Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Le collectif grenoblois VOC-Cov se lance dans la production des masques réutilisables

Crédit : VOC-Cov
Crédit : VOC-Cov

PARIS, 16 avril 2020 (TecHopital) - En région grenobloise, un collectif d’ingénieurs, de chercheurs et d’industriels, baptisé "Volonté d’organiser contre le Covid-19" (VOC-Cov) s’est constitué depuis le 16 mars pour mettre au point un masque réutilisable, qui au minimum aurait les propriétés d'un masque chirurgical et au mieux celles d'un masque FFP2, si les autorités sanitaires donnent leur feu vert pour une utilisation dans les établissements de santé.

"Juste avant le confinement, nous avons eu l'occasion de discuter avec des internes du CHU de Grenoble qui étaient déjà conscients qu'ils allaient devoir faire face à un très gros problème d'approvisionnement en masques de protection", a expliqué à TecHopital Pierre-Emmanuel Frot, porte-parole du collectif "Volonté d’organiser contre le Covid-19" (VOC-Cov), un collectif d'ingénieurs, chercheurs et industriels grenoblois.

Composé d'une quarantaine de personnes avec des compétences industrielles et logistiques, ce collectif a voulu, dans un premier temps, fournir des équipements aux soignants, "pour qu'il n'y ait pas de rupture logistique". L'idée était de collecter à grande échelle les stocks de masques disponibles auprès des entreprises de la région.

Puis, "nous avons réfléchi à la conception d'un nouveau masque, un masque réutilisable", a poursuivi Pierre-Emmanuel Frot.

Différents acteurs économiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes dont de grandes entreprises (Michelin), des PME (Ouvry), le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), des institutions et des collectivités (mairie de Grenoble, région Auvergne-Rhône-Alpes, agence régionale de santé -ARS-, CHU de Grenoble, etc.) ont été très vite intéressés par ce projet. Et sous l'impulsion du collectif VOC-Cov, coordonnateur du projet, ils ont décidé de participer à la conception de ce masque réutilisable, appelé Ocov*.

Ce masque comprend une pièce faciale en plastique souple recouvrant le nez, la bouche et le menton, ce qui minimise le taux de fuite par rapport aux filtres FFP1 ou FFP2 ou d’autres masques lavables. Il comporte également des filtres remplaçables et réutilisables.

"Nous avons d'abord testé le masque à partir de prototypes imprimés en 3D." C'est Michelin qui s'est occupé du design, en apportant ses capacités de conception en 3D. "Nous devons maintenant tester le masque finalisé."

"La pastille à remplacer est fabriquée dans un tissu lavable à 60°C." Et c'est Ouvry, PME lyonnaise spécialisée dans les équipements de protection biologique et chimique, qui a été choisie pour assurer l’industrialisation et la mise sur le marché du masque. C'est elle qui est chargée de mettre au point la pastille filtrante. "Elle dispose aujourd'hui de 2 ou 3 recettes de pastilles", a complété le porte-parole.

Le projet entre maintenant dans une phase industrielle. Une première série de 5.000 masques est en cours de production. Le collectif espère ensuite produire 5 millions de masques d’ici fin juin soit "l’équivalent de 500 millions de masques jetables actuels".
Il est d'ores et déjà disponible pour les industriels.

"Ces masques peuvent sans problème remplacer des masques chirurgicaux", indique Pierre-Emmanuel Frot. "Savoir s'ils peuvent remplacer des masques FFP2, c'est aux autorités de santé de le dire", a-t-il ajouté.

Bien sûr, "les établissements de santé seront servis en priorité". La jupe du masque étant en plastique, "des tests d'ergonomie vont être réalisés très prochainement au CHU de Grenoble pour savoir comment ils sont supportés par le personnel soignant. Des tests de voix, également", pour savoir si on peut facilement communiquer en le portant.

Le masque Ocov* sera commercialisé au mois de juin, auprès des particuliers, au prix de 28 euros TTC, "prix grand public", accompagné de 5 pastilles. "Un masque FFP2 coûte environ 3 euros l'unité", note le porte-parole. Et dans les services Covid, il doit être changé toutes les 4 heures.

Réutilisables jusqu'à 100 fois grâce à ses 5 filtres, selon le collectif, ces masques auraient donc un coût de revient de 28 centimes d'euros pour l'équivalent d'un masque jetable traditionnel.

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.techopital.com/contact.php
Les offres
Agenda