TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Les recommandations de la Sfar sur la gestion de l'arrêt du protoxyde d'azote au bloc opératoire

Crédit: Shutterstock
Crédit: Shutterstock

PARIS, 7 décembre 2020 (TecHopital) - En cas d'arrêt d'utilisation du protoxyde d'azote dans les blocs opératoires, il convient de déposer définitivement son circuit afin d'éviter une consommation, une facturation et une pollution involontaire liées aux fuites du réseau, recommande le comité développement durable de la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar).

"Si vous voulez définitivement arrêter d'utiliser du protoxyde d'azote dans les blocs opératoires, il faut couper le circuit et déposer les cadres*", ont averti les anesthésistes de la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar) lors d'une conférence en ligne sur le développement durable, organisée le 2 décembre.

Le protoxyde d'azote (N2O) est en effet un puissant émetteur de gaz à effet de serre (GES) présentant un fort potentiel de réchauffement global (environ 300 fois plus puissant que le CO2).

"Mais avant de décider de cet arrêt définitif, il faut trouver un consensus dans les équipes médicales", a rappelé Jane Muret, anesthésiste-réanimateur à l'Institut Curie, qui anime le comité Sfar Green.

"Car il suffit parfois d'un seul anesthésiste ou d'un chirurgien pour que les équipes techniques installent le protoxyde d'azote dans les blocs opératoires", a relaté Camille Devroedt, responsable des services techniques du centre hospitalier (CH) de Saint-Affrique et Millau (Aveyron). Or, "nous ne faisons pas le poids face à un médecin", a-t-elle ajouté.

Des fuites importantes


"C'est complètement aberrant d'avoir des circ

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.
Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait