Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://digital-solutions2.konicaminolta.fr/FR-20190521-TDS-0-MLT-EVT-HVF-0-01-Page-de-contact-HIT.html?utm_medium=email&utm_campaign=FR-20190521-TDS-0-MLT-EVT-HVF-0-salon-HIT-2019&utm_source=Event&utm_term=&utm_content=contact
http://www.canyon.fr/

Sécurité renforcée au CHU de Nantes après l’agression de salariés par un patient

Hopital Saint Jacques - Nantes / crédit : CHU de Nantes
Hopital Saint Jacques - Nantes / crédit : CHU de Nantes

NANTES, 31 août 2018 (TecHopital) - Le CHU de Nantes prend de nouvelles mesures pour sécuriser le service psychiatrique de l’hôpital Saint-Jacques à la suite d'une agression au couteau de quatre soignants par un patient le 20 août.

En réponse à cette agression, un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) extraordinaire s’est tenu jeudi 23 août.

Lors du CHSCT, plusieurs mesures ont été actées, à commencer par la mise en place d’une équipe de sûreté sur le site de l'hôpital Saint-Jacques, qui pourra intervenir auprès des équipes de soins en cas de situation critique et aura la charge de surveiller le site et de contrôler les accès en psychiatrie au sein de cette unité psychiatrique ouverte. "L’équipe sera créée dès septembre et sera composée de 2 agents de jour (soit 6 équivalents temps plein -ETP)", a précisé Patrice Le Luel, secrétaire CHSCT pour la CGT du CHU de Nantes. Il a précisé que l’auteur de l’agression n’était pas hospitalisé au moment des faits.

Une autre mesure concerne la sécurisation du périmètre du site Saint-Jacques, zone sujette aux trafics de stupéfiants, et le contrôle de l’accès au site. Une étude sera menée et portera sur la limitation des points d’entrée et de sortie, l'éventuelle constitution d'un périmètre autour de la psychiatrie, des bracelets ou des badges pour faciliter les allées et venues des patients, des PTI (protections travailleur isolé) avec un boîtier d’alertes géolocalisé. Cette étude devra être achevée pour la fin 2018.

"Nous expérimentons déjà, au sein d'unités fermées, des chambres à carte, c’est-à-dire des chambres que les patients eux-mêmes ouvrent avec un badge. C’est une mesure à la fois orientée sécurité et confort des patients", a expliqué Elise Doucas, directrice du site de Saint-Jacques. Selon elle, ce type de mesure, relative au confort des patients, participe à la prévention des violences.

L’objectif est d’étendre ce système à carte aux 15 lits des unités fermées en 2019, pour un coût estimé à 100.000 euros.

Lors du CHSCT, il a aussi été décidé de créer un nouvel accès dans la salle de préparation des médicaments afin d'en favoriser la sécurité.

Concernant les salariés, "des formations vont être proposées aux personnels de psychiatrie (OMEGA). Des mensualités de remplacements supplémentaires seront allouées pour permettre ces formations", a indiqué le syndicat FO dans son compte rendu du CHSCT. Il y a 169 agents déjà formés, et 112 personnes seront formées en 2019.

La direction a tenu à rappeler son implication dans la sécurisation du site et dans l’accompagnement des soignants. "Suite à l’agression, nous avons mis en place un accompagnement; les soignants ont reçu aux urgences une prise en charge complète, somatique et psychique. Nous avons aussi organisé un dépôt de plainte, des professionnels qui le souhaitaient, et de la direction, en appui. Ces dernières années, nous avons travaillé sur un certain nombre de procédures, pour améliorer la sécurité du site [patrouille, contrôle d’identité, ndlr]", a précisé Elise Doucas.

Une convention santé/police/justice avait été signée en décembre 2017 entre la police et l’établissement, après la venue de dealers au CHU de Nantes et face au sentiment d'insécurité, ce qui avait donné lieu à une réunion extraordinaire du CHSCT en septembre 2017, rappelle-t-on.

"Nous menions déjà un travail de fond pour prévenir ces violences, l’événement nous a fait prendre des mesures complémentaires", a précisé la directrice.

Les deux syndicats (FO et CGT) estiment cependant ces mesures insuffisantes, notamment concernant les ressources humaines. Les soignants "demandent plus de personnels de soins. La plupart des témoignages font écho du manque d’effectif, considéré à la moitié de l’effectif nécessaire", a précisé Patrice Le Luel.

Lors du CHSCT, FO a notamment demandé "des créations de postes pour suivre au mieux les patients en soins et le taux maximum de la prime d’insalubrité à 4,12 € pour tout le personnel de psychiatrie confronté à la violence" ainsi que "la création d’une équipe thérapeutique de renfort afin d’intervenir dans les unités fonctionnelles lors des appels d’urgence (par PTI géolocalisable)".

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions