Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://vimeo.com/372582192

Le CH de Saint-Lô investit dans la QVT et le bien-être des patients

crédit : CH Saint-Lô
crédit : CH Saint-Lô

(Par Sophie EUSTACHE, à Saint-Lô)

SAINT-LÔ, 19 juillet 2018 (TecHopital) - Le centre hospitalier de Saint-Lô investit 90.000 euros par an dans des projets visant à améliorer la qualité de vie au travail et le bien-être des patients, ce qui se traduit par l'aménagement d'espaces de détente ou encore l'organisation d'activités, a expliqué à TecHopital son directeur, Thierry Lugbull.

Dans cet hôpital manchois, la politique de santé des salariés et de QVT est orchestrée par un comité de pilotage, qui intègre la direction, les délégués CFDT (l’unique syndicat au CH) et le service de médecine du travail. Cet organe interne décide et finance les actions proposées par les agents. Il est doté d’un budget annuel de 90.000 euros, et peut éventuellement bénéficier de financements supplémentaires.

"Tous les acteurs de l’hôpital sont concernés par les actions que nous mettons en place. Le comité décide des actions à mettre en place en termes d’environnement de travail, d’organisation de travail, de prévention des risques professionnels", a détaillé Thierry Lugbull, directeur de l'établissement (ainsi que du CH de Coutances), rencontré le 12 juillet par TecHopital.

Au sein du service de santé au travail, les infirmières sont formées à la prévention des risques liés à l’activité physique, donc "elles sont habilitées à faire des études de poste et à proposer des améliorations de l’organisation et des outils de travail", a détaillé Sarah Soulabaille, responsable du personnel.

Chaque année, le comité de pilotage fait un appel à projets et en valide environ cinq. Les agents sont ainsi invités à proposer des projets ou actions pour améliorer leurs conditions de travail et à les budgéter.

Le chariot de ménage réalisé sur mesure pour les agents. Photo: Sophie Eustache/APMnews

Par les projets validés par le comité, il y a eu "l’aménagement d’une salle de pause, l’acquisition de tabliers de plomb allégés, un coin lecture au bloc opératoire, un chariot de ménage sur mesure… ", abonde Sarah Soulabaille.

Au-delà des conditions de travail, cette politique s’est aussi traduite par la création, en 2017, de l’association Koala. Elle vise à organiser des activités à destination des agents.

"Les formateurs ne sont pas des gens de l’extérieur, mais les agents eux-mêmes selon leurs talents. Par exemple, une agente donne des cours de cuisine après le travail, pour offrir un sas de décompression. L’objectif est de créer des lieux de détente pour éviter le burnout du personnel", explique Thierry Lugbull.

Plusieurs activités sont ainsi proposées: cours de cuisine, gym aquatique, séance de sophrologie. Quatre cents heures annuelles sont dévolues aux activités "bien-être". Sur ces heures, la moitié est financée par l’hôpital et l’autre moitié doit être prise sur le temps personnel des agents.

L'établissement compte aussi une chorale hospitalière, dirigée par le DRH, qui fédère 30 professionnels de santé. La chorale monte des spectacles comprenant chant, musiciens, lumières, projections vidéo, en association avec l’école de musique municipale de Saint-Lô. Ils ont récolté 1.000 euros de dons pour deux associations.

80% de la QVT vient du management

"Nous avons une politique QVT qui trouve sa source dans le projet établissement. Il ne faut pas mélanger la notion de QVT avec 'c’est fun d’être au travail'. Le management a pour objectif premier la QVT des professionnels. Ce n’est pas un effet de mode. 80% de la QVT vient du management, donc agir sur la QVT c'est agir sur le développement des compétences managériales. Toute notre action se structure autour de ça ", a précisé à TecHopital Rémi Delekta, directeur des ressources humaines.

Cent agents ont des fonctions de supérieurs hiérarchiques. "Nos cadres sont des manageurs, il n’a pas été évident de leur faire accepter le terme. Il y a eu un changement culturel", estime Thierry Lugbull.

Pour améliorer leurs compétences managériales, des formations sont proposées sous la direction d’une équipe de 15 supérieurs hiérarchiques. Cette équipe, qui s’est baptisée Manage’up, est dotée d’une enveloppe de 30.000 euros par an, avec laquelle ils peuvent proposer un programme de formation. En 2016, l'expérience des CH de Saint-Lô et de Coutances a reçu un prix de l'Association nationale pour la formation du personnel hospitalier (ANFH) et de l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), rappelle-t-on.

Les formations ont pour thèmes, entre autres, le développement personnel, la gestion du temps et la gestion de projet. Des séminaires sont organisés: le dernier s'intitulait "Déjouer les pièges de la mauvaise foi et de la manipulation".

"Nous faisons participer les manageurs aux instances pour présenter les projets qui sont débattus en comité d'entreprise et en comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Nous invitons tous les manageurs à associer les syndicats aux travaux préparatoires. Nous faisons aussi des formations concernant la négociation avec les syndicalistes, qui viennent sur une partie de la formation", a détaillé Rémi Delekta.

Parmi les autres actions destinées aux supérieurs hiérarchiques, le DRH a évoqué la mise en place d'une grille d'évaluation collective, des journées baptisées "Vis mon job" (qui permettent de découvrir le quotidien d'un autre professionnel hospitalier), et des fiches d'événements "désirables" (pour une traçabilité des événements qui fonctionnent) afin de contrebalancer les fiches d'événements indésirables.

Une politique qui prend aussi forme dans les murs de l'hôpital

Pour accompagner la politique de QVT, des espaces ont été rénovés et aménagés. Le déménagement de l'institut de formation en soins infirmiers, initialement présent dans les locaux de l'hôpital, vers le lycée de Saint-Lô, a permis de libérer des salles qui serviront d'espace pour des séances de sport, de yoga et de massage, ainsi que pour les ateliers de cuisine. Une salle Snoezelen sera aussi ouverte pour le personnel.

Le personnel bénéficie déjà d'un espace de détente et de repos, où trône un baby-foot. Cette salle donne de plain-pied sur le parc de l'hôpital, d'où l'on entend les moutons bêler. Clin d'œil à la "politique Koala" instiguée par le directeur Thierry Lugbull, des peluches à l'effigie de l'animal décorent les étagères.

Les espaces de repos ne sont pas les seules à avoir été aménagées de façon conviviale. Dans une salle de réunion, les chaises et la table ont été troqués pour des fauteuils. Sur les murs, des photos de Koala et de forêt de bambous rappellent que "comme cet animal en voie de disparition, l'hôpital est un espace à protéger".

Le directeur ajoute qu'une telle configuration de l'espace favorise des "échanges bienveillant" et font retomber "les tensions".

Salon de sortie au CH de Saint-Lô. Photo: Sophie Eustache/APMnews
Pour réduire le stress du personnel comme des patients, un effort a été réalisé en matière de décoration, d'architecture et de lumière. Dans le hall où sont accueillis les patients, un piano a été installé, "comme dans les gares".

La signalétique a aussi été modernisée. Des grands écrans accrochés au mur indiquent les différents services. "En cas de déplacement des services, l'information est mise à jour", précise Thierry Lugbull.

Les salles d'attente sont ornementées de plantes et de fleurs et éclairés avec des lumières colorées. Le salon de sortie a lui aussi été aménagé. Il comprend un bar, des tables et un coin lecture. D'immenses portraits de patients, dessinés au fusain, jalonnent le salon. Cet aménagement permet de "rendre la dernière journée d'hôpital agréable, et de fluidifier le parcours patient", ajoute le directeur.

"La QVT participe à la réussite des résultats financiers"

D'après la direction, la QVT permet de limiter l'absentéisme du personnel. Le taux d'absentéisme a été de 6,22% en 2017, 4,64% en 2016 et 5,13% en 2015 (motifs médicaux, hors congés maternités). Pour rappel, en 2017, à l'échelle nationale, le taux d’absentéisme pour raison de santé dans les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux s’établissait à 13%, selon une étude de l'assureur Sham (cf dépêche du 3 juillet 2018).

Thierry Lugbull rappelle qu’en 10 ans, l’hôpital n’a connu aucune enquête externe du CHSCT et qu’un seul jour de grève à l’échelle locale. Et lors des mouvements nationaux, "il y a moins de 1% de mobilisation".

"La QVT participe directement à la réussite des résultats financiers: un point en moins de taux d’absentéisme représente 500.000 euros de plus par an pour l’établissement, pour un budget de 110 millions d’euros", commente le directeur.

Autre conséquence selon Thierry Lugbull, l'attractivité de l'établissement aux yeux des médecins. "Nous attirons des jeunes médecins venus de Caen. Il y a une vraie dynamique en termes de médecine, nous avons déjà une augmentation de 14% de l’activité cette année. Nous avons développé des spécialités qui n’existaient pas il y a quelques années au sein de l’établissement, nous avons désormais des spécialités en soins intensifs en cardiologie et neurologie, en diabétologie, en rhumatologie. Nous avons aussi ouvert une unité médico-judiciaire", a détaillé Thierry Lugbull.

Le CH de Saint-Lô intègre ainsi toutes les activités de MCO (médecine, chirurgie, obstétrique), un service de réanimation, une USC (unité de surveillance continue) et le Samu. Le CH de Coutances a une offre de soin centrée sur la gériatrie. A l'heure actuelle, le CH de Saint-Lô est doté de 525 lits et places (et 475 lits et places à Coutances) et compte 1.400 agents dans ses effectifs, dont 160 médecins.

Pour le directeur, l’attractivité de cet hôpital s’explique par la politique de QVT mais aussi de rénovation et d'investissement dans les équipements. Le CH, certifié A par la HAS, est doté d’un plateau technique complet.

"Grâce à cette dynamique, les banques nous suivent. Nous avons 4 à 5 millions d’emprunts par an, ce qui nous permet d’investir et de rénover l’hôpital", a rapporté Thierry Lugbull. Ces 10 dernières années, "énormément de travaux" ont été réalisés au sein du CH, classé monument historique. Sur les huit étages, six ont déjà été entièrement rénovés.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://new.abb.com/fr/sante
https://www.ecophon.com/fr/connaissance/hc---noise-affects-quality-of-care/
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions