Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Les capacités en lits de soins critiques ont augmenté depuis 2013 (Drees)

Depuis 2013, les capacités d’accueil en lits ont augmenté en réanimation, soins intensifs et surveillance continue (Drees).
Depuis 2013, les capacités d’accueil en lits ont augmenté en réanimation, soins intensifs et surveillance continue (Drees).

PARIS, 1er octobre 2020 (TecHopital) - Alors que l'épidémie de Covid-19 est bien repartie dans plusieurs régions françaises, la Drees a publié le 29 septembre une étude sur l'évolution des capacités d'accueil des établissements de santé. Elle montre une hausse du nombre de lits de soins critiques de 2013 à fin 2019, en particulier en soins intensifs.

Les différents chiffres de l'étude sont issus des données de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE) au premier semestre de 2020, et couvrent la France métropolitaine et les départements et régions d'outre-mer (Drom), y compris le service de santé des armées (SSA).

Si la capacité d'accueil en hospitalisation complète des établissements sanitaires a diminué de 5,1% depuis 2013, la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) note dans son étude que "les lits de réanimation, soins intensifs et surveillance continue, très sollicités pendant l’épidémie de Covid-19, ont augmenté entre 2013 et 2019".

La France comptait ainsi 5.400 lits de réanimation fin 2019, répartis entre 323 établissements, soit une progression de 1,3% depuis 2013.

Cette augmentation est plus forte sur les soins intensifs, avec une hausse de 10,3% en six ans pour atteindre 6.000 lits fin 2019.

À la même date, les établissements sanitaires comptaient 8.200 lits de surveillance continue pour la prise en charge des patients nécessitant une observation clinique et biologique répétée et méthodique. Leur nombre a progressé de 8,2% en six ans.

Pendant la première vague de l'épidémie de Covid-19, les services de réanimation avaient été réorganisés de façon à pouvoir passer à 10.000 lits (contre 5.000 lits environ dénombrés en 2018) et même jusqu'à 12.000 lits, provenant de la transformation de lits de surveillance continue et de l'installation en salles de réveil et blocs opératoires.

Une diminution du nombre d'établissements et de lits d'hospitalisation complète

"Sous l'effet des réorganisations et des restructurations, le nombre d'entités géographiques de statut public ou privé a continué de reculer en 2019 (37 établissements en moins)", note la Drees, en soulignant que "cette évolution est plus marquée pour les hôpitaux publics", passés de 1.420 entités géographiques en 2013 à 1.352 en 2019 (-4,8 %).

En 2019, la France comptait 3.005 établissements de santé, dont 1.352 hôpitaux publics, 671 établissements privés à but non lucratif et 982 cliniques privées, pour une capacité globale de 392.000 lits d'hospitalisation complète et 79.000 places d'hospitalisation partielle.

Le nombre de cliniques privées a diminué de 3,7% sur la période, en passant de 1.020 établissements en 2013 à 982 en 2019, et les établissements privés à but non lucratif sont passés de 685 entités en 2013 à 670 en 2019 (-2,2%).

Le nombre de lits en hospitalisation complète a diminué de 0,9 % en 2019.

"Ce repli est dans la tendance observée depuis plusieurs années et reflète la volonté de réorganiser l’offre, parfois face à des contraintes de personnel empêchant de maintenir les lits", fait remarquer la Drees, alors que 21.000 lits d’hospitalisation complète ont été fermés depuis 2013 (-5,1%).

Progression de l'hospitalisation partielle

En revanche, le nombre de places d'hospitalisation partielle a augmenté de 9,7% sur la même période, avec une hausse de 1,9%.

Dans les établissements de médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), l'évolution des capacités d'hospitalisation complète est identique à celle de l'ensemble des établissements, tandis que les places ont connu une croissance de 1,2%.

La progression du nombre de places est plus forte pour les lits de soins de suite et de réadaptation (SSR), avec une hausse de 6,5% en 2019, tandis le nombre de lits diminue (-0,9%), après une période de stabilisation de 2015 à 2018.

En psychiatrie, le nombre de places a augmenté faiblement en 2019 (+0,5 %), notamment car l'hospitalisation partielle s'y est déjà fortement développée depuis le début des années 2000, tandis que le nombre de lits de psychiatrie continue de reculer (-0,6%).

Les capacités de prise en charge en hospitalisation à domicile (HAD) ont continué de progresser en 2019 (+5,5 %), soit 19.100 patients pouvant être pris en charge simultanément. "Elles représentent 6,2% de celles de l’hospitalisation complète en court et moyen séjour (hors psychiatrie), contre 2,1% en 2006", a mis en perspective la Drees

Drees, Etudes & Résultats n°1164

gl/nc/san/nc

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda