Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Les capteurs efficaces pour suivre le matériel à la trace

Paris, 3 février 2014 (Direct Hôpital) - Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont équipé leurs appareils sensibles de capteurs permettant de les géolocaliser. Cette solution a permis d'optimiser leur utilisation, de réduire les pertes et d’améliorer le suivi du patient.

La mise en œuvre d'un logiciel pour la production de soins au pied du lit des patients a amené les HCL à déployer un réseau wifi performant. "Nous nous sommes demandé comment optimiser cette infrastructure et y greffer de nouveaux services", explique Alexandre Baffi, ingénieur réseaux des HCL.
 
L'idée de "taguer" les appareils pour les géolocaliser a d'abord été testée sur un plateau technique, afin de définir les appareils à marquer (peu d'appareils onéreux, beaucoup d'appareils moins chers, seulement les appareils mobiles ?) et d'analyser les effets de la solution. Des colonnes de vision, moteurs, pompes, microscopes optiques, etc., ont été équipés.
 
Suite à ce test, plusieurs services ont équipé leur matériel de capteurs Aeroscout, de la société Stanley Healthcare. D'une taille de 4cm sur 3, ces capteurs actifs envoient à intervalle régulier leur position, via le réseau wifi.
 
"Le bloc opératoire a voulu installer ces capteurs sur le matériel un peu rare, pour lequel il avait parfois des problèmes de rangement", explique Alexandre Baffi. Dans d'autres services, les pompes antidouleurs ont été équipées. Chaque patient en est maintenant doté à la sortie du bloc. "Petit à petit, on remarque que les utilisateurs les ramènent d'eux-mêmes, car ils savent qu'elles sont marquées", observe l'ingénieur.
 
Le nombre de pièces perdues - et donc rachetées - a été réduit, ainsi que le temps passé à les chercher. Le meilleur suivi de l'équipement a aussi permis d'optimiser son utilisation et de limiter l'achat d'appareils supplémentaires. "S'il est difficile de définir un ROI, on observe une baisse des achats et un gain de temps", assure Alexandre Baffi. D'autant que la mise en place du dispositif n'a pas nécessité de grands investissements, puisque le réseau wifi était déjà déployé.
 
L'établissement réfléchit maintenant à une amélioration du dispositif, qui déclencherait une alarme lorsqu'un appareil sort du bloc opératoire. "Nous avons déjà eu le cas de matériel parti par erreur à la poubelle", note Alexandre Baffi. Sans compter le matériel volé, notamment les défibrillateurs.
 
Un projet d'interfacage d'Aeroscout avec le logiciel de gestion patient Easily est aussi prévu, pour améliorer le parcours de soin du patient.
 
Une autre innovation a déjà été mise en œuvre, sur le même principe : des capteurs de température ont été installés sur les frigos. Toutes les quinze minutes, ils transmettent la température, et déclenchent une alarme en cas d'anomalie. Jusqu'ici, ce relevé se faisait à la main. /mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda