Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Le GHT 37 a opté pour la coopération en biologie

Crédit: Fotolia
Crédit: Fotolia

PARIS, 7 février 2017 (TecHopital) - La biologie médicale d'Indre-et-Loire évoluant rapidement, le CHU de Tours a décidé de se positionner et d'opter dès le 1er janvier 2016 pour une convention de coopération en biologie, a expliqué Marie-Gabrielle Pujol, ingénieure en organisation au CHU de Tours et représentante de l'Association nationale de l'ingénierie en organisation hospitalière (Aniorh), lors des journées Hopitech, organisées du 4 au 6 octobre 2017 à Poitiers.

La convention de coopération mise en place entre les centres hospitaliers d'Indre-et-Loire et le CHU de Tours a été construite, avant même la création du GHT Touraine Val-de-Loire, dans un contexte particulier, correspondant à "une réflexion au niveau départemental et pas mal d'opportunités", a indiqué Marie-Gabrielle Pujol.

"Alors que les laboratoires privés étaient dans un processus de regroupement, il fallait contrer un secteur privé assez agressif", a précisé l'ingénieure.

De plus, le CH de Luynes a lancé une consultation pour le renouvellement de son marché. En parallèle le centre hospitalier intercommunal (Chic) d'Amboise a décidé de fermer son laboratoire.

La prise en charge des examens de biologie a donc commencé au 1er mai 2015 avec le CH de Luynes qui a publié son marché, "auquel nous avons répondu", a-t-elle complété.

"Dans le cadre des négociations avec le Chic d'Amboise-Chateau-Renault, le CHU de Tours avait besoin de se positionner et a hésité entre constituer un groupement de coopération sanitaire (GCS) et mettre en place une convention de coopération". Il s'est révélé que la convention de coopération était possible, "sous réserve de prouver cette coopération", a-t-elle ajouté.

Chaque site coopérant à cette convention, le laboratoire du CHU de Tours est donc devenu un laboratoire commun. Puis les CH de Loches et de Chinon ont rejoint la coopération.

"On facture au coût réel", a-t-elle fait remarquer. Ce ne sont pas des prestations mais une coopération.

"Cette coopération implique de grands changements des pratiques au sein des centres hospitaliers".

Pour le suivi, un comité de gestion et un comité médical et technique ont été mis en place, permettant de faire régulièrement un bilan.

Le rôle de l'ingénieur en organisation

L'ingénieur en organisation fixe des objectifs de coût, de temps et de qualité en répondant aux différents commanditaires que sont la directrice du CHU de Tours et les directeurs des 6 hôpitaux partie du GHT.

Il constitue une équipe projet au sein du CHU et fait appel à des référents dans chaque établissement partie. Il met en place un planning détaillé, des tableaux de bord et la communication, en répondant à une démarche qualité: manuel qualité, procédures et modes opératoires.

"C'est aussi un coordonnateur de ce projet transverse". Il travaille en effet avec le service d'approvisionnement, de matériel, et est en étroite collaboration avec la logistique, afin de définir les points de collecte, les points de livraison, le transport, le stockage du matériel.

Il travaille avec la biologie conventionnelle et la biologie délocalisée, jouant un rôle dans le choix des équipements, la commande, la formation, les bonnes pratiques. Quant à la qualité, il veille à la mise aux normes.

Mais son rôle ne s'arrête pas là. Il assure la gestion des plannings à l'aide d'un logiciel de planning, analyse les risques, veille à ce que la méthodologie soit bien respectée, contrôle le suivi des actions.

"Il est très important d'avoir une seule porte d'entrée, un seul interlocuteur: tous les échanges doivent passer par l'ingénieur", a-t-elle insisté.

En outre, il joue également un rôle de concepteur pour harmoniser les organisations au sein du GHT.

Il suit également la partie juridique et assure notamment le suivi de la convention. Pour la mise en place de cette convention de coopération, "nous étions aidés par un cabinet juridique".

Enfin, "il faut aller sur le terrain, organiser les réunions, négocier, convaincre les hôpitaux, les rassurer". Il s'agit également de faire évoluer les documents qualité et suivre de très près cette évolution.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions