Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le CHU de Nice compte rénover la moitié de son parc immobilier en moins de dix ans

NICE, 13 juillet 2018 (TecHopital) - Le CHU de Nice espère rénover ou mettre à neuf la moitié de sa surface d'ici 2026 dans le cadre de son nouveau schéma directeur immobilier, mais les opérations qu'il contient ne sont pour l'instant financées qu'à hauteur de "40%", a expliqué Charles Guépratte, directeur général de l'établissement.

Le schéma directeur immobilier a été présenté lors d'une conférence de presse à Nice. Il découle des orientations fixées dans le nouveau projet médical 2018-2022, présenté jeudi 5 juillet.

"L'ambition est d'accompagner le projet médical et ses grandes orientations, notamment d'atteindre 50% d'activité ambulatoire d'ici à cinq ans et d'assurer une meilleure prise en charge du vieillissement et des cancers", a expliqué vendredi Charles Guépratte.

"L'ambition plus générale, à destination des patients et de la population, est d'améliorer la qualité d'accueil et la sécurité des soins en modernisant près de la moitié du parc sanitaire du CHU sur moins de dix ans", poursuit le directeur général.

Au total, l'hôpital ambitionne d'atteindre "80% de surface neuve ou rénovée d'ici la fin du schéma à l'horizon 2026, contre 30% à 40% aujourd'hui. On compte pour cela doubler les surfaces neuves ou rénovées", précise-t-il.

Ce travail s'accompagnera d'une "augmentation de la proportion de chambres seules ainsi que d'une amélioration des conditions de travail des professionnels. Il y a des services qui sont vétustes, mal ventilés l'été et pas bien chauffés l'hiver."

"Demain, on aura une qualité de travail équivalente à celle que l'on connaît à Pasteur 2 [nouvel hôpital ouvert en 2015], mais dans quasiment tout le CHU".

Le service de réanimation chirurgicale et soins continus post-opératoires du CHU a été pointé du doigt en juin pour ses conditions d'accueil et de travail.

Création d'un pôle de réadaptation pour personnes âgées

Le schéma directeur immobilier planifie au total 315 millions d'euros de travaux, avec d'importantes opérations réparties sur les principaux sites du CHU.

Sur le site Pasteur, le document prévoit la finalisation de la deuxième phase de construction de l'hôpital Pasteur 2 pour une livraison fin 2021, après autorisation en janvier de reprendre les travaux. Les activités du pôle "Cœur, vaisseaux, poumons, thorax, reins" ainsi qu'un caisson hyperbare, seront transférés à Pasteur 2 une fois le chantier terminé.

De plus, le bâtiment Paillon sera étendu pour accueillir un plateau de recherche. Un nouveau bâtiment sera créé pour regrouper les laboratoires actuellement dispersés sur le site Pasteur. L'hémodialyse, la médecine légale et l'unité de transport sanitaire vont rejoindre un autre bâtiment neuf. Les espaces libérés doivent permettre l'accueil de futurs projets hospitaliers.

Sur le site de L'Archet, le CHU envisage le transfert des activités de l'hôpital L'Archet 1 (court séjour) vers les sites de Cimiez et Pasteur, ainsi que vers L'Archet 2. S'ensuivra une réorganisation de L'Archet 2 en regroupant les activités identiques par étage (hospitalisation complète, consultations et hôpital de jour, bloc opératoire et imagerie, soins critiques). Les locaux de l'oncohématologie pédiatrique et la néonatologie seraient réaménagés.

Ces opérations devraient être réalisées sous la forme "d'opérations tiroirs" entre 2019 et 2024, précise Charles Guépratte. Une fois les activités de l'hôpital L'Archet 1 transférées, le bâtiment ne sera plus exploité et pourrait éventuellement être vendu.

Le site de Cimiez serait entièrement reconfiguré pour créer un pôle de réadaptation et de long séjour pour personnes âgées. Les trois bâtiments du site doivent être rénovés et comprendraient les activités de soins de suite, de médecine physique et réadaptation, l'unité de soins de longue durée, les soins palliatifs, ainsi qu'un plateau technique avec balnéothérapie.

Le réaménagement de Cimiez se ferait également sous la forme d'opérations tiroirs, afin de rénover "les bâtiments neufs les uns après les autres", pour une livraison "courant 2022" hors plateau technique et balnéothérapie, complète le directeur général.

Enfin, une plateforme logistique unique devrait être créée sur le site de l'unité centrale de production à l'ouest de la ville. Elle regrouperait en un seul lieu les fonctions techniques du CHU (magasin, lingerie, reprographie et garage).

L'installation de la nouvelle plateforme devrait débuter en 2022 et s'achever en 2025.

Par ailleurs, l'hôpital Saint-Roch (odontologie, centre de lutte antituberculose) doit être fermé fin 2018. Le CHU espère le vendre pour 50 millions d'euros mais l'opération est encore à l'étude.

190 millions d'euros d'investissements à trouver

Sur les 315 millions d'euros nécessaires pour mener à bien le schéma directeur immobilier, 126 millions sont "déjà gagés et sécurisés" dans le cadre du plan global de financement pluri-annuel (PGFP) validé par l'agence régionale de santé (ARS), soit "40% de l'investissement", indique Charles Guépratte.

Il s'agit de la phase 2 de construction de l'hôpital Pasteur 2 (106 millions d'euros) et des travaux de réfection de la falaise du site Pasteur (20 millions).

"Nous sommes bien conscients que le plan n'est pour l'instant financé qu'à 40%. Il faut qu'on aille trouver les 60% restants. Nous avons une responsabilité forte, le CHU doit lui-même dégager des marges de manoeuvre à travers des objectifs d'amélioration de la performance pour dégager une partie significative de ces 190 millions euros", déclare le directeur général. "Le message que nous voulons aujourd'hui délivrer, c'est: 'Nous avons notre plan stratégique, nous l'avons traduit dans notre schéma directeur immobilier et maintenant il faut travailler à sa soutenabilité'."

Pour une partie des 190 millions d'euros restants, le CHU prévoit de soumettre des opérations au Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo). "Sur l'opération laboratoire, nous espérons par exemple obtenir entre 35% et 50% d'aides sur investissement de 50 millions d'euros", explique Charles Guépratte.

"Nous ne savons pas encore pour le reste. Il y a des opérations qui doivent être autofinancées, notamment à L'Archet avec 20 millions d'euros espérés par des réorganisations internes", poursuit-il.

"Sur Cimiez, il y aura sûrement des financements nouveaux à aller chercher, notamment du côté de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie [CNSA]."

Charles Guépratte a par ailleurs indiqué que les comptes 2017 du CHU n'ont pas encore été certifiés mais devraient l'être très prochainement. Le compte principal fait apparaître un déficit consolidé de "13,5 millions d'euros" sur un budget de l'ordre de "680 millions".

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.hopitech.org/
https://pro-smen.org/prime-PRO-SMEn-hopitaux
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions