Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Les conditions de travail dans les établissements de santé s'améliorent globalement depuis 2003

PARIS, 10 mars 2015 (Direct Hôpital) – Les contraintes physiques ou de rythme de travail ont diminué entre 2003 et 2013 dans le secteur hospitalier (public et privé), mais les tensions avec les patients augmentent, selon le panorama 2014 des établissements de santé publié jeudi par la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

Ce panorama comporte notamment trois dossiers pour "approfondir des questions structurelles et éclairer les mutations du monde hospitalier". Le premier porte sur les conditions de travail dans les établissements de santé, le deuxième est consacré aux structures des urgences hospitalières et le troisième concerne la tarification à l'activité (T2A) et les réadmissions des séjours en chirurgie entre 2002 et 2012.
 
L'enquête Conditions de travail a été réalisée sur les années 2012 et 2013 et porte sur un échantillon de 4.300 personnels de l'ensemble du secteur hospitalier (public et privé). Cet échantillon important permet d'analyser finement les différences de conditions de travail en fonction des professions et du statut des établissements, souligne la Drees.
 
L'enquête montre "des conditions de travail qui s'améliorent depuis 2003", date à laquelle la Drees avait réalisé une étude similaire sur 5.000 salariés.
 
Le rapport souligne notamment que les contraintes de rythme de travail ont globalement diminué dans le secteur hospitalier, même si elles restent "importantes" par rapport à d'autres secteurs. Ainsi, la part des professionnels hospitaliers qui déclarent avoir un rythme de travail imposé par des normes de production ou des délais à respecter en moins d'une heure est passé de 48% en 2003 à 30% en 2013, mais est toujours supérieure à l'ensemble des salariés français (27%).
 
Le nombre de salariés hospitaliers qui déclarent devoir "toujours" ou "souvent" se dépêcher est passé de 68% en 2003 à 64% en 2013. Les infirmiers et les sages-femmes n'ont pas profité de cette embellie et sont toujours 77% à exercer en urgence.
 
Le rapport montre que les salariés des établissements privés sont plus souvent soumis à des rythmes et délais contraints que ceux du public. La Drees avance comme explication possible la différence d'activités entre les hôpitaux publics et les cliniques privées, notamment la part plus importante de chirurgie ambulatoire dans le privé.
 
Le fait d'avoir "un rythme de travail soumis aux contrôles informatiques" a "considérablement" augmenté et atteint 41% des salariés en 2013 (contre 11,7% en 2006). La hausse est de 30% en moyenne pour les aides-soignants, les infirmiers et les sages-femmes.
 
Les contraintes horaires (travail le weekend, la nuit) sont stables depuis 2003, mais les astreintes sont plus fréquentes (60% du personnel médical, +10 points). A l'inverse, le pourcentage de salariés travaillant au-delà de l'horaire prévu tous les jours ou toutes les semaines est passé de 70% en 2003 à 66% en 2006 puis 30% en 2013. Le passage à la tarification à l'activité (T2A) en 2008 "a pu inciter les établissements de santé à surveiller de manière plus rigoureuse les heures supplémentaires", avance la Drees.
 
Enfin, 77% des salariés déclarent être dans l'impossibilité de modifier leurs horaires de travail, déterminés par leur employeur. Ils étaient 69% dans cette situation en 2003.
 

Moins de contraintes physiques mais des différences entre public et privé

 
Les "tensions" avec les collègues (31,6% en 2003, 30,6% en 2013) et la hiérarchie (39% en 2003, 33,9% en 2013) ont diminué en 10 ans, mais la proportion de salariés ayant des rapports tendus avec le public (patients, accompagnants, etc.) a fortement augmenté. Elle est passée de 37,7% à 50%. La hausse est particulièrement importante chez les agents d'entretien (19% en 2003, 32% en 2013), les aides-soignants (43% en 2003, 56% en 2013) ainsi que les infirmiers et sages-femmes (54% en 2003, 66% en 2013).
 
Les personnels hospitaliers ont, en 2013, déclaré moins de contraintes physiques que 10 ans auparavant. Ils sont 11% de moins à devoir effectuer des déplacements à pied longs et fréquents et à déclarer des difficultés liées à des mouvements douloureux et fatigants.
 
La proportion de salariés affectés par des contraintes physiques reste toutefois très importante: 70,1% disent devoir rester longtemps debout (50,1% chez l'ensemble des salariés français), 61,5 effectuent des déplacements à pied longs ou fréquents (34,4% chez l'ensemble des salariés), 62,4% doivent porter ou déplacer des charges lourdes (40,8%) et 56,8% effectuent des mouvements douloureux (36,9%).
 
Les salariés des établissements publics déclarent plus souvent des nuisances environnementales que ceux du privé: sur les neuf items sondés (saleté, humidité, courants d'air, température élevée ou basse, etc.), 46% des salariés du public déclarent au moins trois nuisances, contre 38% dans le privé.
 
La saleté, les mauvaises odeurs, les températures élevées, l'absence ou le mauvais état des sanitaires et l'absence d'intimité sont les aspects où la différence est la plus forte entre le public et le privé, à l'avantage de ce dernier.
 
Le rapport montre peu de différences de nuisances chez les médecins et les professions administratives des deux secteurs. La différence est la plus forte chez les aides-soignants (53% de ceux du public déclarent au moins trois nuisances, contre 40% dans le privé) et les infirmiers/sages-femmes (50% contre 44% dans le privé).
 
"C'était déjà sur l'aspect des nuisances environnementales que les différences de conditions de travail entre les agents du public et les salariés du privé étaient les plus marquées en 2003", souligne la Drees.
 
 
mb/ab/
 

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda