Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le moteur de recherche clinique d'Elsevier-Masson plébiscité par les médecins du service de santé des armées

PARIS, 26 novembre 2015 (Direct Hôpital) - Une étude menée dans les neuf hôpitaux du service de santé des armées (SSA) montre que les médecins utilisateurs de la solution ClinicalKey d'accès en ligne optimisé à des publications médicales validées l'utilisent dans leur pratique clinique, pour maintenir leurs connaissances et comme support d'enseignement.

Cette étude de cas a été menée par l'institut indépendant Metro Research entre février et mai 2015. 144 médecins représentant une vingtaine de spécialités, soit plus de 15% des médecins des hôpitaux militaires, ont été interrogés (entretiens et questionnaires en ligne) sur leur utilisation du logiciel ClinicalKey, d'Elsevier-Masson.

Il s'agit d'une plateforme de publications médicales de référence, constituée d'une base de données combinée à un moteur de recherche. ClinicalKey donne accès aux "connaissances de santé" au plus près du lieu de soins, pour mieux les intégrer dans le flux de travail des praticiens, rappelle-t-on.

Le service référence les contenus de 650 revues éditées par Elsevier, un millier d'e-books, 39 traités EMC et 20 millions de résumés Medline. Les recommandations des sociétés savantes françaises et la base de données médicaments Thériaque sont aussi intégrées, ainsi que des vidéos et images médicales et chirurgicales.

"Les praticiens font face à un volume de publications exponentiel et ont besoin d'outils fiables et performants pour maintenir leurs connaissances à jour", explique Elsevier-Masson. Selon l'étude, avant d'avoir accès à ClinicalKey, 83,6% utilisaient le moteur de recherche PubMed, 68,2% Google ou un autre moteur de recherche grand public, 52,7% des livres et revues au format papier, 9,1% Wikipedia et 24,5% d'autres ressources.

En permettant aux médecins de disposer d'un point d'entrée unique vers une grande diversité de contenus en ligne reposant sur l'Evidence Based Medicine et le Peer Review (revues à comité de lecture), ClinicalKey leur permet de "gagner du temps dans leur recherche", estiment 60% des médecins interrogés.

Ils sont quatre sur 10 à déclarer utiliser moins de livres et revues au format papier et sont un tiers à moins utiliser Wikipedia, Google et PubMed. 65% des médecins interrogés disent apprécier "d'accéder à une grande variété de sources d'informations fiables" leur évitant de recourir à différentes sources.

Deux tiers (66%) des médecins utilisent ClincalKey pour préparer des staffs et des supports d'enseignement. Ils sont 68% à l'utiliser pour consolider leurs connaissances et 80% l'utilisent comme un outil d'aide à la pratique clinique. Dans ce dernier domaine, 32% expliquent que les informations trouvées par ClinicalKey leur ont permis de limiter les examens complémentaires et 53% disent qu'elles ont conduit à une modification dans le plan de traitement.

Invités à définir l'impact du logiciel sur leurs pratiques, 44% des personnes interrogées répondent qu'il permet de "moins passer de temps dans la recherche d'information pour établir le diagnostic ou le traitement" et le même pourcentage déclare "accéder plus fréquemment à des données fiables pour la prise en charge des patients". 27% se disent "plus efficaces" grâce au logiciel.

Les résultats de cette étude, présentés en exclusivité sur TICsanté, seront détaillés lors d'une webconférence réalisée au sein du service de santé des armées, le mercredi 2 décembre 2015 de 19h à 19h45.

Cinq médecins apporteront leur témoignage: le Dr Marc Aletti, adjoint au chef de service de médecine interne et rhumatologie de l'Hôpital d'instruction des armées (HIA) Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine); le Pr Charles Arteaga, chef de service de radiologie de l'HIA Sainte-Anne à Toulon; le Dr Thomas Demoures, chef de clinique de chirurgie orthopédique et traumatologie à l'HIA Bégin, à Saint-Mandé (Val-de-Marne); le Pr Corinne Dot, chef de service d'ophtalmologie à l'HIA Desgenettes, à Lyon; le Dr Jean-Rémi Fenolland, adjoint au chef de service d'ophtalmologie de l'HIA du Val-de-Grâce, à Paris.

Lien vers le formulaire d'inscription.

mb/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda