Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://pro-smen.org/prime-PRO-SMEn-hopitaux
http://www.canyon.fr/

Le transport de prélèvements biologiques par drone sera testé au CHU de Bordeaux en 2019

Drone
Drone

(Par Geneviève DE LACOUR, aux journées Hopitech)

PARIS-LA DEFENSE, 24 octobre 2018 (TecHopital) - Le CHU de Bordeaux a reçu l'autorisation de la direction générale de l'aviation civile (DGAC) pour tester le transport de prélèvements biologiques par drone à partir de 2019, une grande première en France, a fait savoir Catherine Franco, ingénieure qualité organisation et référente sur le transport des produits de santé au CHU de Bordeaux.

"Nous avions le projet de réorganiser nos plateaux techniques de biologie et de constituer un plateau technique centralisé au niveau du centre hospitalier de Pellegrin", a expliqué à TecHopital Catherine Franco, en marge des journées Hopitech qui se sont déroulées du 10 au 12 octobre.

"La question de comment relier les trois sites du CHU" (Haut-Lévêque, Saint-André et Pellegrin) "s'est rapidement posée. En effet, les analyses de routine ne se font plus aux hôpitaux de Saint André et Haut-Lévêque, tout est dorénavant envoyé à Pellegrin". Ainsi, 2.000 tubes sont acheminés chaque jour sur une distance maximale de 10 km. Or, "la circulation à Bordeaux est parfois bien compliquée", a fait remarquer l'ingénieure qualité.

"L'idée est née il y a 4 ans", a précisé Jean-Luc Silberstein, ingénieur de la société Abbott lors des journées Hopitech. "Il s'agissait de développer une solution de transport de colis sensibles en milieu urbain ". Le projet s'est construit à partir d'un constat : "Les dépenses pour le transport des prélèvements biologiques (échantillons biologiques, médicaments, etc.) intra-sites occupent la deuxième place, pour les laboratoires bordelais, après les dépenses pour les réactifs", a complété l'ingénieur.

Pour mener à bien ce programme, Abbott a décidé de prendre la tête d'un consortium: Drones for Life (DFL) également constitué des sociétés BeTomorrow, spécialiste des applications mobiles connectées et d'un droniste, Skydrone. Ce consortium regroupe diverses compétences: mécaniques, électroniques, informatiques et spécifiques aux drones. Le CHU de Bordeaux en est le partenaire.

Un cahier des charges drastique de la DGAC

"Les drones devraient voler sur une distance de 8 km en zone urbaine et à une centaine de mètres de hauteur", a détaillé l'ingénieure qualité du CHU. "Nous sommes au stade de pouvoir faire des essais sur un aérodrome avec un système autonome ultra-sécurisé, et un système sécurisé redondant, comme cela a été demandé par la DGAC, pour prouver que ça marche et prouver que des vols en milieu urbain sont possibles".

La direction ministérielle "nous a imposé des tracés bien définis ainsi qu'un cahier des charges drastique. Les premiers essais sur 500 mètres ont été validés".

"Nous fonctionnons par itération avec la DGAC. Nous devons prouver que cela marche en rase campagne pour ensuite pouvoir le tester en milieu urbain", a-t-elle souligné. "Ce que dit la DGAC, c'est qu'au final nous n'obtiendrons pas forcément une autorisation mais plus une tolérance", a indiqué Catherine Franco. Une dérogation, en quelque sorte.

"Nous avons également réalisé des essais pour prouver que le transport n'affecte pas les propriétés physico-chimiques des produits transportés", a-t-elle ajouté. "Il devrait s'agir surtout d'échantillons sanguins, mais également des échantillons d'urines et des médicaments". Le drone met 7 à 8 minutes pour relier les deux sites distants de 8 km.

Quant aux conditions limites de vol, liées aux conditions météorologiques, au vent, etc., les porteurs du projet vont devoir réfléchir aux différents cas de figure. D'ores et déjà, "nous savons qu'en cas de collision avec un oiseau, par exemple, le drone devra pouvoir se poser sur un lieu de repli défini à l'avance".

"Nous devrions expérimenter l'atterrissage et le décollage une fois que la DGAC aura accepté le vol." L'idée étant d'assurer le déchargement des prélèvements sans intervention humaine.

En 2017, "le travail a porté sur le chargement et le déchargement automatique des échantillons en toute sécurité et par tous les temps", a précisé Jean-Luc Silberstein. Il est ainsi prévu que le drone puisse relâcher le caisson sur un mini-tapis roulant. "Nous voudrions limiter les interactions humaines", a-t-il complété.

Quant au circuit pour lequel le drone sera utilisé, l'ingénieure du CHU s'interroge encore. "S'agira-t-il du circuit de l'urgence, celui de la routine ?"

Un projet qui doit être accepté par les élus, la population

Le consortium a rencontré la mairie de Bordeaux et celle de Pessac, pour savoir si le projet était bien accueilli par les élus. "Nous avons reçu eu un accueil plutôt bienveillant", a assuré l'ingénieure du CHU de Bordeaux.

Pour rassurer les élus, ils ont proposé de "sécuriser le trajet du drone au-dessus de la voie de chemin de fer" mais "il reste une partie entre la voie ferrée et le CHU qui implique le survol d'habitations."

"Transporter des produits de santé par drone, ce sont des solutions autonomes et intelligentes" et les CHU de Nantes et de Tours se sont d'ores et déjà montrés très intéressés par cette solution, a fait remarquer Catherine Franco.

A noter que les membres du consortium prennent en charge les coûts de la R&D et ont "reçu une subvention d'environ 200.000 euros du conseil régional".

*Le consortium "Drone For Life" regroupe les sociétés Abbott, BeTomorrow, Skydrone (constructeur de drones professionnels), avec pour partenaires le CHU de Bordeaux, l’agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, la direction de la sécurité de l'aviation civile (DSAC)-SO Aquitaine, et Aetos (un cluster de drones).

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
http://www.jib-innovation.com
https://new.abb.com/fr/sante
https://brand.fujifilm.com/neverstop/global/
https://www.ecophon.com/fr/connaissance/hc---noise-affects-quality-of-care/
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions