Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Le projet d’AIA Life designers retenu pour la reconfiguration et la modernisation du site hospitalier de Meaux (Ghef)

Parvis du site de Meaux (AIA Life designers)
Parvis du site de Meaux (AIA Life designers)

MEAUX, 13 novembre 2020 (TecHopital) - Le projet d’AIA Life designers, retenu pour la reconstruction et la rénovation du site Saint-Faron à Meaux du grand hôpital de l’Est francilien (Ghef), a été présenté le 9 novembre, lors d’une conférence de presse à la mairie de Meaux, en mettant en avant notamment ses possibilités d’adaptation face à des risques sanitaires exceptionnels.

Cet évènement a été organisé pour présenter les plans du maître d’œuvre retenu en juin par un jury pour ce projet soutenu par l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France et par la mairie de Meaux, qui a obtenu en janvier 2019 un avis favorable du comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins (Copermo).

"On est actuellement au milieu du chemin mais dans le bon sens du terme", a observé lundi le directeur de l’établissement, Jean-Christophe Phelep.

Les bâtiments actuels datent majoritairement des années 1960 et 1970 et ne sont plus aux normes en matière de sécurité et de confort, à l'exception du bâtiment C (femme-mère-enfant) reconstruit en 2006, rappelle-t-on.

Pour relancer l'activité du site de Meaux et attirer de jeunes praticiens, le projet vise à désaffecter les bâtiments A (chirurgie, réanimation, hématologie clinique, bloc opératoire et urgences) et D (psychiatrie adulte) et à reconstruire un nouveau bâtiment (plateau technique, urgences, imagerie, secteur interventionnel, soins critiques, chirurgie ambulatoire et hospitalisation en médecine, chirurgie et psychiatrie) à côté du B (services de médecine actuellement), qui sera lui reconfiguré en plateau ambulatoire.

Le planning opérationnel a prévu un rendu de l’avant-projet détaillé le 12 mars 2021 pour pouvoir déposer le permis de construire le 4 juin 2021, a indiqué Jean-Pierre Nigen, ingénieur en chef et chef de projet.

Les travaux devront débuter en mai 2022 pour une réception du bâtiment neuf le 30 août 2024 et une réception du bâtiment B restructuré et rénové le 22 décembre 2025.

Interrogé par APMnews/TecHopital sur l’impact de la crise liée au Covid-19 sur le calendrier, Jean-Christophe Phelep a expliqué qu’il avait été envisagé de repousser la remise des projets mais qu'il avait finalement décidé de maintenir le calendrier notamment car tous les candidats n’avaient pas demandé de décalage.

AIA Architectes (mandataire) s’entourera pour le projet d’AIA ingénierie, TPF ingénierie, AIA territoire et AIA management de projets.

Des locaux évolutifs en cas de crise sanitaire

La crise sanitaire a néanmoins fait évoluer le projet élaboré en grande partie pendant le 1er confinement. "Ça nous a poussé à requestionner notre manière de penser et de construire les établissements de santé", a expliqué Guillaume Pakey, d’AIA Life designers.

La crise a montré l’importance de cet espace de travail et de vie pour le personnel, pour lequel "nous avons conçu un hôpital empathique, comme le fer de lance d’une nouvelle génération d’établissements", qui allie ergonomie et efficience, a-t-il développé.

Il a mis en avant trois axes clés du projet: un hôpital "efficient" (hiérarchisation et séparation des flux, plateau technique flexible, évolutivité de l’outil…), "résilient" et "vivant".

Le caractère résilient vise à permettre au bâtiment de s’adapter aux situations sanitaires exceptionnelles, a exposé Guillaume Pakey.

Cela passera par exemple par un parking souterrain sécurisé sous les urgences (125 places) pour doubler la capacité en cas de plan blanc.

Le projet contient aussi une reconversion possible des salles de réunion en centre de dépistage, lieu de repos pour les soignants ou réserve d’extension pour l’unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) en cas d’épidémie.

Enfin, il prévoit, en cas de besoin, d’annexer les chambres stériles de l’unité de soins intensifs en cardiologie (Usic), de l'unité de soins intensifs neuro-vasculaire (Usinv) et de l’hématologie à la réanimation, "d’étendre l’ambulatoire de chirurgie sur une hospitalisation" et de créer un hôtel pour les soignants.

S’agissant du caractère "vivant", il reposera sur la connexion à la nature, une performance circulaire (recyclage des ressources réutilisables, boucle de récupération énergétique) et le choix de matériaux sains pour préserver l’environnement.

Vue aérienne du projet de reconstruction et rénovation du site de Meaux (AIA Life designers)

L’architecte a évoqué un projet précurseur HQE 2021 (niveau excellent et label énergie-carbone), une augmentation de la biodiversité (plus de 500 arbres plantés, nichoirs…), de la phytoépuration associée à la récupération des eaux, une conception bas carbone (135 tonnes de matériaux biosourcés avec des ossatures en bois) et une approche "santé positive" (utilisation des escaliers, parcours de santé…). Le bâtiment disposera de 500 m² de panneaux solaires et d’un réseau géothermique.

Le projet propose notamment une nouvelle entrée principale accueillante et clairement identifiable, un volume compact mais "bien aéré" sur des patios et jardins et une bonne visibilité des urgences, a présenté Jean-Pierre Nigen.

Le coût était estimé à 169 M€, dont 119 M€ autofinancés par le Ghef, rappelle-t-on. L’enveloppe des travaux est chiffrée à 84,27 M€ hors taxes. La surface globale du projet est chiffrée à 45.000 m², dont 32.000 m² de surfaces neuves et 13.000 m² de rénovation lourde, a indiqué le chef de projet.

Une réduction capacitaire mais pas en soins critiques

Le projet prévoit 461 lits et places dans le nouveau bâtiment. Ce chiffre monte à 625 lits et places en incluant les bâtiment B et C.

Cela correspond à un quasi-doublement des capacités d’ambulatoire en chirurgie et en médecine et à environ "35 à 40 lits d’hospitalisation conventionnelle en moins", a indiqué Jean-Christophe Phelep. Il y aura plus de capacités de soins critiques, pour les urgences et la psychiatrie, a-t-il précisé.

"Pour que cette diminution capacitaire ne soit pas un frein à notre développement, nous avons augmenté délibérément la part ambulatoire par rapport à l’existant", a renchéri le vice-président de la commission médicale d’établissement (CME) du Ghef et représentant du site de Meaux, Aziz Benyoussef.

Il s’est réjoui de l’avancée de ce projet que les soignants, résignés à exercer dans un hôpital vieillissant, n’espéraient plus il y a quelques années.

Désormais, "nous avons l’ambition mesurée de faire du Ghef par la concrétisation [de ce projet] le plus grand CH sur l’axe Paris-Reims", a-t-il insisté.

Pour le maire LR de Meaux et président du conseil de surveillance du Ghef, Jean-François Copé, il s’agit d’un investissement "historique" à la fois pour le service public hospitalier et pour le quartier qui exigera un réexamen complet du plan de circulation et de stationnement. Il a insisté sur le "très gros travail d’accompagnement" du Ghef dans ce projet et l’importance du "respect rigoureux" du planning et notamment pour la délivrance du permis de construire.

Lors de la conférence de presse, le vice-président de la CME et le directeur ont évoqué le projet d’hôtel hospitalier, dans le cadre du développement de l’ambulatoire. Des discussions sont en cours, a indiqué Aziz Benyoussef.

Il est prévu de l’ouvrir probablement en 2026, à "très forte proximité" de l’ancien bâtiment A, qui sera utilisé pour les opérations tiroirs pendant les travaux puis désaffecté, a indiqué Jean-Christophe Phelep.

cb/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda