Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Logistique : l'approvisionnement mutualisé arrive d'Allemagne

Crédit : Rhenus eonova GmbH
Crédit : Rhenus eonova GmbH

PARIS, 16 septembre (Direct Hôpital) – La société Rhenus Logistics veut importer en France son concept Netlog, qui repose sur un magasin fournisseurs mutualisé servant plusieurs établissements de santé d'une même région. A Hanovre (Allemagne), vingt hôpitaux ont adopté cette solution.

Direct Hôpital : Rhenus Logistics a récemment présenté à Strasbourg son offre de logistique hospitalière, dans le cadre d'une conférence organisée par l'Aslog (Association française pour la logistique) dont vous êtes depuis peu un administrateur. Quelle est l'histoire de Rhenus en France ?

Emmanuel Bonnet, directeur du développement de Rhenus Logistics France : Rhenus Logistics est une division du groupe allemand Rethmann (12 milliards d'euros de chiffre d'affaires). Elle réalise 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires par an, dont 235 millions en France. En janvier 2012, nous avons acquis les activités de logistique de Wincanton, ce qui a fait bondir notre chiffre d'affaires.
 
Nous sommes en France un acteur de la logistique de santé. Nous avons des entrepôts où nous stockons des médicaments et des dispositifs médicaux pour les industriels et nous les distribuons jusque dans les blocs opératoires des hôpitaux et des cliniques.
 
Notre but aujourd'hui est de promouvoir l'offre hospitalière que nous avons développée en Allemagne, en l'adaptant aux conditions spécifiques de l'environnement hospitalier français. 

En quoi consiste votre offre ?

C'est un panel relativement large de services, qui va de la gestion de flux de patients à la gestion des repas, ou encore le réassort des armoires de pharmacies à l'intérieur des hôpitaux. Le socle de notre offre est le concept Netlog.
 
Nous constatons qu'il y a une forte pression budgétaire sur l'hôpital et nous estimons que ce n'est pas incompatible avec la qualité des soins dispensée aux patients. Il y a beaucoup de gaspillage dans la logistique hospitalière; la rationalisation de cette logistique permet de faire des économies sans remettre en question la qualité des soins dispensée.

Comment cette rationalisation fonctionne-t-elle et qu'est-ce que le concept Netlog ?

NetLog est une organisation logistique multi-clients basée sur la mutualisation de l'approvisionnement. Elle concerne tous les types d'établissements : hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, etc.
 
Nous l'avons mise en place en Allemagne, à Kassel et Hanovre. Dans la région de Hanovre, nous exploitons un centre logistique pour 20 hôpitaux d'une capacité totale de 7 000 lits avec intégration des stocks en consignation pour le compte de 44 fournisseurs. Les hôpitaux ne sont donc pas propriétaires des stocks : ce sont les fournisseurs qui payent le stockage et les hôpitaux ne sont facturés que lorsque la marchandise quitte notre entrepôt pour être livrée.
 
L'intérêt pour les établissements de santé est que l'essentiel de leur stock est externalisé, ce qui leur crée une disponibilité du foncier supplémentaire et une économie de besoins en fonds de roulement. 
 
De plus, nous optimisons les distributions en fonction des besoins des hôpitaux : un seul véhicule peut partir de l'entrepôt, desservir plusieurs établissements et revenir. Le stock est mutualisé, mais aussi le transport. Nous livrons néanmoins les hôpitaux au rythme souhaité. A Hanovre, l'hôpital universitaire est livré cinq fois par jour, alors que d'autres ne le sont que deux ou trois fois par semaine.

La mise en place de ces plateformes se fait-t-elle avec le concours des établissements de santé ou avec les fournisseurs ?

D'abord avec les hôpitaux, et de manière progressive. A Hanovre, nous avons démarré il y a une dizaine d'années avec deux ou trois hôpitaux, puis d'autres nous ont rejoints. C'est à eux de convaincre leurs fournisseurs.
 
En France, les hôpitaux font souvent partie de centrales d'achats, qui se regroupent pour acheter, mais n'ont jamais regroupé la logistique. J'imagine que demain, ces centrales  demanderont le groupage de la logistique, lorsque des solutions comme Netlog leur seront proposées.

Etes-vous en contact avec ces centrales d'achat ?

Pour l'instant, nous sommes dans une phase de prospection, auprès des centrales d'achat et des hôpitaux.

Tous les établissements, même ceux de taille modeste, peuvent-ils profiter de cette solution ?

Globalement, cette solution est simple à mettre en place, car nous disposons des process, des systèmes d'informations et d'équipes en Allemagne qui, fortes de leur expérience, peuvent nous épauler. Mais tout dépend de la taille du projet : en région lyonnaise, strasbourgeoise ou parisienne, nous sommes déjà présents physiquement avec des entrepôts, dont une partie peut être consacrée à des projets Netlogs. Cela peut donc se faire très rapidement.
 
Tous les établissements sont concernés, mais il n'est pas forcément intéressant pour un petit établissement d'externaliser son stock de manière autonome. Mais cinq ou six établissements qui se regroupent, cela fait sens !
 
Les cliniques, par exemple, peuvent se trouver dans des zones résidentielles où le mètre carré est cher. Elles ont donc tout intérêt à transférer leur stock dans des zones où le foncier est moins coûteux, et dans le même temps maximiser leur espace consacré aux soins ou aux lits. 
 

Propos recueillis par Morgan Bourven

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda