant à l'application du décret tertiaire. Il s'agit d'améliorer les usages des bâtiments, de travailler sur "le relamping" avec le remplacement des lumières par des LED".

De plus, "nous comptons refaire un point avec les anesthésistes pour savoir s'il est possible de réduire certains gaz anesthésiants" particulièrement émetteurs de GES. "C'est une action à coconstruire avec les anesthésistes, les soignants."

L'établissement envisage de se pencher sur la question des médicaments. "Existe-t-il des gains à réaliser sur les médicaments ?", s'interrogent le directeur du CH et son responsable développement durable.

Enfin, "nous révisons actuellement notre plan de déplacement. La dernière enquête de mobilité datant de 2014, nous allons relancer une enquête de mobilité auprès du personnel", a indiqué Bernard Jourdain.
"Pour ce faire nous avons sollicité les étudiants de l'IUT de Niort qui ont réalisé un outil informatique en ligne, un QR code, permettant aux salariés d'accéder directement via leur smartphone à l'enquête de mobilité. Nous construisions actuellement un questionnaire qui, lorsqu'il sera validé, sera diffusé aux salariés. L’idée étant de faire un état des lieux des modes de transport en questionnant sur les éléments-clés du changement de mobilité". Car les mobilités évoluent avec le temps.

"Par exemple, j'ai constaté que nous avons de plus en plus de vélos à l'hôpital."

A noter que "ce prix valorise en interne le fait que c'est l'établissement qui a construit cette démarche durable, une démarche qui peut d'ailleurs servir d'exemple pour d'autres établissements", a fait remarquer Bernard Jourdain.

En conclusion, le responsable développement durable a voulu rappeler que les hôpitaux couvrent des millions de m², qu'ils consomment énormément en électricité et en chauffage. "Il faut donc regarder quelles sont les améliorations à apporter pour aider à la transition énergétique. Quels types de financements sont disponibles pour que la santé s'oriente vers la transition énergétique."

"Il y a de vrais modèles économiques à construire et c'est une vraie question nationale. Comment accompagner la transition énergétique des hôpitaux, quelle aide technique leur apporter, quels moyens humains sont disponibles pour aller vers cette transition", a-t-il détaillé. "La santé doit embarquer la question énergétique et la question du changement climatique", a-t-il insisté.

Les lauréats européens du "Health Care Climate Challenge"

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda