Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Les chefs de pôle d’imagerie des CHU alertent sur les difficultés croissantes rencontrées dans leurs services

PARIS, 23 juin 2020 (TecHopital) - Le collège des chefs de pôle d’imagerie en CHU alerte sur les difficultés croissantes rencontrées au sein de leurs services en matière d'effectifs, d'équipements et d'organisation redoutant "un point de rupture irréversible", dans une lettre ouverte publiée à l'occasion du "Ségur de la santé".

Ces difficultés entraîneront "à court terme notre incapacité à assurer nos missions de soin, d’enseignement et de recherche et l’impossibilité de nos CHU de faire face à une nouvelle crise sanitaire", alertent-ils.

Avec entre 8 et 9 millions d’actes réalisés chaque année par ces pôles, l’imagerie est devenue un des éléments essentiels du dépistage, du diagnostic, de l’évaluation du pronostic et du suivi de la majorité des maladies. L’imagerie interventionnelle constitue une innovation thérapeutique, qui poursuit son développement. Enfin, grâce à la télémédecine, l’imagerie des CHU est bien coordonnée avec les équipes d’imagerie au sein des différents territoires et des régions, rappellent ces chefs de pôle.

"Lors de la crise sanitaire du Covid-19, les équipes d’imagerie ont assuré une prise en charge optimale de tous les patients. N’oublions pas que tous les patients hospitalisés avec Covid-19 ont été diagnostiqués et suivis grâce à l’imagerie. Pourtant, l‘imagerie souffre de plus en plus, dans nos CHU, de problèmes d’effectifs, d’équipements, d’organisation. Ces manques risquent de mettre en péril l’ensemble du parcours de soin des patients", écrivent les spécialistes.

"Le personnel paramédical, et en premier lieu les manipulateurs en électroradiologie médicale et leur encadrement, n’ont pas la reconnaissance qu’ils méritent (cf dépêche TecHopital). Quant au personnel médical, il quitte régulièrement nos CHU", déplorent-ils estimant qu'un choc d’attractivité est indispensable.

"La politique de restriction budgétaire des années passées s’est faite dans la plupart des CHU au détriment du maintien d’équipements performants" et "certains CHU sont contraints, pour des raisons économiques, de se limiter à remettre à niveau des équipements dépassés. Or, les CHU, structures de soin de recours par excellence, doivent pouvoir réaliser les examens au meilleur de la technologie et doivent rester les lieux privilégiés de l’évaluation des innovations technologiques", défendent-ils.

En plus d'investissements, ils demandent de simplifier les organisations dénonçant un excès de bureaucratie, de réunions "souvent inutiles", de tracasseries administratives croissantes, et de tableaux d’activités et de rentabilité financière.

"Le dialogue entre médecins et administratifs disparaît progressivement et dans certains CHU, les médecins ne sont souvent même plus consultés pour les choix de leurs outils de travail ou de leurs collaborateurs", dénoncent-ils.

"Le 'Ségur de la santé' devra répondre à ces enjeux de rééquilibrage et de simplification des organisations afin de rendre possible l'agilité nécessaire pour les investissements, les recrutements, les projets innovants", souhaitent les médecins chefs de pôle.

Préparer la médecine de demain

Les CHU ont de plus en plus de mal à attirer des candidats pour les postes de professeurs et maîtres de conférences en imagerie et la moyenne d’âge des médecins hospitalo-universitaires ne cesse d’augmenter et fait craindre pour l’avenir de la médecine. "Sans enseignant dans nos facultés, comment formerons-nous les médecins de demain ?", interrogent-ils.

De plus, le manque d'investissement dans des "équipements modernes et au meilleur niveau de technologie" compromet cette recherche clinique qui est réalisée dans les CHU, de même que le manque de personnels formés "à cette recherche clinique et à sa rigueur".

"Malgré nos actions, nous ne sommes pas entendus, et encore moins écoutés. Nous assistons, impuissants, au déclin de ce qui était considéré comme un système de santé hospitalo-universitaire au meilleur niveau", concluent-ils appelant à un changement après avoir entrevu "un autre hôpital possible" pendant la crise sanitaire.

sl/ab/

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions