Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Le projet du nouvel hôpital de Nantes soumis à enquête publique jusqu'à fin avril

Crédit : Art & Build, Pargade Architectes, Artelia, Signes Paysages
Crédit : Art & Build, Pargade Architectes, Artelia, Signes Paysages

NANTES, 8 avril 2019 (TecHopital) - Alors que la livraison du nouvel hôpital de Nantes sur l'Ile-de-Nantes est prévue pour 2026, le projet est soumis, depuis le 25 mars et jusqu'au 26 avril, à enquête publique après avoir reçu un avis favorable de l'Autorité environnementale et avant la délivrance du permis de construire.

"Nous sommes dans la dernière ligne droite. Nous avons remis 35 kg de documentation. Tous les documents sont disponibles en ligne et cinq commissaires enquêteurs assurent des permanences pour répondre aux questions dans les mairies", a indiqué Laëtitia Flender directrice générale adjointe qui coordonne le projet du nouvel hôpital de Nantes.

Cette enquête permet d'informer le public et de recueillir son avis sur l'intégration du projet dans son environnement, avant la délivrance du permis de construire. Elle porte sur l'autorisation environnementale, l'autorisation au titre du code minier et celle préalable à la délivrance du permis de construire. Elle est pilotée par une commission d'enquête indépendante, désignée par le tribunal administratif de Nantes composée de 5 commissaires enquêteurs. Une procédure d'autorisation au titre du code minier a été requise puisque le nouvel hôpital intègre un projet de géothermie, comprenant 5 forages.

L'Autorité environnementale a rendu son avis sur le dossier le 20 février dernier. Elle est favorable au projet mais fait néanmoins quelques remarques en notant que les principaux enjeux environnementaux s'établissent au niveau de "la fluidité et de la permanence des accès, notamment au regard du risque d’inondation" ; de "la création de continuités végétales et de déplacements" et de la "réduction des émissions des gaz à effet de serre et l'amélioration de la qualité de l'air".

Risque de crue millénale

Crédit : Artelia
Les enjeux relatifs au risque d'inondation extrême [...] sont, d'une manière générale, bien appréhendés par le dossier, souligne l'Autorité environnementale.
Le site du CHU, qui couvrira une surface de 220.000 m², et certains des accès seraient en effet "inondés en cas de crue millénale".

Une stratégie de résilience a donc été mise en place par le futur CHU "que ce soit en termes de mesures constructives (cote du niveau 0 située 45 cm au-dessus de la cote de la crue millénale et cuvelage du parking notamment), de vérification de la fonctionnalité des réseaux, de maintien des accès routiers ou de gestion de l'évènement".
A noter que l'agglomération nantaise est également concernée par le plan de gestion des risques inondation (PGRI) du bassin versant Loire-Bretagne, arrêté le 23 novembre 2015.

L'aménagement prévu présente une sobriété énergétique forte, visant une consommation d'énergie finale d'environ 226 kWh/m²/an alors que celle de l'hôpital Nord Laënnec et l'Hôtel Dieu est de 371 kWh/m²/an. C'est le recours à la géothermie sur nappe phréatique qui permettra notamment de limiter les consommations énergétiques. Le projet a ainsi pour objectif une réduction de 40% de sa consommation d'énergie primaire par rapport au niveau exigé par la réglementation thermique en vigueur (RT2012).

De plus, le dossier met en avant une conception architecturale bioclimatique avec une orientation et une localisation du site plein Sud permettant de valoriser les apports solaires de l'automne au printemps. Il est également prévu d’installer environ 2.550 m² de panneaux solaires photovoltaïques pour une production estimée de 600 MWh/an.

Pourtant, note l'Autorité environnementale, "la partie de l'étude d'impact consacrée aux consommations énergétiques et aux émissions de gaz à effet de serre, souvent confuse, ne permet de rendre compte qu'imparfaitement des différentes ambitions du projet". "La nature des chiffres avancés n'est ainsi que rarement précisée", souligne-t-elle.

Le CHU a donc répondu aux remarques de l'Autorité environnementale dans un document daté de mars 2019, et dont TecHopital a eu copie, et qui précise que la conception bioclimatique du bâtiment permettra de réduire les besoins énergétiques du CHU de moitié sur son périmètre MCO (médecine, chirurgie, obstétrique). Mais aussi que l’énergie thermique se basera sur le principe de géothermie sur nappe secondée par le recours au réseau de chaleur urbain.

Ensuite les émissions de carbone liées aux transports logistiques seront considérablement réduites par le rapprochement du CHU du pôle logistique de l’hôpital Saint-Jacques, situé à un peu plus d’un kilomètre du site. L’économie estimée est de 227.552 km par an, soit un nombre de kilomètres divisé par 4. Les émissions annuelles de CO2 liées au transport du fret inter-établissements sur le périmètre du projet devraient également être divisées par 4, passant de 200 à 50 tonnes/an, précise le CHU.

Enfin, l'Autorité environnementale relève que le coefficient d'imperméabilisation du site ne dépassera pas 73%, "ce que le dossier décrit comme exceptionnel pour un équipement de santé situé en zone urbaine, sans cependant donner de point de comparaison", fait-elle remarquer.

"L'appel des 100" opposé au projet

Interrogée par APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TecHopital), sur "l'appel des 100", publié le 2 avril par l'association Gaela, qui s'oppose régulièrement au nouvel hôpital et qui critique un projet "scandaleux", "une gabegie financière" et "une approche sanitaire et sécuritaire aberrante", Laëtitia Flender a estimé que les arguments avancés sont "sans surprise avec beaucoup d'inexactitudes".

"Nous avons déjà répondu à ces critiques ; nous sommes sereins et avons le sentiment du travail accompli avec un souci de transparence et dans le respect de la réglementation." "La communauté hospitalière et les usagers ont été associés à toutes les étapes", a-t-elle ajouté.

Le projet qui intègre un risque de crue millénale respecte "la trajectoire financière prudente validée par le comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers (Copermo) et le calendrier", prévoit une réserve foncière de 1,6 hectare (sur la parcelle de 10,1 ha) et n'est pas plus exposé en termes d'exposition au bruit par rapport à l'aéroport que ne l'est l'actuel Hôtel-Dieu. En outre, il apporte "l'amélioration en offre de soins attendue par la communauté qui travaille actuellement", a répondu Laëtitia Flender.

L'année 2019 marque une étape importante pour l'opération "Ile de Nantes" qui représente l'un des plus gros investissements hospitaliers en France (953 M€ ).
La demande de permis de construire déposée en juillet 2018 a été instruite avec une enquête publique environnementale. L'opération est dans la phase d'études de projet qui a pour but de finaliser la conception technique des bâtiments avant de lancer les appels d'offres pour les travaux. Les opérations de préparation de l'assiette foncière se poursuivent. Le MIN (marché d'intérêt national) qui était sur l'île a bien été transféré à Rezé. "Nous suivons le calendrier avec l'objectif de débuter les travaux en octobre 2020" pour une livraison des bâtiments en avril 2026, a indiqué Philippe Sudreau, le directeur du l'établissement en marge de la cérémonie des vœux qui s'est déroulée en janvier dernier.

sl/gdl/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions