Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

"Les ingénieurs biomédicaux devraient plus s'impliquer dans la construction des hôpitaux" (Claude Rolland)

Claude Rolland, Bouygues Construction
Claude Rolland, Bouygues Construction

(Par Geneviève DE LACOUR, aux journées de l'Afib)

LA ROCHELLE, 8 octobre 2018 (APMnews) - "Je souhaiterais que les ingénieurs biomédicaux s'impliquent plus dans les projets de construction pour mieux anticiper leurs évolutions", a déclaré Claude Rolland, directeur du pôle santé chez Bouygues Construction, lors des journées de l'Association française des ingénieurs biomédicaux (Afib) 2018 à La Rochelle.

"Les hôpitaux français sont très optimisés, globalement fonctionnels, peu chers - deux fois moins chers que les autres établissements européens. Ils sont très bien sécurisés au niveau des installations techniques et respectent très bien les normes d'hygiène. Mais ils sont souvent peu accueillants et anticipent peu les nouvelles organisations et les nouvelles technologies", a regretté le 3 octobre Claude Rolland, invité des journées de l'ingénierie biomédicale qui se sont déroulées du mercredi 3 au vendredi 5 octobre à La Rochelle.

"Plus de 70% de patients sont des patients récurrents, des patients longue durée qu'on ne connaît pas. Or, les patients sont aussi des clients", a-t-il lancé aux ingénieurs hospitaliers. Si les "installations techniques" sont "très bien sécurisées", la réanimation, les soins intensifs, les blocs opératoires sont "très technologiques, très performants et respectent les normes d'hygiène", en revanche les "chambres sont tristes, peu accueillantes".

"Pour réfléchir sur comment mieux concevoir, mieux exploiter les hôpitaux de demain, nous avons donc lancé une étude à l'horizon 2025 afin de mieux comprendre quelles seront les évolutions technologiques, les évolutions organisationnelles à venir", a-t-il complété.

Le directeur du pôle santé de Bouygues a rappelé le fait qu'il "faut au minimum 10 ans pour concevoir et construire un hôpital et qu'il faut donc anticiper les évolutions technologiques, prévoir l'évolution des patients", "intégrer la révolution digitale" en cours et son "impact sur les établissements de santé".

Paradoxalement, "avec le développement de l'ambulatoire, la surface des bâtiments de santé reste la même". Le nombre de lits diminue mais les surfaces se maintiennent, "afin de mieux gérer les flux". "Nous allons vers un modèle d'aéroport, de centres commerciaux. Il va falloir mieux accueillir les patients, mieux les traiter, il faut donc des espaces pour cela."

Le centre hospitalier du futur devra donc être "basé sur une structure modulable avec une marche en avant des patients, dans un environnement plus convivial. Des flux simples, orientés vers la productivité mais aussi des espaces sereins pour mettre le patient dans de bonnes conditions". Et celui-ci d'ajouter : "On voit d'ailleurs se développer des espaces 'cocooning' au Japon, en Suisse, au Royaume-Uni".

Les capacités d'imagerie ont beaucoup changé, la chirurgie a beaucoup évolué avec la réalité augmentée, la chirurgie sous imagerie. Le bloc opératoire devient très évolutif, avec des besoins informatiques très importants. Or, actuellement, "au niveau des appels d'offres on reçoit encore des programmes très restrictifs".

Dans les hôpitaux français, "tous les blocs opératoires ont été construits à l'étage, aucune salle ne possède une tonne de charge au plancher. Et refaire ces salles après coup, coûte une fortune", a-t-il fait remarquer. "On nous demande de faire des salles de bloc de plus en plus petites alors que les salles hybrides nécessitent de grands espaces à cause des appareils d'imagerie."

"Il faut anticiper les évolutions technologiques, anticiper les flux et pour cela nous avons besoin des ingénieurs biomédicaux", a martelé Claude Rolland.

"Les halls d'accueil, la salle d'attente, les chambre pourraient être plus accueillants." Dans les nouveaux projets, Bouygues Construction travaille de plus en plus avec des architectes d'intérieurs qui rajoutent de la décoration "très facile à faire et qui ne coûte pas très cher". Et le directeur de Bouygues de citer l'exemple de l'hôpital de Calais et rappelé qu'à l'étranger, comme au Japon, au Royaume-Uni, dans les pays nordiques et la Suisse, "on voit de la lumière qui entre, des matériaux très agréables, de la décoration, on soigne la qualité d'accueil".

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous à la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions