Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le projet de déménagement du CHU de Nantes est conforté par la crise sanitaire (Adrien Taquet)

Le projet de construction du CHU de Nantes pour regrouper les sites hospitaliers sur l'Ile-de-Nantes reste "pertinent" et n'est pas remis en question après la crise sanitaire du Covid-19, a assuré Adrien Taquet, secrétaire d'Etat de l'enfance et des familles, le 19 janvier lors des questions orales au gouvernement au Sénat.

La sénatrice Laurence Garnier (LR, Loire-Atlantique) a questionné le ministère des solidarités et de la santé sur "le projet de déménagement du CHU de Nantes chiffré à 1 milliard d'euros" qui, selon elle, "accumule les incohérences dont la suppression de 231 lits et 400 postes", pour savoir s'il serait remis à plat, dès lors que des annonces avaient été faites concernant les engagements de réorganisation pris avant la crise sanitaire devant le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins hospitaliers (Copermo).

"Ce projet est le fruit de longues années de réflexion et de concertation. Il a été conçu sur des principes d'évolutivité et de modularité qui doivent lui permettre de s'adapter aux besoins et aux nouvelles pratiques. Les premiers enseignements de la crise sanitaire démontrent que son dimensionnement en lits spécialisés nécessaires dans un contexte de crise est pertinent. Son organisation architecturale en plots apparaît adaptée à une prise en charge en contexte épidémique telle que nous le vivons actuellement", a répondu Adrien Taquet.

"L'adaptation des cibles capacitaires doit être déclinée à l'échelle du territoire de la Loire-Atlantique, et non du seul projet Ile-de-Nantes", a-t-il ajouté.

"Le choix de la centralité n'est pas remis en question et a au contraire été conforté lors de l'instruction du permis de construire et de l'autorisation unique environnementale", a-t-il assuré.

"Le CHU de Nantes connaît par ailleurs une situation financière solide, certifiée sans réserve, qui lui permet de soutenir cet investissement", a-t-il poursuivi, s'appuyant sur les conclusions du dernier rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) qui a fait "une analyse très aboutie de la gestion de l'établissement et de sa dynamique de fonctionnement" et souligne "de bons résultats, un état d'avancement conforme aux attentes ainsi que la qualité du pilotage du projet".

Sur les ressources humaines, le secrétaire d'Etat a relevé un taux d'absentéisme qui "se situe dans la moyenne nationale" et des actions d'amélioration de la qualité de vie au travail déployées par la direction générale.

"L'organisation sur deux sites de court séjour, ainsi que la vétusté des locaux sont une contrainte pour les équipes à laquelle le projet Ile-de-Nantes va apporter une véritable réponse et il emporte l'adhésion du personnel, de ce que l'on en sait", a-t-il défendu.

"Le gouvernement portera une attention particulière à ce que le projet puisse se mettre en œuvre en préservant la santé financière de l'établissement et un niveau de ressources humaines qui soit adapté aux enjeux de prise en charge qui découlent des nouvelles organisations telles qu'elles sont sorties du Ségur de la santé", a-t-il conclu.

sl/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda