Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le CHU et la ville de Tours confirment le projet de construction d'une grande cuisine centrale commune

TOURS, 14 novembre 2018 (TecHopital) - Le CHU et la ville de Tours, après réalisation d'une étude de faisabilité, confirment l'intérêt de la mutualisation de leur cuisine centrale au sein d'un groupement d'intérêt public (GIP) ce qui permettrait de produire 3 millions de repas par an, ont indiqué la ville et le CHU dans un communiqué commun publié le 22 octobre.

La cuisine centrale de la ville de Tours produit chaque année 1.500.000 repas pour les agents de la ville, les crèches et les scolaires mais date de 1976 et est assez vétuste.

Quant à celle du CHU de Tours, elle élabore également 1.500.000 repas par an mais est plus récente, datant de 1997. "Nous sommes un peu à l'étroit, nous manquons de place pour le stockage et notamment si on devait alimenter d'autres établissements dans le cadre du groupement hospitalier de territoire (GHT)", a expliqué à TecHopital Thaïs Ringot, directrice de l 'hôtellerie, de la logistique et des sites au CHU.

"Notre différence avec la cuisine centrale de la ville tient dans la variété et la diversité de la production. Nous avons environ 90 régimes différents", a-t-elle complété.

A la demande du maire de Tours, qui est également le président du conseil de surveillance du CHU, une première étude d'opportunité a été réalisée pour identifier "s'il y avait un intérêt à travailler ensemble".

L'étude préliminaire ayant ainsi montré l'intérêt de construire une unité de production commune et de "travailler ensemble", il a été décidé de structurer le partenariat dans le cadre d'un GIP qui "pourra à termes intégrer d’autres collectivités territoriales et d’autres structures sanitaires et médico-sociales", précise le communiqué commun.

"Nous avions comme prérequis de garder notre unité de production au plus près des malades", a précisé Thaïs Ringot. La nouvelle cuisine centrale, qui devrait être opérationnelle en 2023, sera donc implantée sur le site Trousseau.

L'espace actuel occupé par la cuisine du CHU est intégré dans le logipôle mais manque cruellement de place. La cuisine centrale viendra donc s'intégrer dans le nouvel hôpital Trousseau.

Entre 17 et 21 millions d'euros

"La prochaine étape est la structuration juridique du projet. Nous avons décidé de travailler dans le cadre GIP ville-hôpital qui aura sa propre autonomie juridique permettant d'envisager les modalités d'investissement."

La phase de constitution du groupement débutera prochainement afin de donner un cadre juridique à ce partenariat et de réaliser les études de conception, le dimensionnement et la programmation du futur outil de production des repas".

L'investissement total est estimé entre 17 et 21 millions d'euros et sera porté par le GIP et coporté par les partenaires du groupement. "Il est prévu d'amortir les investissements par le biais des coûts repas".

"Ce regroupement va permettre d’optimiser la gestion des deniers publics en maîtrisant les coûts d’investissement et une partie des coûts de fonctionnement, tout en permettant à la ville et au CHU de produire des repas d’un niveau qualitatif élevé et de poursuivre leur engagement en faveur des produits locaux et issus de l’agriculture biologique", complète le communiqué.

"La ville est très partie prenante sur les produits locaux et les produits issus de l'agriculture biologique (AB)é, a fait remarquer Thaïs Ringot. "Notre objectif est de converger vers les objectifs de la ville, en augmentant le volume des produits locaux et les produits bio, ce qui devrait avoir un impact sur nos achats et approvisionnements. Mais nous avons 4 ans devant nous pour atteindre cet objectif."

D'ailleurs, "nous allons monter un groupe de travail spécifique sur les approvisionnements, en s'appuyant sur les compétences de la ville, afin d'identifier les producteurs locaux".

Pour produire ensemble, "le CHU va devoir réfléchir à la multitude de ses régimes et peut-être les réduire", a indiqué la directrice de l'hôtellerie.

Enfin, "nous voudrions créer une équipe commune travaillant dans cette future cuisine centrale, comprenant des agents du CHU et des agents de la ville, en leur proposant une mise à disposition au sein du GIP".

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous Ă  la newsletter gratuite

Les offres

Inscrivez-vous gratuitement Ă  TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRĂ©agissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez Ă  traiter et Ă  transmettre vos informations personnelles conformĂ©ment aux termes de la loi.  (Notice lĂ©gale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions