Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Masques chirurgicaux et FFP2: décontamination efficace de coronavirus infectieux par UV, chaleur et vapeur de peroxyde d'hydrogène

Crédit: Shutterstock
Crédit: Shutterstock

PARIS, 2 septembre 2020 (TecHopital) - Le traitement de masques chirurgicaux et de protection respiratoire par UV, chaleur ou vapeur de peroxyde d'hydrogène assurent une décontamination efficace de coronavirus infectieux, selon une étude expérimentale publiée dans Journal of Hospital Infection.

Louisa Ludwig-Begall de l'université de Liège et ses collègues ont testé l'efficacité de plusieurs procédés de décontamination, notamment la chaleur sèche et les UV, pour leur commodité.

Ils ont inoculé des équipements de protection individuelle (EPI), à usage unique -masques chirurgicaux, filtres et attaches de masques de protection respiratoire- avec un coronavirus respiratoire porcin.

Pour chaque procédé de décontamination évalué, trois masques de protection respiratoire et trois masques chirurgicaux étaient utilisés après inoculation virale.

L'irradiation UV était appliquée 2 minutes aux masques chirurgicaux et 4 minutes aux masques de protection respiratoire avec un appareil de la société belge Lasea.

La vaporisation de peroxyde d'hydrogène était effectuée lors d'un cycle de 28 minutes avec un stérilisateur V-Pro* Max (Steris) et une eau oxygénée à 59%.

Pour la décontamination par la chaleur, les masques étaient placés dans un four M-Steryl (AMB Ecosteryl) à 102 °C pendant 60 minutes.

Après application de chacune des trois méthodes, la concentration en particules virales était inférieure aux limites de détection sur les masques chirurgicaux et les filtres des masques de protection respiratoire. Elle avait été divisée au moins par 1.000 fois, ce qui répond aux exigences de la Food and Drug Administration (FDA).

Pour les attaches, les expérimentations réalisées n'ont permis de valider que la décontamination par UV. Les auteurs préconisent de les traiter en plus avec de l'éthanol à 70%.

(Journal of Hospital Infection, publication en ligne du 31 août)

vib/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda