Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Stérilisation: une chasse au gaspi sur la bonne voie

MARSEILLE, 23 avril (Direct Hôpital) - Une démarche très préparée de gestion sans gaspillage ("lean") appliquée à la stérilisation des dispositifs médicaux a permis d'améliorer la production et de limiter la perte d'instruments, au CHU de Grenoble.

L'opération a été menée sur le circuit des dispositifs médicaux (DM) stériles réutilisables. Elle a inclus tout le personnel, depuis le départ du bloc opératoire des DM jusqu'à leur retour et a permis d'améliorer les délais fluctuants de remise à disposition du matériel et de limiter la perte d'instruments.

Ouverte en 2007, la stérilisation centrale du CHU de Grenoble avait fini sa montée en charge en 2009, mais des problèmes avaient été identifiés au lavage (désynchronisation des flux) et à la recomposition des plateaux d'instruments. Cette dernière était effectuée à 70% par du personnel de stérilisation et à 30% par des Ibode (infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat) venus des blocs, a indiqué Catherine Guimier, pharmacienne responsable de la stérilisation, lors des Journées nationales d'études de la stérilisation dans les établissements de santé, organisées par le Centre d'études et de formation hospitalières (CEFH), il y a deux semaines à Marseille.

Certaines opérations étaient même sur le point d'être déprogrammées du fait de problèmes de recomposition, a relevé Benjamin Garel, directeur qualité au CHU, qui a mené une mission d'amélioration du fonctionnement des blocs opératoires.

Le lean peut faire peur car cela signifie "dégraissage", a-t-il reconnu, mais il s'est dit convaincu des gains qui peuvent être obtenus en faisant du lean social, c'est-à-dire par l'accompagnement et en valorisant les personnes. L'établissement a ainsi fait le choix d'investir dans l'équipe, en finançant des formations à tout le personnel et en versant des heures supplémentaires pour travailler sur l'amélioration de la production.

La démarche a été accompagnée par un consultant, avec une obligation de gains : augmenter la capacité de traitement de 10% et mieux respecter le temps de rendu du matériel aux blocs opératoires, fixé à sept heures mais qui enregistrait de grandes variations.

L'ensemble du personnel de l'équipe de stérilisation a été mobilisé autour de ce projet. Tout le monde a planché sur des problèmes de flux matérialisés en papier, puis de petits groupes sortis de la production ont observé les problèmes, identifié les gaspillages et recherché des solutions. Les principaux bras de leviers identifiés ont été d'anticiper la recomposition au niveau des blocs, maîtriser les en-cours en traitant les goulots d'étranglement par des mouvements de main-d'oeuvre (grâce à la polyvalence) et une meilleure organisation des postes de travail.

Il a été mis en place un rituel quotidien au cours duquel l'activité de la veille et les difficultés rencontrées sont analysées avec l'ensemble du personnel en poste. Il se fait devant un tableau qui reprend plusieurs indicateurs (temps de passage, en-cours en attente) et permet une écoute journalière des problèmes et difficultés du personnel. "Après un an, on constate qu'on tient nos objectifs en délais et quantités si aucun personnel n'est absent, a décrit Catherine Guimier. Le rituel est apprécié. Le dialogue est amélioré et il est plus productif".

Il reste néanmoins encore des gains à faire sur la recomposition et la casse de la microchirurgie, sur la maintenance, la fiabilité du pré-tri dans les blocs, a-t-elle ajouté.

"On a réussi à impliquer nos équipes dans notre démarche", s'est-elle félicitée. Le tableau de bord a évolué pour enlever un indicateur mal perçu, le ratio de performance, et afficher plutôt le taux de service (pourcentage de boîtes réussies en sept heures). Quand un problème est identifié, un petit groupe s'en occupe dans un temps délimité et cela débouche sur un changement.

Pour Benjamin Garel, le tableau et ce point d'animation quotidien pour écouter les besoins sont des éléments clefs qui installent la démarche dans le temps. Il faut que, tous les jours, chacun puisse consacrer du temps à la production mais aussi à son amélioration en ayant des idées. /sl/mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda