Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

Pic de consultations "anormales" des DPI d'agents hospitaliers en avril

Les anomalies de consultations de dossiers patients informatisés (DPI) d'agents hospitaliers ont connu une très forte augmentation au mois d'avril 2020, selon une analyse de l'éditeur Daqsan communiquée à TICsanté (site du groupe APM International dont fait partie TecHopital).

Daqsan édite notamment le logiciel de détection et traçage des anomalies de consultation DPI Protect, note-t-on.

Une enquête réalisée par la société auprès de plusieurs établissements de santé publics à but non lucratif a révélé une augmentation des "anomalies majeures de consultation du dossier d’un agent par un collègue" pouvant atteindre 1.000%, indique-t-elle dans un communiqué.

"En parallèle, les autres indicateurs de contrôle", tels que la consultation de dossiers de membre de la famille ou de personnalités, "sont restés stables et n'ont pas connu d’augmentation significative".

De 21 à 17 anomalies mensuelles entre janvier et mars, ce nombre est passé à 183 en avril et 104 en mai dans un établissement de la région parisienne utilisateur du logiciel DPI Protect, selon les données recueillies par Daqsan.

Parmi ces 183 consultations de DPI, 182 concernaient le dossier d'un agent de l'établissement et un d'un membre de la famille. Les mois précédents, aucune consultation "anormale" d'un DPI d'agent de l'établissement n'a été enregistrée.

En 2019, 10 à 30 anomalies mensuelles étaient enregistrées.

Dans un autre établissement du même groupement hospitalier, les consultations anormales oscillaient entre 220 et 250 en janvier et février 2020, puis sont passées à 455 en mars, 1.001 en avril et 858 en mai.

L'écrasante majorité concerne le DPI d'un agent de l'établissement.

En 2019, à la même période, 100 à 200 anomalies mensuelles étaient constatées.

Dans un autre établissement utilisateur de ce logiciel et situé dans une région beaucoup moins touchée par l'épidémie de Covid-19, les données recueillies par Daqsan montrent que les anomalies sont restées stables par rapport aux années précédentes, oscillant entre 10 et 20 par mois.

Plusieurs responsables de la sécurité des systèmes d'information (RSSI), sollicités par Daqsan, ont remarqué "un accroissement d'activité suspecte" pendant l'épidémie de Covid-19.

La crise sanitaire pourrait être une explication à cette hausse d'anomalies. "Les agents se sont soignés entre eux, il peut s'agir de faux positifs", a indiqué la société à TICsanté.

Le fait que les agents s'inquiètent de l'état de santé de leurs collègues pourrait constituer une autre explication, a-t-elle ajouté. "Il s'agit de préoccupations humaines" qui ne semblent pas poser de problème déontologique.

lc/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda