Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Restau'Co a signé un partenariat avec l'Agence Bio

Le réseau interprofessionnel de la restauration collective Restau’co a signé le 20 novembre dernier, au Salon des maires, un partenariat avec l’Agence Bio, pour valoriser les bonnes pratiques d’introduction du bio mises en place par leurs adhérents.

Selon les chiffres 2018 de l’enquête de l’Agence Bio/CSA Research*, la restauration collective, qui sert 3 milliards de repas par an, a consacré 320 millions d'euros (M€) en 2018 à l’achat de produits bio (+28% par rapport à 2017), soit 4,5% de ses achats.

Toujours selon cette enquête, les attentes en produits bio sont particulièrement fortes pour la restauration des hôpitaux (76%) et des maisons de retraite (74%).

Promulguée le 1er novembre 2018, la loi Egalim impose en effet aux opérateurs de la restauration collective de consacrer 20% en valeur de leurs achats à des produits issus de l’agriculture biologique ou d’une exploitation en conversion au plus tard au 1er janvier 2022.

L’Agence Bio s’engage à accompagner Restau'Co dans le déploiement de ses actions et dans la valorisation des produits bio auprès de l’ensemble de leurs parties prenantes : producteurs, institutionnels, clients, convives.

Toujours selon cette enquête, en 2019, 65% des établissements de restauration collective ont servi des produits bio (contre 61% en 2018 et 57% en 2017). 86% d’entre eux sont des cantines scolaires, 38% des établissements de santé. 78% sont dans le secteur public. Ils ont réussi à réduire le surcoût engendré par l'introduction du bio en limitant le gaspillage alimentaire (88% d'entre eux), en achetant davantage de produits bruts (71%), en passant par des partenariats au niveau local (68%) et en introduisant des plats/repas végétariens (55%).

"Si le surcoût engendré par l’introduction de bio continue de décourager plus d’un établissement sur trois, ceux qui ont franchi le pas ont su trouver des moyens de le limiter en le lissant sur l’ensemble des repas, sans surcoût pour le convive, et à niveau de qualité constant", note l'Agence Bio en conclusion de cette enquête.

*CSA Research a interviewé par téléphone, du 3 au 20 septembre, 1.040 établissements de la restauration collective publics comme privés en établissant des quotas par région pour un redressement des résultats d’enquête afin d’être représentatif des régions, des types d’établissements et de leur secteur d’activité.

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda