Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le CHU de Dijon s'équipe du premier scanner doté d'intelligence artificielle d'Europe

Crédit : Canon Medical Systems
Crédit : Canon Medical Systems

(Par Wassinia ZIRAR, à Dijon)

DIJON, 25 février 2019 (TecHopital) - Le CHU de Dijon est équipé depuis janvier d'un scanner doté d'un module d'intelligence artificielle (IA), qui permet "de réduire le bruit sur les images mais aussi de diminuer considérablement l'exposition aux rayons X des patients", a expliqué le 20 février le Pr Frédéric Ricolfi, chef du service de radiologie des urgences du CHU.

Avec "entre 50 et 80 patients par jour" qui passent par son service de neuro-radiologie, le CHU n'a pas lésiné sur les moyens pour s'équiper.

L'hôpital s'est doté d'un scanner Aquilion One* Genesis "il y a quelques mois pour 1 million d'euros", fourni par Canon Medical Systems et s'est donc vu offrir "gracieusement" un module d'IA par cette société.

Baptisé AiCE (pour Advanced intelligent clear-IQ engine), ce module d'IA est "installé par Canon Medical Systems indépendamment de la machine", et "permet d’améliorer les images des scanners en diminuant spectaculairement le bruit dans l'image", a détaillé le Pr Ricolfi.

"Les images sont beaucoup plus nettes, livrées en temps réel et nous pouvons voir s'il y a une anomalie chez un patient plus facilement", a-t-il complété.

Pour parvenir à ce résultat, les équipes de Canon Medical Systems ont entraîné leur algorithme de deep learning (apprentissage profond) sur un jeu de données constitué de "plus de 100.000 photos" provenant "de partout dans le monde où Canon a des partenariats".

"Il a fallu 5 à 6 ans de développement pour concevoir cet algorithme", a précisé Frédéric Vorms, directeur général de Canon Medical Systems, qui a expliqué la gratuité du dispositif à Dijon par une volonté de "nouer un partenariat scientifique et démontrer que la technologie est performante".

Concomitamment, la réduction du grain dans l'image réserve un autre avantage: une diminution drastique de l'exposition aux rayons X.

Ainsi, "nous pouvons diminuer l'irradiation des patients. Cela va de 20% d'exposition en moins pour le corps à 40% pour le coeur." Cette diminution permet également au Pr Ricolfi et ses équipes de "passer le patient au scanner pour des contrôles, sans crainte d'irradiation" et de couvrir ainsi une plus large zone, voire le corps complet du patient. "Cela n'a pas modifié notre protocole mais nous pouvons désormais radiographier le crâne, le cou et le coeur du patient, quand avant nous radiographiions le crâne et le cou seuls."

Le CCLC Gustave-Roussy et le CHU de Nancy prochainement équipés

Si le CHU de Dijon est le premier d'Europe à se voir équipé de la technologie AiCE: "Deux autres hôpitaux français vont aussi en bénéficier, le centre de lutte contre le cancer (CLCC) Gustave-Roussy (Paris), où la mise en route est prévue pour mars 2019, et le service ostéo-articulaire du CHU de Nancy qui en sera équipé en mai 2019", a annoncé Frédéric Vorms.

"Canon Medical Systems travaille actuellement au développement de la même IA pour les IRM. Elle permettra aussi une amélioration image mais également du workflow avec un impact sur l'organisation du service. Concrètement, nous allons confier à la machine des tâches qui ont peu de valeur ajoutée et cela permettra aux équipes de passer plus de temps avec le patient", a-t-il également déclaré.

En attendant que ces nouveaux développements voient le jour, à Dijon, les équipes du service de radiologie ont été formées à la technologie "durant le week-end du 23 décembre" par Karim Haioun, expert des applications cliniques scanner de Canon Medical Systems, et continuent de se familiariser avec l'IA.

"L'innovation a très bien été reçue par les équipes médicales. Elles y ont vu une différence de qualité d'image notable", a expliqué l'expert.

Du côté des manipulateurs en électroradiologie médicale, l'enthousiasme est partagé. "L'IA, en tant que personne lambda, je ne m'y intéressais pas forcément mais elle répond positivement à l'évolution de nos métiers", a témoigné Nathalie Millot.

"Pour nous, elle permet de rendre sa netteté à l'image et elle permet au médecin de passer plus de temps sur les cas les plus complexes", a-t-elle ajouté.

"A notre niveau, l'IA ne change pas forcément la façon de travailler même s'il a fallu se former sur la nouvelle machine", a noté son collègue Eric Decorbez, également manipulateur radio.

wz/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions