Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Le CHU de Montpellier active le niveau 2 de son plan blanc, le CHU de Rouen déclenche le sien

Face à une progression "en marche d'escalier" du nombre de patients Covid-19, le CHU de Montpellier a activé cette semaine le niveau 2 de son plan blanc "avec des renforts de capacité", a fait savoir le 16 octobre lors d'une conférence de presse en distanciel le directeur général, Thomas Le Ludec.

L'établissement est ainsi passé de 40 à 56 lits de médecine Covid, de 8 à 12 lits de gériatrie, de 17 à 22 lits de réanimation, de 8 à 11 lits de soins intensifs.

Le CHU prépare le passage au niveau 3 qui prévoit le passage à 80 lits de médecine Covid et 30 de réanimation (les autres capacités Covid ne changent pas).

"Tous les établissements de la métropole [montpelliéraine] contribuent à la prise en charge des patients Covid", a-t-il souligné. Plusieurs groupes privés étaient présents lors de la visioconférence: Clinipole, Cap Santé et OC Santé pour le privé lucratif, l'Institut régional du cancer de Montpellier (ICM) et Languedoc Mutualité pour le privé non lucratif.

Le CHU de Rouen déclenche quant à lui son plan blanc "avec effet immédiat" au regard de la forte et rapide dégradation des indicateurs épidémiologiques locaux et de l’augmentation continue des hospitalisations pour Covid-19 en médecine, a-t-il annoncé le 16 octobre dans un communiqué.

La métropole de Rouen fait face à une forte accélération de l'épidémie, comme l'ont indiqué le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) Normandie et le préfet de Normandie et de Seine-Maritime le 16 octobre lors d'une conférence de presse.

Malgré une relative stabilité des hospitalisations en réanimation ces derniers jours, les modélisations nationales, complétées au niveau local par l’unité de biostatistiques du CHU de Rouen, montrent une forte probabilité d’évolution des besoins en lits supplémentaires de réanimation et de médecine dans les semaines à venir dans la métropole et la région, décrit le CHU.

Le déclenchement du plan blanc permet d’assurer la mobilisation de toutes les ressources nécessaires, humaines et matérielles, dans les jours et semaines à venir. Le CHU s'est préparé à la 2e vague et a déjà fermé des blocs pour augmenter ses lits de réanimation.

Certaines activités chirurgicales et médicales non urgentes et n’induisant pas de perte de chance pour les patients ont déjà été reportées et une unité temporaire de réanimation (10 lits) sera opérationnelle dès le 23 octobre, en plus des 61 lits de réanimation actuels.

D’autres déprogrammations "sont à prévoir, de façon progressive et mesurée, en lien avec les établissements publics de la région et les cliniques privées de l’agglomération qui sont appelées par l’ARS à participer à l’effort collectif par des déprogrammations progressives, et l’accueil de patients Covid+".

Le CHU assure que "tous les personnels sont mobilisés pour prendre en charge à la fois les patients Covid dans leurs formes sévères (hospitalisations de type médecine) et très sévères (hospitalisations en réanimation, soins intensifs, soins continus), ainsi que tous les autres patients atteints de pathologies sévères (AVC, crises cardiaques, maladies chroniques sévères…)."

syl-sl/gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda