Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Plus de 100 tonnes de déchets d'équipements de cuisine hospitalière collectés en 2019

"Aujourd'hui, un centre hospitalier est devenu une mini-déchetterie, amenée à gérer des déchets extrêmement variés, à les stocker pendant un temps, avant de les évacuer", a décrit André-Pierre Doucet, secrétaire général du Syneg, Syndicat national de l'équipement des grandes cuisines, qui présentait la filière REP des déchets d'équipements électriques et électroniques (D3E) de cuisine, aux assises de l'Union des ingénieurs hospitaliers en restauration (Udhir 2020).

Les équipements de cuisine, classés comme D3E peuvent être collectés par la filière à responsabilité élargie des producteurs (REP), via Ecologic, l'éco-organisme qui assure que le matériel a bien été collecté et surtout correctement recyclé.

Ecologic offre donc 3 possibilités :

  • la collecte éphémère (le minimum étant de 500 kg)
  • la collecte sur point de collecte: c'est le cas lorsque l'installeur qui vient installer le nouvel équipement reprend l'ancien
  • les points d'apport: il s'agit de ferrailleurs qui collectent des métaux et qui ont un contrat qui les lie à Ecologic.

"Cette dernière possibilité est une solution que l'on développe actuellement mais qui permet plus la captation de petits volumes. Cela concerne donc moins les cuisines hospitalières", a-t-il précisé.

En ce qui concerne la collecte de déchets d'équipements électriques et électroniques (D3E) de cuisine, en 2018, le secteur de la santé représentait 114 tonnes de matériel collecté auprès de 48 acteurs.

En 2019, il s'agissait de 177 tonnes d'équipements collectés auprès de 65 acteurs.

Le total de collecte des D3E de cuisine s'élevait en 2019 à 7.610 tonnes. Les fournisseurs mettent sur le marché 35.000 tonnes de matériel par an.

"Attention à ne pas payer deux fois pour l'enlèvement de ces déchets, puisque le prix de l'enlèvement est compris dans le prix d'achat des équipements de cuisine hospitalière", a fait remarquer André-Pierre Doucet. "En effet, c'est le principe de la filière REP, les producteurs paient pour l'enlèvement et le recyclage du matériel. Les hôpitaux n'ont donc pas à payer pour ce service", a-t-il ajouté.

gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda