Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://vimeo.com/372582192

Le CHU de Nice encourage les hommes à prendre des congés parentaux

Crédit : Shutterstock
Crédit : Shutterstock

(Par Sylvain LABAUNE, aux Rencontres RH de la santé)

MONTROUGE (Hauts-de-Seine), 18 octobre 2019 (TecHopital) - Pour favoriser l'égalité professionnelle, le CHU de Nice veut inciter ses salariés hommes à prendre des congés parentaux et conduit des actions pour limiter les contraintes liées à la garde d'enfants, a détaillé le 10 octobre Karine Hamela, directrice du pôle ressources humaines du CHU de Nice, lors des 8es Rencontres RH de la santé.

Elle est intervenue lors d'une conférence intitulée "Egalité professionnelle, quel rôle pour l’employeur public hospitalier?" lors de ces rencontres organisées par la Fédération hospitalière de France (FHF) et l'Association pour le développement des ressources humaines dans les établissements sanitaires et sociaux (Adrhess) les 10 et 11 octobre à Montrouge.

Les règles d'égalité femmes-hommes dans la fonction publique issues du protocole sur l'égalité professionnelle signé fin novembre 2018 avec les syndicats, sont reprises dans la loi de transformation de la fonction publique promulguée en août.

Au CHU de Nice, les objectifs en matière d'égalité professionnelle sont divisés en 5 axes. Ils sont inscrits dans le volet qualité de vie au travail (QVT) du projet d'établissement 2018-2022. "En tant qu'employeur, nous avons une responsabilité particulière sur le sujet", a souligné Karine Hamela. "Nous avons souhaité nous donner les moyens pour qu'au bout de 5 ans, les engagements annoncés aient réellement été réalisés."

Un écart moyen de rémunération de 100 euros brut

Le premier axe du plan d'action a conduit à la création d'un secteur QVT au sein du pôle RH. Cela "nous a permis d'avoir une démarche structurée pour la mise en œuvre d'actions en faveur de l'égalité professionnelle", a déclaré la DRH.

Il a également permis de réaliser un "rapport annuel de situation" établi à partir des données 2018. En ce qui concerne le personnel non médical, ce rapport a mis en lumière un écart de rémunération moyen de 100 euros brut entre les femmes (2.012 €) et les hommes (2.104 €).

Par ailleurs, 91% des temps partiels sont pris par des femmes et seulement 3 hommes ont pris des congés parentaux en 2018.

Avant de faire ce rapport, "on ne se rendait pas bien compte des déséquilibres qui pouvaient exister entre hommes et femmes", sachant que "74% du personnel non médical est féminin". Il y a eu "un petit effet de sidération quand on a vu les chiffres, en particulier sur l'écart de rémunération", a commenté Karine Hamela.

A la suite de ce constat, "nous avons décidé de nous associer avec d'autres qui savent mieux faire que nous en matière d'égalité femmes-hommes. Le CHU de Nice a notamment noué un partenariat avec l'université Côte d'Azur "car ils ont des enseignants-chercheurs qui travaillent sur la problématique", précise-t-elle.

Le 2e axe est intitulé "un égal accès aux métiers et aux responsabilités". Il consiste à travailler "sur la connaissance des métiers hospitaliers dont nous avons une image très féminisée".

Des rencontres ont été organisées dans les services avec des élèves de collèges et lycées, durant lesquelles "les garçons ont interviewé des sages-femmes hommes et des secrétaires médicaux hommes". Les filles ont interviewé "des brancardières et des chauffeurs d'ambulance femmes", explique la directrice du pôle RH.

Le 3e axe porte sur la suppression des écarts de rémunérations. Malheureusement, "nous n'avons pas vraiment d'explications sur cet écart", mais il est sûrement lié au fait que ce sont les femmes qui prennent très majoritairement "des temps partiels et des congés parentaux", avance-t-elle.

Réduire le temps de trajet du domicile au travail

Le 4e axe prévoit de répartir plus équitablement les congés parentaux, mais aussi de faciliter les moyens de garde des enfants du personnel pour "faciliter la reprise d'emploi et limiter l'impact d'un arrêt temporaire d'activité".

Dans ce but, le CHU développe le télétravail. La circulation dans les Alpes-Maritimes étant particulièrement difficile, "on s'est rendu compte que beaucoup de jeunes mamans avaient pris des temps partiels pour ne travailler que 4 jours par semaine et ainsi réduire les déplacements sur le lieu de travail", explique Karine Hamela.

Pour être plus près du travail, le CHU facilite l'accès aux logements sociaux "en négociant avec la préfecture pour que le personnel puisse prétendre au contingent préfectoral". Ce travail "a permis de loger une dizaine de familles en 2019, en particulier des femmes isolées avec enfants, voire des femmes battues qui avaient dû quitter leur domicile".

En outre, l'hôpital universitaire a engagé un prestataire "pour proposer des places de crèche en ville, en plus des 116 places au sein du CHU, afin de limiter les déplacements". Les places de crèche dans le CHU vont par ailleurs être augmentées de "10%" en janvier 2020.

Un espace allaitement a été ouvert il y a peu "à titre expérimental", et ce dispositif "va être élargi à chaque site du CHU à partir de 2020", a annoncé la directrice du pôle RH.
Le 5e et dernier axe planifie le renforcement de la "prévention et de la lutte contre les violences sexuelles, le harcèlement et les agissements sexistes".

"Une cellule d'écoute de soutien et d'alertes pour les agents en souffrance au travail [dite cellule Colombe] fonctionne depuis plusieurs années", a expliqué Karine Hamela. Le CHU s'engage à les recontacter dans les 72 heures pour leur proposer un rendez-vous individuel planifié avec notamment un psychologue du travail.

Désormais, cette cellule d'écoute sera "élargie aux violences sexistes", souligne la DRH.

syl/ab

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://new.abb.com/fr/sante
https://www.ecophon.com/fr/connaissance/hc---noise-affects-quality-of-care/
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions