Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Le CHU de Grenoble inaugure deux équipements "innovants et mutualisés" de biologie médicale

L'institut de biologie et pathologie (IBP) du CHU Grenoble Alpes (Chuga) s'est doté de deux équipements "innovants et mutualisés" pour un montant d'environ 3 millions d'euros, permettant la réalisation d’examens multidisciplinaires de biologie médicale sur une quantité réduite de prélèvement pour le patient, et un délai écourté de rendu de résultats, a annoncé le CHU, dans un communiqué diffusé à l'occasion de leur inauguration le 20 novembre.

Un des deux nouveaux équipements a été installé au sein de la plateforme de biochimie, pharmacologie, hématologie, et pour certaines immuno-analyses de bactériologie, parasitologie-mycologie et virologie de l'IBP.

"Plus rapide et plus performant", il permet de "connecter plus d’analyseurs que l’ancien système" et d'obtenir un "gain sur le délai de rendu de résultats sur l’ensemble des analyses". "La mutualisation avec les disciplines des agents infectieux améliore aussi la qualité de soin du patient notamment grâce à l’optimisation du nombre de tubes et des volumes permettant de limiter les prélèvements", ajoute le CHU.

Un système spécifique transporte les tubes jusqu’aux différents points de contrôle et d’analyse, tout en améliorant encore le pré et post-analytique, notamment en termes de traçabilité et de sécurité. Environ 3.500 tubes par jour sont transportés, "soit 40% de plus que l’ancienne chaîne avec un effectif constant".

L'autre équipement, installé dans la plateforme de bactériologie et parasitologie-mycologie, "optimise", grâce à des partenariats tripartites entre le CHU, Becton Dickinson et Technidata, le diagnostic des maladies infectieuses, tout en améliorant les conditions de sécurité pour le personnel technique et la qualité des recherches de bactéries et champignons microscopiques pathogènes (ensemencements automatisés, contrôle continu des températures et des étuves, possibilités de prise de photos des cultures en cours de culture...).

Il "permet également un meilleur contrôle des résistances aux antibiotiques et de la détection précoce des infections nosocomiales".

Il assure la gestion d'entre 600 et 700 prélèvements par jour sur la chaîne BD Kiestra et permettra une augmentation de 10% d’activité en 3 ans (avec l'absorption de l’activité du CH de Voiron dans le cadre du GHT).

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda