Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Le délai moyen pour un examen d'IRM stagne toujours autour de 30 jours (enquête des fabricants 2016)

Crédit: Shutterstock/Image Point Fr
Crédit: Shutterstock/Image Point Fr

Le délai moyen d'attente pour un examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) stagne toujours à 30 jours en moyenne en France métropolitaine en 2016, d'après une enquête dont les principaux résultats ont été rendus publics le 5 juillet par le Syndicat national de l'industrie des technologies médicales (Snitem).

L'enquête reprend la méthodologie, inchangée depuis 2004, des études publiées les années précédentes par l'association Imagerie Santé Avenir (ISA). Elle est toujours réalisée par Cemka-Eval.

Par téléphone, un patient fictif disposant d'une ordonnance cherche à prendre un rendez-vous en urgence pour un examen par IRM des lombaires dans le cadre d'une recherche d'extension d'un cancer. L'enquête est réalisée auprès de 700 structures disposant d'un IRM en France métropolitaine.

En moyenne, depuis 2004, le délai de rendez-vous oscille autour de 32,9 jours, même s'il a connu un pic en 2014, avec une attente moyenne de 37,7 jours. Pour 2016, le délai a été mesuré à 30,6 jours. Christophe Lala, président du pôle imagerie médicale du syndicat, cité dans le communiqué, dénonce "la persistance inacceptable d'un délai moyen de plus de 30 jours".

Avec 13,1 appareils d'IRM par million d'habitants, la France métropolitaine se situe en-dessous de la moyenne européenne qui dispose de 20 IRM par million d'habitants. En 2015, ISA affichait un taux d'équipement de 11,9 IRM pour un million d'habitants. "La lente amélioration du taux d'équipement d'IRM n'est manifestement pas proportionnée à la croissance des besoins", estime Christophe Lala.

L'enquête, qui se base sur les anciennes régions, met également en lumière la persistance de disparités régionales. Ainsi, la Haute-Normandie, l'Ile-de-France et la Corse ont les meilleurs résultats, avec des délais moyens respectifs de 19,4, 21,2 et 22 jours, proches des objectifs du Plan cancer 2014-19.

En revanche, il faut attendre en moyenne 44,8 jours pour un rendez-vous en Auvergne, 41,6 jours dans le Centre et 39,6 jours en Bretagne. Le délai de cette dernière région semble cependant s'être réduit significativement, puisqu'il était de 57,1 jours lors de l'enquête de 2015. L'étude souligne que les régions Auvergne, Centre et Bretagne restent parmi celles qui ont le taux d'équipement le plus faible. Au total, 51,3% des Français vivent dans une régionb où le délai moyen est de 30 jours ou plus, selon cette enquête.

Le Snitem constate par ailleurs que les résultats ont régressé en Rhône-Alpes, avec un délai passant de 22,8 jours en 2015 à 32,8 jours en 2016. Les délais ont augmenté dans 12 régions dont la Basse-Normandie, la Champagne-Ardenne, l'Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais et Paca.

Corrélation entre délais d'attente et densité d'équipement

Les délais d'attente pour un IRM semblent corrélés au nombre d'équipements par million d'habitants qui est très variable selon les régions, note-t-on.

"Il est urgent de définir collectivement les outils adéquats de pilotage des ressources et des organisations, au service d'une imagerie efficiente", conclut le Snitem.

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) a rapporté dans un communiqué avoir pris connaissance "avec consternation" de ces résultats.

"Les Plans cancer passent et les délais stagnent", constate la fédération. "C'est le même résultat que l'an passé. Aucun progrès n'a été enregistré".

L'augmentation du parc d'IRM des dernières années ne permet toujours pas de répondre aux besoins croissants de recours à cette technique moderne: 13,1 IRM par million d'habitants, pour une moyenne européenne de 20 IRM par million d'habitants".

"Comment peut-on envisager sérieusement une prise en charge correcte des patients atteints de pathologies cancéreuses ou d'accident vasculaire cérébral (AVC), avec de tels délais, sans risque de perte de chance?", pointe la FNMR.

Elle demande "une nouvelle fois" aux pouvoirs publics de prendre enfin les mesures pour permettre à tous les patients un égal accès à l'IRM.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda