Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.isiris-scope.fr
http://www.hopitech.org/

Lyon: l'hôpital Edouard-Herriot ouvre un nouveau plateau technique unique ultramoderne

Crédit: HCL
Crédit: HCL

LYON, 13 septembre 2018 (TecHopital) - L'hôpital Edouard-Herriot (Hospices civils de Lyon -HCL) a ouvert la semaine dernière un nouveau bâtiment ultramoderne de 18.000 m², regroupant la plupart de ses activités chirurgicales et d'imagerie, a-t-on appris auprès de sa directrice, Valérie Durand-Roche.

La réalisation de ce bâtiment, dit "pavillon H", correspond à la première tranche d'un vaste projet de modernisation de l'hôpital Edouard-Herriot, établissement pavillonnaire construit par l'architecte Tony Garnier dans le IIIe arrondissement de Lyon et mis en service en 1933.

Le coût total du projet a, en 2013, été chiffré à 120 millions d'euros, dont 20 millions sont financés par le Grand Lyon, 20 millions par la ville de Lyon, 40 millions par les HCL et 40 millions par l'Etat.

Le pavillon H de l'hĂ´pital Edouard-Herriot
L'opération de déconstruction-reconstruction du pavillon H, qui a duré quatre ans et a été réalisée par Bouygues Bâtiment Sud-Est, a représenté 78 millions € auxquels s'ajoutent 24 millions € pour les équipements biomédicaux et l'hôtellerie, précise Valérie Durand-Roche, interrogée par APMnews la semaine dernière.

Le pavillon, plus de cinq fois plus grand que les locaux précédents, va regrouper 20 salles de bloc opératoire multidisciplinaires, dont 4 salles d'urgence, 2 services de réanimation, médicale et chirurgicale (60 lits), la chirurgie d'urgence (45 lits), un plateau de chirurgie ambulatoire (22 places et 14 places aux salons d'accueil), un centre d'imagerie d'urgence et un centre d'imagerie interventionnelle.

L'hôpital Edouard-Herriot a déjà ouvert dans son nouveau pavillon H son plateau ambulatoire et 8 salles de bloc et a accueilli ses premiers patients mardi. Les autres activités vont être transférées d'ici la fin octobre.

Dans le cadre de la restructuration des hôpitaux d'instruction des armées (HIA) et d'un accord avec le service de santé des armées passé en 2016, le pavillon H accueillera aussi en novembre des activités de l'hôpital Desgenettes (Bron) (chirurgie orthopédique, viscérale et ORL et réanimation et anesthésie) "dans un fonctionnement unitaire avec les civils", souligne la directrice.

En conséquence de cette arrivée, décidée après la définition du programme initial et des plans architecturaux, certains blocs opératoires du pavillon se déploieront en 2020 dans d'autres bâtiments de l'hôpital (ophtalmologie et odontologie dans le pavillon C, endoscopie digestive dans le pavillon L, une partie des soins critiques et de la réanimation chirurgicale au pavillon G).

De nombreuses innovations

Le pavillon H représente "le navire amiral de l'hôpital Edouard-Herriot puisqu'il concentre des innovations et le plateau technique", souligne sa directrice.

Cette première tranche de travaux est d'autant plus "importante" qu'elle a permis de créer des parcours patients pour le déchoquage et la chirurgie d'urgence, l'hospitalisation conventionnelle et l'ambulatoire.

Elle a conduit à revoir l'organisation et le confort de la chirurgie ambulatoire avec un "plateau" autour deux salons d'accueil, de chambres pour deux patients, un espace fauteuils de 10 places et un espace collation "convivial". Certaines chambres seront adaptées pour les patients relevant de la chirurgie de l'obésité en ambulatoire. Au total, plus de 5.500 patients pourront y être pris en charge chaque année. L'hôpital vise un taux de chirurgie ambulatoire de 42%.

Le pavillon se caractérise également par la présence d'un trauma center pour accueillir les patients polytraumatisés et les grands blessés. L'accès se fait par une hélistation installée en toiture ou par l'accès ambulances. La prise en charge est organisée ensuite dans une grande salle de déchoquage de 100 m², disposant d'équipements de pointe permettant aux anesthésistes-réanimateurs de s'occuper jusqu'à 5 patients de façon simultanée.

Cette prise en charge est facilitée par la proximité immédiate du scanner, du bloc opératoire d'urgence, doté d'un équipement d'imagerie interventionnelle, et de la réanimation, souligne l'hôpital dans un dossier de presse. Cette proximité bénéficiera également aux patients présents dans le service d'urgences, situé à 10 mètres du pavillon H et sera relié d'ici fin 2018 par une nouvelle galerie souterraine.

Sa réalisation a aussi conduit à modifier l'organisation des activités, des flux et des temps de travail. Ainsi, l'amplitude horaire des salles d'opération en programmé a été étendue avec le passage d'un fonctionnement en 7 heures à un fonctionnement en 9h20.

Une salle du bâtiment H de l'hôpital Edouard-Herriot
Les HCL ont aussi profité de cette reconstruction pour investir dans des équipements de pointe, comme des bras et scialytiques à caméra embarquée et des appareils d'imagerie installés dans une salle d'urgence de bloc pour en faire une salle hybride.

La sécurité est assurée par vidéo-protection et des contrôles d'accès par badge pour les professionnels de santé habilités. Une vidéo-surveillance médicale a été également installée avec des caméras dans les salles de bloc, d'imagerie ou de déchoquage, pour offrir des vues d'ensemble (et non des zooms) et permettant une surveillance médicale du patient.

Chaque unité de réanimation et de surveillance continue est équipée en armoires à pharmacie connectées permettant de sécuriser la délivrance des médicaments et d'optimiser la gestion des stocks. Le réapprovisionnement et le rangement des médicaments sont effectués par un préparateur en pharmacie directement dans l'unité. Cette organisation des pharmacies dans les unités de soins critiques [USC] "sera élargie à toutes les USC et réanimations du site", précise l'hôpital.

Au plan architectural, le bâtiment, qui laisse la part belle à la lumière naturelle, s'inscrit dans un environnement classé monument historique. "L'architecte a réussi à répondre aux contraintes fixées par la Drac [direction régionale des affaires culturelles] et aux demandes des équipes médicales et soignantes", salue la directrice.

Les plans ont été conçus par l'architecte Michel Remon et le spécialiste de l'architecture des monuments historiques François Chatillon.

Le bâtiment comprend aussi des sous-sols qui abritent des locaux techniques et des parkings (190 places) ce qui est "en rupture" avec la situation précédente, observe Valérie Durand-Roche.

san/ab/se/nc

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous Ă  la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement Ă  TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRĂ©agissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez Ă  traiter et Ă  transmettre vos informations personnelles conformĂ©ment aux termes de la loi.  (Notice lĂ©gale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions