Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Stérilisation: l'évaluation individuelle des agents améliore la qualité

REIMS, 17 avril 2014 (Direct Hôpital) - L'évaluation annuelle individuelle du personnel des unités de stérilisation est une obligation qui participe à la qualité du processus de production des dispositifs médicaux stériles, ont souligné des cadres de santé lors des Journées nationales d'études sur la stérilisation dans les établissements de santé, mercredi dernier à Reims.

"A la suite de la centralisation des unités de stérilisation, voire de leur externalisation, ce qui les éloigne des blocs opératoires, l'activité de recomposition des plateaux opératoires a été transférée aux personnels de la stérilisation", a rappelé Dany Gaudelet, cadre supérieur de santé Ibode (infirmier de bloc opératoire diplômé d'Etat) au CH de Charleville-Mézières, au cours d'un atelier proposé lors de ces journées organisées par le Centre d'études et de formation hospitalière (CEFH).
 
 "Ce transfert de compétences n'a pas toujours été réalisé dans les meilleurs conditions et aujourd'hui, la mauvaise connaissance de l'instrument et de ses spécificités, la communication parfois défaillante entre les blocs et les unités de stérilisation génèrent des non-conformités", a-t-elle noté.
 
 L'agent de stérilisation, au regard de sa fiche métier, a pour mission de stériliser le matériel et les produits des services de soins et médico-techniques. Cependant, il n'existe pas de prérequis indispensable pour exercer ce métier. De plus, l'agent est amené à travailler dans les différentes zones (lavage, conditionnement, contrôle et libération de charge).
 
 L'embauche d'un nouvel agent nécessite la mise en place d'une formation et une évaluation des compétences. Beaucoup d'établissements ont mis en place des référentiels de compétences pour le faire avec une liste de savoirs, savoir-faire, savoir-être requis pour un travail donné, a-t-elle poursuivi.
 
 Or, l'évaluation des compétences du personnel est une obligation pour les nouveaux agents comme pour les agents expérimentés, selon un arrêté et un décret du 29 septembre 2010, a souligné Dany Gaudelet. L'arrêté détaille ce que doit contenir le compte rendu professionnel des agents dans les établissements.
 
 "C'est l'entretien professionnel qui remplacera le système des notations", a-t-elle rappelé. Cet entretien a pour but de mettre en avant les points forts et éventuellement des pistes d'amélioration en cas de points faibles. Il doit être préparé et planifié.
 
 On peut faire à cette occasion une évaluation par zone de travail selon diverses méthodes, comme le questionnaire à choix multiple, des audits de pratique, ou le suivi des non-conformités, a proposé Aude Brunois, cadre de santé Ibode à la stérilisation du CHU de Reims.
 
 L'entretien permet aussi de revoir les faits marquants de l'année écoulée, de regarder les écarts par rapport aux objectifs, de fixer de nouveaux objectifs pour l'année à venir et d'étudier les besoins de formation.
 
 Les situations des participants à l'atelier sont apparues très hétérogènes, certains ayant déjà de telles évaluations dans leurs établissements, d'autres non.
 
 "Les réglementations et les normes en stérilisation mentionnent la nécessité d'évaluer le personnel pour s'assurer de ses compétences", a souligné Dany Gaudelet en encourageant fortement ses collègues à s'y investir.
 
 Chaque agent de stérilisation doit être évalué et habilité selon ses fonctions et ses attributions. La qualité des dispositifs médicaux stériles en dépend. Le processus de stérilisation s'inscrit dans la prévention des infections nosocomiales et contribue à la sécurité de la prise en charge des patients, ont rappelé les deux intervenantes. /sl

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda