Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

Le parcours de soins, thème phare des 25es journées de l'Afib 2020

Valérie Moreno. Crédit: CHU Bordeaux
Valérie Moreno. Crédit: CHU Bordeaux

PARIS, 10 septembre 2020 (TecHopital) - L'Association française des ingénieurs biomédicaux (Afib) organise du mercredi 7 au vendredi 9 octobre ses 25es journées de formation avec le parcours de soins, comme thème principal, mais proposera aussi différents ateliers "retours d'expérience Covid-19".

Les 25es journées de formation de l'Afib se dérouleront du 7 au 9 octobre au palais des congrès de Lyon. Valérie Moreno, présidente de l'association, a expliqué à TecHopital, lors d'une interview réalisée le 7 septembre, les détails du programme et de l'organisation.

TecHopital: En cette période de Covid-19, quelles mesures particulières ont été prises par les organisateurs?

Valérie Moreno: Nous avons tout mis en place pour organiser la distanciation physique, les mesures barrières. La logistique de ces journées a été repensée pour accueillir les congressistes dans les meilleures conditions possibles. Nous attendons entre 200 et 230 personnes, soit un peu moins de congressistes que d'habitude.

De plus, une réflexion a été menée sur le nombre de personnes accueillies sur chaque stand en fonction de sa dimension. Des sens de circulation ont été mis en place pour la visite des stands. Le programme a été revu pour étaler la présence des congressistes sur les stands. L'avantage du palais des congrès de Lyon, c'est qu'il assez grand pour garder ses distances. Enfin, le nombre d'étudiants accueillis à ces journées a été limité.

Quel est le thème principal de ces journées?

Cette année, ce sera le parcours de soins: comment l'architecture influe sur le parcours de soins, ce que les ingénieurs biomédicaux doivent apporter pour s'adapter aux nouveaux parcours de soins qui se mettent en place y compris avec la médecine de ville, avec l'hospitalisation à domicile (HAD). L'amorce du changement du parcours de soins a eu lieu bien avant le Covid, avec la télé-expertise, la télémédecine. Si le mouvement était déjà initié, la crise du Covid l'a accentué. Ainsi, les pouvoirs publics nous ont donné un peu plus de marge de manœuvre sur les téléconsultations.

Nous avons ajouté au programme des retours d'expérience Covid. Certains ingénieurs ont voulu partager ce qu'ils ont vécu. Le comité scientifique a fait un travail important pour adapter le programme, ce qui a permis de multiplier les ateliers et donc permis de mieux répartir les congressistes dans les ateliers. Ainsi des retours d'expérience seront présentés sur la place de l'ingénieur biomédical dans une cellule de crise interministérielle, l’organisation des transports médicalisés, l'augmentation rapide des lits de réanimation (hôpitaux de campagne, unités mobiles de réanimation) ou encore la formation à l'utilisation des dispositifs médicaux en période de crise.

Cybersécurité, impression 3D, relations internationales, le programme est extrêmement varié cette année...

Il est vrai que les attentes des ingénieurs varient. Certains congressistes viennent faire de la veille technologique, d'autres se renseigner sur des pratiques professionnelles telles que l'organisation des achats ou bien encore échanger sur des pratiques organisationnelles telles que le management d'une équipe biomédicale.

En ce qui concerne la cybersécurité, cela a été un vrai travail du bureau cette année. Un groupe de travail a été constitué au niveau national par Sandrine Roussel du CHU de Besançon, membre du bureau de l'Afib. Les équipements biomédicaux étant de plus en plus connectés, nous essayons de voir comment les sécuriser. Au cours de ces journées de l'Afib, ce groupe de travail sur la cybersécurité présentera un cahier des charges standardisé sur lequel il a travaillé et qui sera dorénavant adressé à nos fournisseurs.

L'Afib participe également à un groupe de travail des ingénieurs biomédicaux européens, animé par Christophe Paray du CHU de Grenoble qui fera une présentation des travaux les plus importants.

De plus, des membres de l'Afib ont participé à différents groupes de travail sur les équipements biomédicaux pendant la crise sanitaire. Ils présenteront leur travail dans des ateliers "retours d'expérience Covid".

En ce qui concerne l'intense production de matériel biomédical par impression 3D pendant la crise, je tiens à préciser que bien avant, nous avions lancé une mission sur le fondement réglementaire des pièces détachées dites non critiques. Il faut dire que la réglementation du marquage CE est en cours de changement. Et la nouvelle réglementation prévoit d'autoriser des pièces détachées non critiques imprimées en 3D. L'Afib qui a creusé ce sujet, abordera ce thème dans un atelier intitulé "l'apport de l'impression 3D pour faire face aux pénuries".

Sur les opérations d'évacuation des patients Covid pendant la crise sanitaire, plusieurs collègues ont participé à ces évacuations dont un collègue du CHU de Brest qui animera un atelier sur ce qu'il a vécu et quel était sa place au sein de ces opérations. En effet, le nombre de personnes étant limité lors de ces opérations, et du fait qu'il y a un besoin de compétences biomédicales, les ingénieurs biomédicaux ont dû se transformer en logisticiens. Notre collègue nous relatera son expérience.

Programme Afib 2020

gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda