Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Le groupe hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis fait le choix du chauffage au bois

Crédit: Fotolia/larcobasso
Crédit: Fotolia/larcobasso

Le groupe hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis a inauguré le 3 mai une chaufferie biomasse pour un de ses sites, en partenariat avec Dalkia, une filiale d'EDF. Un choix que Jacques Rypkewaert, ingénieur en chef et directeur des services techniques, a expliqué à TecHopital.

L'établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du Fief de la Mare, à Puilboreau (Charente-Maritime), était historiquement chauffé par l'électricité, a-t-il relaté. Son voisin, l'hôpital psychiatrique Marius Lacroix, était quant à lui équipé d'une chaudière au gaz "plus tout à fait réglementaire".

Ce sont d'abord des préoccupations environnementales qui ont poussé le groupe vers un chauffage au bois, moins polluant en CO2, a assuré Jacques Rypkewaert. Suivies de près par de potentielles économies et la stimulation du marché local.

Installée sur le site du Fief, la nouvelle chaufferie centrale biomasse "tourne en permanence". Elle s'alimente d'elle-même en acheminant, selon ses besoins et grâce à un tapis roulant, le bois stocké dans un silo. Des "électrofiltres" tamisent simultanément les fumées et capturent au fur et à mesure les particules fines issues de la combustion.

720 mètres de canalisations desservent ainsi en chaleur depuis "fin janvier" l'Ehpad et l'hôpital psychiatrique, ainsi que 18 logements sociaux indépendants de l'hôpital. D'une capacité de 1.026 kW, la chaufferie couvre 65% des besoins totaux des deux sites du groupe. Si le chauffage électrique a lui totalement disparu, un appoint est donc toujours assuré au gaz.

L'exploitation de la chaudière se fait en partenariat avec Dalkia, filiale d'EDF, dans le cadre d'un contrat de conception-réalisation-exploitation-maintenance (Crem). Cette dernière assure ainsi jusqu'en octobre 2025 la gestion de l'installation.

"Nous sommes facturés [par la société] au MWh", a expliqué Jacques Rypkewaert, qui planche sur une consommation annuelle de 4.057 MWh.

Une formule d'intéressement vient toutefois moduler la facture autour de cet objectif: en dessous de ce seuil, les économies réalisées reviennent pour les deux tiers au prestataire, tandis qu'au-dessus elles bénéficient dans la même proportion à l'établissement de santé. Jacques Rypkewaert a souligné qu'un tel fonctionnement indexait la rémunération de Dalkia sur sa performance et l'incitait par là même à "optimiser ses réglages".

Il a aussi signalé que le partage de l'exploitation avec les logements sociaux voisins octroyait à l'établissement un abattement sur la TVA. Si le chauffage au bois est de surcroît moins cher que l'électricité, l'ingénieur a toutefois observé que la diminution récente du prix du gaz rendait les économies initialement visées (9% sur la facture totale) "moins évidentes".

D'autant que la nouvelle chaufferie biomasse du groupe a représenté, malgré un soutien à hauteur de 40% de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), un investissement conséquent (1,87 million d'euros au total).

L'économie pour l'environnement est, elle, quoiqu'il en soit assurée: environ 840 tonnes de CO2 par an, a estimé Jacques Rypkewaert.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda