Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

Opération qualifiée de "boucherie" au CH de Bourges: ouverture d'une information judiciaire pour "homicide involontaire"

Le parquet du tribunal de grande instance de Bourges a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour "homicide involontaire", dans l'affaire du décès d'un homme à l'hôpital de cette ville, alors que l'urologue était dans un état d'agitation et d'agressivité et que l'intervention avait été qualifiée de "boucherie" par les autres soignants.

"Cette affaire mérite des investigations approfondies. C'est pourquoi j'ai décidé d'ouvrir une information judiciaire", a indiqué le procureur Vincent Bonnefoy, cité par Le Parisien-Aujourd'hui en France. "L'information judiciaire devra permettre de comprendre si ce décès est un aléa de l'opération ou si c'est quelque chose de tout à fait anormal", a-t-il également précisé, selon leberry.fr. Dans cette affaire qui a conduit au décès du patient lors d'une résection transurétrale de prostate pour une hyperplasie, une intervention légère réalisée sous anesthésie locorégionale, l'urologue, le Dr Jérémie Marchand, était arrivé au bloc dans un état d'agitation et d'agressivité. Il s'en était d'abord pris notamment à une infirmière, prétendant qu'elle lui avait préparé du "matériel de merde". Puis durant l'intervention, il avait agi de façon "brutale", avec des mouvements "violents". Après des pertes de sang qualifiées d'"effroyables" par l'anesthésiste et conduisant à de nombreuses transfusions, et alors que l'urologue avait refusé d'arrêter l'intervention, le patient était décédé d'arrêt cardiaque. Le chirurgien avait alors frappé le patient dans une crise d'hystérie, en lui demandant "Pourquoi tu m'as fait ça ? Tu n'avais pas le droit de mourir". L'anesthésiste présent puis l'ensemble des anesthésistes de l'hôpital Jacques-Coeur ont rappelé de nombreux écarts de ce médecin et indiqué dans un courrier à la direction qu'ils refusaient désormais de travailler avec lui.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda